Marcel Griaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcel Griaule
Naissance
Aisy-sur-Armançon (France)
Décès (à 57 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau : France française
Domaines Ethnologie
Institutions INALCO et EPHE
Diplôme INALCO
Renommé pour Travaux sur les Dogons

Marcel Griaule, né à Aisy-sur-Armançon dans l'Yonne le et mort à Paris le [1], est un ethnologue français célèbre pour ses travaux sur les Dogons.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcel Griaule est issu d'une famille auvergnate du côté de son père et briarde du côté de sa mère.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il prépare le concours de l'École polytechnique en mathématiques spéciales au lycée Louis-le-Grand avant que la Première Guerre mondiale ne le pousse à interrompre ses études. Engagé volontaire à 17 ans dans l'artillerie, il poursuit une formation à l'école d'application d'artillerie de Fontainebleau et s'engage en 1917 dans l'aviation comme observateur aérien. Il reste au sein de l'armée de l'air jusqu'en 1921 (33e régiment d'aviation 8e escadrille sur Bréguet). Il rédige à cette époque deux livres célèbres dans le monde des pionniers de l'aviation: Le bréviaire du Captain B'Hool et L'abominable homme de Keurk.

Missions en Afrique[modifier | modifier le code]

En 1922, Marcel Griaule reprend des études de langues et d'ethnologie à l'École nationale des langues orientales vivantes (ENLOV) et à l'École pratique des hautes études (EPHE) notamment auprès de Marcel Mauss et de Marcel Cohen[1]. Après lui avoir délivré son diplôme d'amharique en 1927, ce dernier, qui a fait le voyage en 1910, l'envoie pour l'Éthiopie pour plusieurs mois (1928 - 1929). Marcel Griaule publie Silhouettes et graffiti abyssins et l'année suivante Les Flambeurs d’Hommes qui reprend trois articles parus dans la revue Documents et relatant son expédition en Abyssinie. Marcel Griaule publie avec l'aide de l'abbé Jérôme Gabra Moussié la traduction du Livre de recettes d’un dabtara abyssin que son maître avait ramené de son voyage de 1910 puis organise la traversée de l'Afrique d'ouest en est : c'est la mission Dakar-Djibouti de mai 1931 à février 1933, dont il assume la direction, accompagné de Michel Leiris qui devait agir comme secrétaire-archiviste de la mission, André Schaeffner et d'autres ethnologues et hommes de terrain, inaugurant à cette occasion l'ethnologie française de terrain. Cette expédition rapporte plus de 3 500 objets, obtenus parfois dans des conditions discutées, qui enrichissent les collections du Musée du Trocadéro. Griaule étudie alors pour la première fois les Dogons sur lesquels il effectue la grande majorité de ses recherches par la suite. De 1935[2] à 1939 au cours de cinq expéditions cumulant plus de 85 000 km parcourus[3]. La mission avait fait l'objet de la loi du 31 mars 1931. Au retour, des textes paraissent dans la fameuse revue du Minotaure où se retrouvent côte à côte, Picasso, Masson, Dali, Lacan, Leiris, Eluard et Griaule. Il est fait officier de la Légion d'Honneur.

Dogon sculpture (Louvre)

À l'été 1933, une première exposition du fruit de cette mission se tient au Musée de l'Ethnographie. Marcel Griaule rompt alors avec Michel Leiris qui publie le journal qu'il a tenu durant la mission, Afrique fantôme, dans lequel Leiris découvre le non-dit de l'Occident, le racisme et l'inégalité. Leiris sur le versant idéologico-politique, Griaule sur l'autre pente avec Dieu d'Eau qui démontre qu'il y a un «univers mental chez les prétendus primitifs, de la culture dans une tête noire... une vraie culture, avec une pensée savante, une philosophie et même une cosmogonie aussi complexe que celle d'Hésiode» [4]. Les deux livres vont révolutionner le mode de voir et de comprendre l'Autre, mais les deux hommes nourrissent alors l'un pour l'autre une haine féroce. Griaule reproche à Leiris l'absence de dimension scientifique à son travail de secrétaire-archiviste. Dès 1935, Griaule privilégie l'étude des Dogons. Il s'attache alors pour sa thèse de doctorat, qui paraît en 1938, à décrire les Jeux dogons et les Masques dogons[1].

