Champsac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Champsac
Champsac
L'église de Champsac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Rochechouart
Intercommunalité Communauté de communes Ouest Limousin
Maire
Mandat
Maryse Parverie
2020-2026
Code postal 87230
Code commune 87036
Démographie
Gentilé Champsacois, Champsacoises
Population
municipale
668 hab. (2018 en diminution de 0,3 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 13″ nord, 0° 57′ 27″ est
Altitude Min. 267 m
Max. 399 m
Superficie 23,94 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Limoges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rochechouart
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Champsac
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Champsac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champsac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champsac

Champsac (Chamçac en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord Limousin.

Les habitants de la commune s'appellent les Champsacois et les Champsacoises [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Champsac en Haute-Vienne.

Commune du canton d'Oradour-sur-Vayres, dans l’arrondissement de Rochechouart. Le territoire communal s'étend de la vallée de la Gorre, qui lui sert de limite au nord-est, et celle de la Tardoire, qui marque sa limite sud-ouest. Il est traversé par deux petits affluents de la Gorre, les ruisseaux du Gabaret et de la Monnerie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Champsac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Limoges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 127 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (44,5 %), zones agricoles hétérogènes (29,3 %), forêts (25,5 %), terres arables (0,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tumulus de la Motte de Jouveaux, interprété comme un monument funéraire, constitue une trace de l'occupation du territoire lors du premier âge du fer, avec son mobilier inventorié en 1895, dont l'urne au décor graphité est conservée au musée de Rochechouart[9].

Un domaine gallo-romain serait à l'origine de Champsac, dont le toponyme proviendrait du nom d'homme "Camiccius" et du suffixe -acum (domaine de Camiccius) [10].

Avant la Révolution, Champsac était une paroisse du Haut-Limousin, dans l'archiprêtré de Nontron, diocèse de Limoges. Généralité, élection et sénéchaussée de Limoges. Relevant essentiellement de la juridiction de Châlus, Champsac avait plusieurs seigneurs fonciers : le comte de Châlus, celui des Cars, le commandeur de Puybonnieux, les marquis du Masnadaud et de Sauveboeuf.

La paroisse avait pour fête patronale la Décollation de Saint-Jean-Baptiste.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Champsac 87.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la paysanne vêtue d'or, semant dans le vent une plaine labourée de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean Piere Chalard PS  
mars 2008 mai 2020 Guy Baudrier[12] ADS Conseiller général du canton d'Oradour-sur-Vayres (2008-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 668 habitants[Note 3], en diminution de 0,3 % par rapport à 2013 (Haute-Vienne : −0,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1501 1201 2681 4171 3211 4351 3801 5081 520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4951 3781 3951 2781 2811 4501 5291 5131 587
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5731 5581 5171 3211 2191 2061 1931 057864
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
766687639618567550587592597
2013 2018 - - - - - - -
670668-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

La principale entreprise située sur le territoire de la commune est un vinaigrier spécialisé dans les produits haut-de-gamme, l'entreprise Delouis
Champsac Moutarde.JPGMoutarde de Champsac Delouis1.JPG

Église[modifier | modifier le code]

L'église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste de Champsac est un édifice de construction romane plusieurs fois remanié, notamment dans la 1re moitié du XVIIe siècle. Elle a une nef unique de 6,50 m de largeur et un chœur en abside. Son clocher primitif, en pierre, a été démoli vers 1850 et remplacé par le clocher actuel, en bois, à l'extrémité occidentale de la nef.

En 1587, Marguerite de La Rochefoucauld, comtesse de Châlus, fit peindre par François Limosin, peintre de Limoges, une ceinture à ses armes à l'église de Champsac comme à plusieurs autres de sa juridiction (La Chapelle-Montbrandeix, Dournazac, Lageyrat, Pageas).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune présente trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF).

  • La ZNIEFF de type 2 Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat)[17].
  • La ZNIEFF de type 1 de la Lande de la Judie[18].
  • La ZNIEFF de type 1 de la « lande de la Martinie (vallée de la Tardoire)  »[19], soit 32,17 hectares, concerne Châlus, Champagnac-la-Rivière et Champsac et vise un affleurement de serpentine, roche très basique, entre Châlus et Cussac. Cet affleurement, contrairement aux affleurements de serpentine habituels de Haute-Vienne, n'est accompagné ni de pelouse sèche ni d'affleurement rocheux. Il abrite la gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe, protégée en Limousin) et la bruyère à balais ou Brande du Poitou. On y trouve régulièrement le busard Saint-Martin (Circus cyaneus) qui y a établi des dortoirs ; les mares et ornières de la lande humide hébergent le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata), petit crapaud protégé en France. Cette ZNIEFF est entièrement incluse dans la ZNIEFF de la « Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat) ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Eugène Nicolas, né le 8 décembre 1879 à Champsac et mort le 26 février 1965 à Champsac, est un homme politique français. Médecin de profession, il succède en 1902 à son père à la mairie de Champsac. Il est à 22 ans, le plus jeune maire de France.
  • Émile-Roger Lombertie, né à Champsac le 20 février 1951, homme politique français, psychiatre chef de pôle hospitalier à Limoges, et actuel maire de Limoges.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 12 mars 2011).
  2. Carte IGN sur Géoportail
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Limoges », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  9. « Prospections anciennes dans les tumulus du Premier Age du Fer de la partie sud du Limousin, J.P. Mohen, G.N. Lambert, J. Gomez, J.P. Daugas, Bulletin de la Société préhistorique française, Année 1976, Volume 73, Numéro E&T, pp. 437-456 », sur Persée, revues scientifiques, (consulté le 23 mars 2012)
  10. Marcel Villoutreix, Les noms de lieu du Limousin, in Travaux d'archéologie limousine, supp. n°6, Association des Antiquités Historiques du Limousin, 2002.
  11. « Les maires de la commune » (consulté le 12 mars 2011).
  12. Site officiel de la préfecture de Haute-Vienne - liste des maires (doc pdf)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. ZNIEFF 740000072 Vallée de la Tardoire (du moulin de Cros à Peyrassoulat), INPN.
  18. / Date d'édition : 20/01/2020https://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/740030029-1/ 12 -LANDE DE LA JUDIE(Identifiant national : 740030029), pdf
  19. « Lande de la Martinie (vallée de la Tardoire) » - 740120049. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.