NRT II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NRT II
Tombeau de Pimay
Tombeaux de l'Égypte antique
image illustrative de l’article NRT II
Emplacement Nécropole royale de Tanis
Coordonnées 30° 58′ 00″ nord, 31° 52′ 00″ est
Découverte
Découvreur Pierre Montet
Fouillé par Pierre Montet en
Objets retrouvés Sarcophage externe du roi
débris du sarcophage interne en bois doré
restes de sa momie
oushebtis
Classement
Nécropole royale de Tanis - NRT2 +
Situation sur carte Égypte
NRT II

NRT II est le second tombeau que les fouilles de la mission Montet ont mis au jour dans la nécropole royale de Tanis.

Cette tombe borde au nord celle d'Osorkon II, la NRT II et jouxte la NRT VII restée anonyme. Son architecture est très proche de celle du tombeau du prédécesseur de Pimay, Sheshonq III, découvert plus tard au nord-ouest de la nécropole royale[1].

Bâti en calcaire il était ceint d'un mur de brique délimitant un périmètre dans lequel se trouve le caveau. On y accédait par un puits situé au nord qui ouvrait directement dans la chambre funéraire contenant le sarcophage royal.

Découverte[modifier | modifier le code]

Les circonstances de l'exploration de ce tombeau restent floues. Les comptes-rendus de fouilles de l'équipe d'égyptologue se mélangeant et les récits divergeant sur la nature même de l'état de la tombe. Dans ses lettres envoyées à son épouse restée en France, le Pr. Montet lui fait part jour après jour de l'état d'avancement du chantier de fouille[2].

Au moment de la découverte de la tombe NRT II, il indique le 4 mars que le sarcophage était en cours d'étude par un des ouvriers spécialisés de l'équipe[3], alors que l'extrait du carnet de fouille prise par Georges Goyon indique la date du 8 mars pour le début de l'exploration du tombeau[4]. De plus, ce dernier qui relate les mêmes faits dans son ouvrage La découverte des trésors de Tanis, évoque un accident qui n'apparaît nulle part ailleurs dans les cahiers de fouilles de Tanis : l'effondrement du plafond de la tombe, dans un fracas extraordinaire[5].

Il est donc difficile de connaître précisément les circonstances qui entourent l'étude de cette tombe qui pour le reste avait été dévastée par les pilleurs de l'Antiquité.

La sépulture[modifier | modifier le code]

Les pièces sont numérotées de 1 à 2 :

  • NRT II,1 : Le puits d'accès, découvert comblé de déblais et débris divers.
  • NRT II,2 : La chambre funéraire royale, comprenant le sarcophage en calcaire du roi. Le couvercle est fracturé sur une assez grande part de son angle nord, ce qui a permis aux voleurs d'emporter avec eux les richesses qu'il contenait. Seuls le crâne et quelques ossements brisés ainsi que des débris dorés provenant du sarcophage interne en bois restaient au fond du sarcophage. Des oushebtis fragmentaires au nom de Pimay furent retrouvés dans les déblais qui encombraient la chambre presque totalement lors de sa découverte.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir NRT V
  2. Ces lettres ont été publiées en 1998 par la fille de Pierre Montet, Camille Montet-Beaucour, leur contenu étant annoté et expliqué par Jean Yoyotte ; cf. Lettre de Tanis
  3. Cf. P. Montet, Lettre 19 du 4 mars 1939 et appendice IV, 11 et 12, p. 244
  4. Cf. Ibidem, Lettre 20
  5. Cf. G. Goyon, Tombeau II, p. 126-128

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Montet, « Rapport sur les fouilles de Tanis en 1939 », Compte rendu des séances de l'Académie des inscriptions et belles lettres, no 83,‎ 1939 ;
  • Pierre Montet, Lettres de Tanis – La découverte des trésors royaux - Présentées et commentées par Camille Montet-Beaucour et Jean Yoyotte, Editions du Rocher,  ;
  • Georges Goyon, La découverte des trésors de Tanis, Pygmalion, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]