Défenseur du négus[modifier | modifier le code]

Marcel Griaule est appelé par le négus d’Éthiopie à défendre son pays envahi par l'Italie fasciste. C'est ainsi que Griaule fera partie de la délégation éthiopienne à la Société des Nations où il écrira le contre-mémoire éthiopien au mémoire italien, qu'il rédigera le discours du négus à la SDN, qu'il l'accompagnera dans son exil londonien et qu'il écrira avec lui les premiers chapitres des mémoires de l'empereur. Griaule est le premier expert français attaché à une délégation gouvernementale d'un pays africain libre et indépendant envahie par la barbarie fasciste. Il tentera avec l'aide de la France et de l'Espagne républicaine d'organiser une résistance à l'occupant italien. Les démocraties voulant encore croire à l'alliance de Mussolini avec elles molliront et le projet n'aura pas de suite... En 1936, il publie La Peau de l’Ours, réponse au Manifeste des intellectuels pour la défense de l’Occident de Maulnier, Gaxotte, Baudrillart, Béraud, Brasillach, Maurras et quelques autres soutenant l’agression de l’Éthiopie par l’Italie mussolinienne[5]. Griaule est alors qualifié d'anti-fasciste délirant et son livre sera porté sur la liste Otto d'interdiction de livres et détruit. Il est un des rares français et occidental à avoir pris la défense d'un pays souverain africain envahi par la barbarie fasciste. Bob Marley a transformé ce fameux discours du négus en chanson (The war) qui sert toujours de support à la pédagogie des droits de l'homme dans bien des pays (cité au Conseil des Droits de l'Homme à Genève).

Marcel Griaule et sa femme Jeanne Troupel de la Maisonade mettent leur maison de Haute-Savoie proche de Genève et de la SdN à la disposition du président espagnol Manuel Azana afin qu'il tente une ultime mobilisation de la SDN à la cause républicaine. Le président signa sa lettre de démission le 27 février 1939 à Collonges-sous-Salève sur la même table sur laquelle Griaule avait défendu l’Éthiopie quelque temps auparavant. La table a été donnée à la municipalité en 2011 et une plaque apposée pour rappeler ce fait. La lettre devant être communiquée d'abord aux Cortès espagnoles, elle n'a été communiquée qu'à partir du 28 février 1939 à la presse internationale. Avec l'avance allemande, le président Azana et sa suite partirent pour Montauban où M. Azana mourut quelque temps après.

Lors des accords de Munich, Marcel Griaule s'était mis à la disposition de la république tchécoslovaque pour la défendre avec d'autres militaires français. Pour cela il fut menacé de mort ainsi que ses trois enfants.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale l'oblige une nouvelle fois à interrompre son travail. Il intègre l'aviation comme capitaine, et il est décoré de la Croix de Guerre le [1]. Démobilisé, il retourne à l'enseignement de l'ethnologie à l'Institut d'ethnologie de l'Université de Paris à partir de décembre 1940 et devient secrétaire général de cet institut en décembre 1941, puis sous-directeur du Musée de l'Homme[1]. En 1941, il remplace à l'INALCO son ancien professeur d'amharique, Marcel Cohen, interdit d'enseigner par les lois antisémites. En 1942, il est nommé directeur du laboratoire d'ethnologie de l'EPHE et en octobre de la même année directeur de la première chaire de la discipline enseignée à la Sorbonne[1]. Il remplace Paul Rivet - qui doit s'enfuir en Amérique du Sud en 1941 - à la tête du Musée de l'homme. Il empêche la nomination à la première chaire d'ethnologie de la Sorbonne d'un ethnologue raciste, Georges Montandon. Il fut la cible de la presse collaborationniste de Je suis Partout au Pilori ou l'Ethnie française ! De 1944 à 1946, il est remobilisé par le général de Gaulle comme commandant dans l'aviation (chef de la 2e région aérienne de Paris attaché au général Valin, puis chef du 2e Bureau celui du renseignement) tout en continuant à dispenser ses cours. Il est accusé d'avoir été nommé titulaire de la chaire d'ethnologie durant la guerre. Suspendu deux mois, la commission d'enquête conclu à l'unanimité à la mise hors de cause de Griaule : pour actes de gaullisme, de résistance, d'aide morale et matérielle aux juifs. Germaine Tillon reconnaissait le rôle très important de Griaule pour tenir l'honneur de l'université française durant cette période chaotique[6].

