Marestaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marestaing
Marestaing
Église Sainte Quitterie
Blason de Marestaing
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Auch
Canton L'Isle-Jourdain
Intercommunalité Communauté de communes de la Gascogne Toulousaine
Maire
Mandat
Jean-Michel Seys
2014-2020
Code postal 32490
Code commune 32234
Démographie
Gentilé Marestaingois
Population
municipale
319 hab. (2017 en augmentation de 20,83 % par rapport à 2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 49″ nord, 1° 01′ 13″ est
Altitude 180 m
Min. 144 m
Max. 223 m
Superficie 8,46 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Marestaing
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Marestaing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marestaing
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marestaing
Liens
Site web Site officiel

Marestaing (Marestanh en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Marestaing est une commune de l'aire urbaine de Toulouse située en Gascogne.

Carte de la commune de Marestaing et de ses proches communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Marestaing est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes de Marestaing[1]
Monferran-Savès L'Isle-Jourdain
Frégouville Marestaing Auradé
Castillon-Savès Endoufielle

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 846 hectares ; son altitude varie de 144 à 223 mètres[2].

Marestaing se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Save et son affluent la Boulouze qui y confluence. Voir aussi Inondations de 1977 en Gascogne.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Là où la Save est la plus large elle formait au Moyen Âge une vaste marécage, une mare, un étang d'où Mare estang, Marestang, et Marestaing.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Marestaing est une cofondation (1272) des seigneurs de Marestaing et des Templiers. Il a été le siège d'une commanderie des Templiers[4].

Les Marestaing à l'instar de la majeure partie des seigneurs féodaux de l'époque n'eurent de cesse que d'agrandir leurs possessions, avec les châtellenies de Monferran-Savès et de Castillon-Savès ils constituèrent la baronnie de Marestaing. En 1342 leurs possessions s'étendaient autour de Marestaing sur un petit pays entre Samatan et L'Isle Jourdain appelé Cogotois. Ce dernier sera alors érigé en vicomté par lettres patentes du roi Philippe VI de Valois en 1342 au bénéfice du baron Bernard de Marestaing.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de 11[5],[6].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de la Gascogne Toulousaine et du canton de L'Isle-Jourdain et avant le elle faisait partie de la communauté de communes de la Save Lisloise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 1944 Jean Bégué    
août 1944 1977 Constant Idrac    
mars 1977 2014 Jacques Laffont[7]    
mars 2014 En cours Jean-Michel Seys sans étiquette Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 319 habitants[Note 1], en augmentation de 20,83 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
351378384405421436446427437
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
430404389376365362346335314
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
306295244233244220200198177
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
137125141155170181235284319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 246 162 318 249 201 218 165 137
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture (céréales : maïs, blé…).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Marestaing fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Club de Broderie,

Sport[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église actuelle, dédiée à sainte Quitterie, a été construite en 1754, elle remplace l'ancienne église qui était située au cimetière. Son clocher, remplaçant un clocher-mur, a été construit en 1873[16].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bernard de Marestaing de 1200 à 1230 ;
  • Jean baron de Marestaing mort en 1499 ;
  • Louis d'Astarac de Fontrailles ;
  • Maison d'Astarac ;
  • Jean Dupin (1843-1892) instituteur ;
  • Alexandre Fourment (1806-1886), curé de la paroisse de 1843 à 1886[17]. et auteur de plusieurs manuscrits relatifs à cette commune[18]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier d'or au lion de gueules armé et lampassé d'azur, tenant dans sa dextre une épée du même, à la bordure aussi d'azur, au second d'argent fretté d'azur entresemé de croisettes du même ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé d'une croix ancrée d'argent [19].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Plan séisme
  4. Jean Castan, Marestaing : Ancienne Commanderie des Templiers, Centre d'etude, de recherche et d’édition de Marestaing, , 148 p. (ISBN 978-2-9523-8450-6, lire en ligne)
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031071.html
  7. Site de la préfecture - Fiche de Marestaing
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. Castan 2005, p. 34
  17. Castan 2005, p. 130
  18. Alexandre Fourment et Jean Castan, Notes sur le village de Marestaing, Centre d'Études, de Recherche et d'Édition de Marestaing,
  19. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=13883