Montayral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montayral
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Fumélois
Intercommunalité CC Fumel Vallée du Lot
Maire
Mandat
Jean-François SEGALA
2014-2020
Code postal 47500
Code commune 47185
Démographie
Population
municipale
2 776 hab. (2014)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 49″ nord, 0° 59′ 17″ est
Altitude 90 m
Min. 57 m
Max. 227 m
Superficie 24,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Montayral

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Montayral

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montayral

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montayral

Montayral est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Église de Perricard.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Fumel située dans son unité urbaine sur le Lot, Montayral est aux limites du Quercy et de l'Agenais. Le Lot forme un trait d'union entre ces deux pays.

C'est une commune limitrophe avec le département du Lot (46).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montayral
Fumel Fumel Soturac
département du Lot
Saint-Vite Montayral Lacapelle-Cabanac
département du Lot
Bourlens Thézac Mauroux
département du Lot

Climat[modifier | modifier le code]

Montayral se situe dans la zone climatique océanique. Mais, il s'agit d'un climat océanique dégradé avec une amplitude thermique annuelle plus marquée et des précipitations moins abondantes que sur le littoral aquitain. De plus, à la différence du littoral, le printemps (surtout à sa fin) y est plus arrosé que l'hiver. Les vents dominants sont d'ouest sans être exclusifs[1].

Les étés sont cependant chauds et secs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les quatre châteaux de Ladhuie, Cézerac, Salomon et Montayral accompagnés de leurs hameaux, auxquels s’adjoignent la paroisse de Perricard et son château, sont à l’origine de la commune de Montayral (Source REGION AQUITAINE).

Bien que l’histoire médiévale marque fortement le paysage urbain, des découvertes archéologiques attestent une occupation beaucoup plus ancienne des lieux. En effet, la terre fertile du site en bordure du Lot constitue un emplacement idéal pour l’installation sédentaire de l’homme.

La première occupation des lieux à la Préhistoire se poursuit durant l’Antiquité. Il est vraisemblable que les Romains, au moment de la conquête de la Gaule, aient installé une cité sur les bords du Lot, au lieu-dit Cadamas.

Au Moyen Âge, le territoire de Montayral s’étend sur trois paroisses. On y retrouve celle de Saint-Germain de Montayral et de Marie-Madeleine de Cézérac dans la vallée ainsi que la paroisse Saint-Martin de Mazières sur les coteaux. Sur chacune de ces paroisses sont installées des églises qui contribuent au développement d’un habitat diffus à proximité.

L’activité économique est liée à l’installation de barrages et de moulins sur le Lot. Ils sont exploités par des seigneurs locaux qui s’installent dans des maisons fortes. Après la Révolution, les hameaux qui jalonnent le territoire sont regroupés dans la commune de Montayral.

À la fin du XIXe siècle, Montayral se dote d’un chef-lieu sur le site de Pellery. C’est à cet emplacement que les locaux de la mairie sont transférés dans les années 1930. Trente ans plus tard, la commune se modernise et s’agrandit grâce à la construction d’un nouveau secteur urbain.

Montayral conserve l’image d’un village médiéval à travers la présence de ses deux églises paroissiales et de ses nombreuses demeures seigneuriales. Cependant, il montre également l’image d’un centre urbain moderne grâce à l’aménagement de sa ville neuve dans les années 1960[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 1983 1990 Jean-Jacques Laffore PS Conseiller général (1983-1990)
Mars 1990 2004 Jean-Pierre Nembrini PS Professeur
Mai 2004 2014 Jean-Michel Egretaud PS Retraité Éducation nationale
Mars 2014 en cours Jean-François Ségala PS Contremaître

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 776 habitants, en diminution de -5,42 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
1 388 1 350 1 336 1 336 1 258 1 257 1 206 1 188 1 132
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
1 121 1 060 1 022 954 940 1 028 964 960 989
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
930 1 040 1 200 1 668 2 557 3 000 3 200 3 094 2 936
2006 2011 2014 - - - - - -
2 971 2 817 2 776 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Lot, elle bénéficie de la proximité de Fumel pour recevoir les grandes surfaces (Intermarché, E.Leclerc...) sur son territoire.

Toutes ces grandes surfaces se situent les deux zones d’activités intercommunautaires Zone du Haut-Agenais et Zone Porte du Quercy

Elle possède aussi :

Agriculture à dominance céréalière (blé, maïs...).

Viticulture Thézac-Perricard (VDP).

Manoir dit château de Ladhuie sur le bord du Lot.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Papy Louis, Atlas et géographie du Midi atlantique, p.27, Paris, Flammarion, 1982
  2. « Montayral »
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. la Fromagerie de la Lémance
  8. « Fromagerie de la Lémance », Z.A. du Haut Agenais, 47500 Montayral
  9. Château de Perricard
  10. « Château de Perricard », notice no PA00084188, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Inventaire général du Château de Perricard », notice no IA47002534, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Georges Tholin, Philippe Lauzun, Le Château de Perricard en Agenais, Imprimerie et lithographie agenaises, Agen, 1898 ( lire en ligne )
  13. Château de Cézérac
  14. « Manoir dit Château de Cézérac », notice no IA47002540, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Château de Ladhuie
  16. « Château de Laduie », notice no PA00084187, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « manoir dit Château de Ladhuie », notice no IA47002537, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Château de Montayral
  19. « Manoir dit Château de Montayral », notice no IA47002538, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Château de Ramet
  21. « Manoir (Montayral) », notice no IA47002536, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Château de Salomon
  23. « Manoir, demeure de notable dite Château de Salomon », notice no IA47002539, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Moulin fortifié de Garrigues du XIVe siècle sur le Lot
  25. « Moulin sur le Lot », notice no IA47002541, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Observatoire astronomique Gap Est 47 au lieu-dit Lagrolère
  27. Église de Perricard
  28. Villa Jean-Paul Geneviève et son tombeau
  29. Croix de chemin de Montayral
  30. Église paroissiale Saint-Germain dite église de Montayral
  31. Monument aux morts de Montayral
  32. Monument aux morts de Perricard
  33. Statue de la Vierge à l'Enfant