Après la guerre, il se réinvestit dans l'étude des peuples de la boucle du Niger. Toujours très attaché au peuple dogon, il décrit alors leur richesse culturelle en particulier au niveau de leur cosmogonie spécifique qu'il qualifie d'« aussi riche que celle d'Hésiode, une métaphysique et une religion qui les met à la hauteur des peuples antiques »[1].

En 1947, il est également conseiller de l'Union française dont il préside la Commission des Affaires culturelle jusqu'à sa mort[1]. Il se donne pour mission de «rendre la parole» aux peuples qui en sont privés. C'est ainsi qu'il plaide ardemment pour la défense et la promotion de ces civilisations bafouées, pour la diversité culturelle (notamment lors de la ratification par la France du traité créant l'Unesco auquel il reproche dès 1948 un dernier terme qu'il juge inadapté : «culture», «quel étrange singulier, quel étrange singulier occidental». Il définit dès 1950, le concept de développement humain durable que les Nations-unies reprennent à leur compte en 1991 avec les premiers rapports sur DHD. Au Mali, il participe au développement de la région en construisant en particulier un barrage d'irrigation pour la culture de l'oignon et du piment dans la région de Sangha. Ce barrage, toujours opérationnel, porte aujourd'hui son nom[7].

Apports scientifiques et critiques[modifier | modifier le code]

Il faut laisser ici la parole à d'importantes personnalités pour rappeler la dimension exceptionnelle de Marcel Griaule.

Primo: " Il suffit d'évoquer le statut de Dieu d'eau dans l'ethnologie contemporaine et de rappeler qu'il demeure un livre charnière, l'un de ces textes rares qui ont révolutionné et continuent de travailler un mode de penser. Avec lui tout se modifie. Il redresse le regard de l’Européen., l'amène à voir l'autre, l'indigène, le primitif , comme le dépositaire d'une culture cohérente, en tous points comparables à celle du, monde développé. Il apprend à entendre les voix de l'archaïque, à les déchiffrer, à rechercher leur vérité et leur grandeur. En fait il annonce et montre que l'esprit souffle dans toutes les têtes. Une leçon d'humilité qui n'a pas d'âge. Dieu d'eau ou notre actualité toujours recommencée." introduction à Dieu d'Eau édition Livre de poche (Fayard) .

Secundo: " En conclusion, je dirai que l'ethnologie est devenue un humanisme au sens que lui a donné Marcel Griaule et que la pratique son Ecole.... C'est Marcel Griaule et son Ecole qui ont appris, par-delà les paroles, par -delà les images symboliques , des mélodies et des rythmes, à pénétrer jusqu'au cœur, jusqu'à l'âme même de la Négritude." Préface de Léopold S. Senghor à Ethnologiques Hommage à Marcel Griaule, Hermann Paris 1987.

Tertio: " C'était un précurseur. Ses écrits demeurent et sa parole éternellement jeune; vous savez la force de la parole pour nous Africains... Les obsèques qui furent les siennes en pays Dogon témoignent de la reconnaissance que lui portèrent et lui portent encore les hommes et les femmes, habitants de ces falaises de Bandiagara et d'une façon générale les Africains... Au-delà de tout, Marcel Griaule doit rester un exemple et un inspirateur pour toutes les générations. Abdou Diouf, ancien président du Sénégal, secrétaire général de l'Organisation Internationale de la Francophonie (lettre du 10 Septembre 2003)

Quarto: "cette grande pensée érudite et humaniste, formée aux méthodes scientifiques de l'Occident et inspirée par une connaissance rare des civilisations africaines... Ce grand ethnologue dont les enseignements gardent toute leur valeur." Jacques Chirac, Président de la République Française, lettre du 4 octobre 2002.

