Massacre de Marash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le massacre de Marash a eu lieu à Kahramanmaraş entre le 19 et 26 décembre 1978. Il s'agit de l'un des massacres importants dans l'histoire de la République turque. Il a en effet constitué l'un des motifs ayant conduit les militaires à prendre le contrôle de la Turquie au cours du Coup d'État du 12 septembre 1981. Le préfet de Kahramanmaraş durant le massacre était Abdülkadir Aksu[1]. D'après les archives du Premier Ministre Turc de l'époque, Bülent Ecevit, ce massacre a été organisé par les services de renseignements généraux turcs (MIT) et Alparslan Türkes, le leader du parti d'extrême droite turc (Parti d'action nationaliste, MHP)[2], en lien avec l'organisation anticommuniste internationale de la CIA : le « Gladio » et a pour but d'écraser le mouvement révolutionnaire, entreprendre un « nettoyage ethnique », empêcher l’union des mouvements progressistes, kurdes et alévis. Des militants des Loups Gris sont infiltrés dans la ville pour faire monter la tension.

Ce sont les populations alévies ( très majoritaire dans la région ) et de gauche qui ont été la cible. L'Etat turque ne reconnait qu'une centaine de victimes, mais ce sont entre 500 et mille personnes qui sont massacrés dans toute la région. Les maisons des familles alévis marquées, au préalables, d'une croix peintes sur leurs portes, sont attaquées et détruites, leurs habitants massacrés dans les rues. Les violences perpétrées durant ce massacre marque la Turquie entière. Les journalistes rapportes des photo d'enfants tués dans les écoles, de bébés arrachés du ventre de leurs mères et de corps entassés.

Les forces de l'ordre ayant reçu l'ordre de ne pas intervenir, des militaires ont été appelés en renfort de Gaziantep et de Kayseri. Le Ministre des affaires intérieurs Irfan Ozaydinli a démissionné et c'est Fehmi Günes qui a pris sa place[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Aydınlık du 12 janvier 1979
  2. "Maraş Katliaminda Derin Tartisma" de ERTUĞRUL MAVİOĞLU dans le Journal Radikal du 07/01/2007
  3. Semih Vaner, Inci Aral, Scènes de massacres (femmes anatoliennes), Paris, L'Harmattan, 1989.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]