Pour connaître l'hommage du peuple Dogon à Marcel Griaule (assimilé purement et simplement à la société communautaire du peuple dogon malgré la différence de race et d'origine, malgré la différence de civilisation et de religion) il convient de se reporter aux nombreux articles parus dans la presse française en 1956, aux allocutions officielles du Peuple Dogon dont les textes ont été retranscrits dans l'ouvrage « Marcel Griaule Conseiller de l'Union Française » (voir plus haut) et au film de ses funérailles conservées par le Musée du Quai Branly. A la fin des cérémonies « les célébrants, faisant passer dans ce simple geste leur sens spontané du symbole, brisèrent l'outil qu'ils avaient toujours vu dans la main de celui qui s'était mis à l'écoute de leurs vieillards: un crayon » (Geneviève Calame-Griaule avant-propos à Dieu d'Eau Fayard)

Les critiques évoquées plus bas et qui ne sont pas du même auteur sont très tendancieuses, purement déclaratives, faciles et lapidaires. Elles sont formulées par quelques-uns biaisés par le long conflit Griaule - Leiris (et ses disciples) sans Griaule mort plus de 50 ans avant Leiris- conflit occultant ou déviant des pans entiers de l'action scientifique, opérationnelle et historique de Griaule. Un combat somme toute nuisible à la mémoire nationale. Elles dénotent, de nos jours,un recul inquiétant de la perception de l'Autre assez caractéristique de l'époque troublée que la France et l'Europe traversent en ce début du XXIe siècle. La route du « mépris à la reconnaissance » (titre d'une exposition judicieusement consacrée au président Jacques Chirac et au Musée du Quai Branly qu'il a porté sur les fonts baptismaux où la contribution de Griaule est étrangement tue) et au-delà à la défense et à la concorde des peuples continue...

En ce qui concerne les méthodes scientifiques développées par Marcel Griaule on se référera aux 184 titres de sa bibliographies et/ou à d'autres contributions constructives.

Les résultats et les méthode de Griaule ont fait l'objet de vives critiques dans la communauté des ethnologues, en particulier hors du monde francophone. Dans un article de 1991[8], l'ethnologue néerlandais Walter E. A. van Beeck spécialiste des Dogons distingue ainsi deux périodes dans les travaux de Griaule et de ses collaborateurs sur les Dogons: si son intérêt est réel pour les travaux d'avant 1948, centrés sur la culture matérielle, il manifeste une réticence à l'égard des travaux postérieurs, réalisés avec Germaine Dieterlen, qui ont contribué à faire connaître Griaule du grand public.

Les motifs cosmogoniques repérés par Griaule chez les Dogons et exposés dans Dieu d'eau et Le renard pâle ne se retrouveraient pas chez les cultures environnantes (argument également formulé par Jack Goody et d'autres chercheurs). De plus les ethnologues ayant enquêté chez les Dogons dans les décennies ayant suivi la mort de Griaule n'ont pas retrouvé les traces des principaux mythes exposés par Griaule, ni du symbolisme lié à Sirius, excepté chez des informateurs qui en avaient eu connaissance par le biais de Griaule. Enfin, des incohérences existent entre Dieu d'eau, Le renard pâle et les premiers travaux de Griaule.

Parmi les points de méthode pouvant expliquer ce décalage:

  • l'informateur principal de Griaule, le vieillard aveugle Ogotemmêli, n'était pas nécessairement la personne la plus qualifiée pour lui transmettre les mythes de son peuple,
  • Griaule s'entretenait avec lui par le truchement d'un interprète,
  • Il n'a pas publié le matériau brut des entretiens, ce qui rend impossible la correction d'éventuelles erreurs de traduction ou d'interprétation,
  • Il a pu consciemment ou inconsciemment suggérer des thèmes à son interlocuteur,
  • Sa description des mythes est déconnectée du substrat social.

Publications[modifier | modifier le code]

D'après P. Champion, « Bibliographie de Marcel Griaule (ordre chronologique) », Journal de la Société des Africanistes, tome 26, 1956, p. 279-290, voir en ligne pour les articles.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Silhouettes et graffiti abyssins, préface de Marcel Mauss, Paris, éditions Larose, 1933, 33 p.-XXIX pl.
  • Les Flambeurs d'hommes, préface de Charléty, Paris, éditions Calmann-Levy, 1934, VIII-205 p.
  • La peau de l'ours, Paris, Gallimard, 1936, 219 p.
  • Masques dogons, Paris, Institut d'ethnologie, 1938, VIII-896 p.-XXXII f. de pl. + 1 disque 78 t. [Thèse de doctorat ès-lettres]. 4e édition 1994, réimprimée en 2004. Publications Scientifiques du Muséum national d'histoire naturelle. 890 p. + XXXII. (ISBN 2-85653-569-0).
  • Jeux dogons, 1938. Paris, Institut d'ethnologie, 1938, VII-290 p.-XII f. de pl. [Thèse de doctorat ès-lettres].
  • Les Sao légendaires, Paris, éditions Gallimard, 1943, 178 p.
  • Arts de l'Afrique noire, Paris, Éditions du Chêne, 1947, 127 p., illust., pl. en couleurs (Photographies de E. Sougez). [trad. en anglais sous le titre : Folk art of black Africa. Paris et New York 1950].
  • Dieu d'eau : entretiens avec Ogotemmeli, Paris, Éditions du Chêne, 1948, 263 p.
  • Les grands explorateurs, Paris, Presses universitaires, 1945, 125 p. [réédité en 1948].
  • Méthode de l'ethnographie, Paris, Presses Universitaires de France, 1957, 107 p.-VI p. de pl. [posthume].
  • Le renard pâle. Tome I, Le mythe cosmogonique. Fascicule I, La création du monde, Paris, Institut d'Ethnologie, 1965, 549 p.-[24] p. de pl.-[3] dépl. (en collaboration avec Germaine Dieterlen) [posthume]. 2e édition augmentée d'annexes et d'un index en 1991
  • Descente du troisième Verbe, Saint-Clément-la-Rivière, éditions Fata Morgana, 1996, 81 p., Collection Hermès, 1996. [posthume, recueil d'articles parus en revue]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Nécrologie de Marcel Griaule par P Champion dans le Journal de la Société des Africanistes, 1956:vol. 26, numéro 26, pp. 267-271
  2. Éric Jolly, Démasquer la société dogon : Sahara-Soudan (janvier-avril 1935), Paris, Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, , 130 p. (lire en ligne)
  3. Dossier de la Caisse nationale des sciences relatif à Griaule conservé aux Archives nationales à Fontainebleau sous la cote 20070296/244.
  4. Introduction de Dieu d'Eau, Livre de poche.
  5. G. Gaillard, «Griaule, Marcel, 2001, Silhouettes et graffiti abyssins», Paris, Maison-Neuve & Larose, Centre français des études éthiopiennes, 33 p., 44 pl. et ill., Journal des africanistes, Paris, 2004.
  6. Isabelle Fiemeyer, Marcel Griaule, citoyen dogon, Actes Sud, Paris, 2005 et François Fouquet, Mon Cher Collègue et ami, Presses universitaires de Rennes, 2010.
  7. Marcel Griaule, Conseiller de l'Union française, Nouvelles éditions latines, Paris, 1957, recueil de ses interventions et hommages de l'Assemblée et du peuple dogon.
  8. « Dogons restudied: a field evaluation of the work of Marcel Griaule ». Current anthropology. Vol 32, n°2 (apr. 1991), p. 139-167

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolás Sánchez Durá; Hasan G. López Sanz. "La Misión etnográfica y lingüística Dakar-Djibouti y el fantasma de África", PUV, Valencia, 2009.
  • (en) Walter E. A. van Beek, « Dogon Restudied: A Field Evaluation of the Work of Marcel Griaule », Current Anthropology, no 32 (1991), p. 139-167 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Mary Douglas. « Réflexions sur le Renard Pâle et deux anthropologies : À propos du surréalisme et de l'anthropologie française ». Journal des africanistes, tome 71 fascicule 1 (2001), p. 195-211 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Denis Douyon, « Le regard d’un ethnologue malien sur les archives du Fonds Marcel-Griaule », Ateliers du LESC,no 32 (2008) [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Isabelle Fiemeyer, Marcel Griaule, citoyen dogon, Actes Sud, 2004, 166 p. (ISBN 2742748059)
  • (en) Jack Goody. « Germaine Dieterlen and British anthropology ». Journal des africanistes, tome 71 fascicule 1 (2001), p. 213-221 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Éric Jolly, « Le Fonds Marcel-Griaule : un objet de recherche à partager ou un patrimoine à restituer ? », Ateliers du LESC, no 32 (2008) [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Éric Jolly, « Des jeux aux mythes :le parcours ethnographique de Marcel Griaule », Gradhiva, no 9 (2009) [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • Éric Jolly, « Marcel Griaule, ethnologue : La construction d'une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, tome 71, fascicule 1 (2001), p. 149-190 [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]
  • P. Champion, « Bibliographie de Marcel Griaule (ordre chronologique), Journal de la Société des Africanistes, tome 26 (1956), p. 279-290. [lire en ligne (page consultée le 10 août 2014)]

Liens externes[modifier | modifier le code]