Mission Dakar-Djibouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les membres de la Mission Dakar-Djibouti en mai 1931, au Musée d'ethnographie du Trocadéro. De gauche à droite : André Schaeffner, Jean Mouchet, Georges Henri Rivière, Michel Leiris, le prince Oukhtomsky[note 1], Marcel Griaule, Éric Lutten, Jean Moufle, Gaston-Louis Roux, Marcel Larget (coll. particulière).

La Mission Dakar-Djibouti est une célèbre expédition ethnographique menée en Afrique, sous la direction de Marcel Griaule, de 1931 à 1933.

Contexte[modifier | modifier le code]

Une loi du crée une Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti[1] ; son objet officiel est de compléter les collections du musée d'ethnographie du Trocadéro afin de créer une vitrine savante de la colonisation[2].

Parmi les membres de l'équipe de départ, deux participent de façon éphémère. Jean Moufle démissionne le et le prince Oukhtomsky tombe malade et est évacué le . Outre Marcel Griaule, les membres permanents de la mission sont Michel Leiris, André Schaeffner, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet et Gaston-Louis Roux. Abel Faivre rejoint l'équipe au Soudan anglo-égyptien le .

Il s'agit pour une équipe composée de linguistes, d'ethnographes, d'un musicologue, d'un peintre, d'un naturaliste et d'un responsable des prises de vue cinématographiques, de traverser le continent d'ouest en est, du Sénégal à l'Éthiopie, afin de collecter un maximum de données ethnographiques. On compte ainsi plus de 3 000 objets rapportés et déposés au musée d'ethnographie du Trocadéro, ainsi que 6 000 photographies, 1 600 mètres de films et 1 500 fiches manuscrites.

Ce projet scientifique commandé par l'État français (loi du ) avait également des visées politiques et économiques : asseoir la position française en Afrique, notamment en Afrique de l'Est, et s'opposer de cette façon à l'influence grandissante de la couronne britannique sur ce continent.

Plusieurs expéditions de Griaule ont ensuite suivi celle-ci : la Mission Sahara-Soudan (1935)[3],[4], puis la Mission Sahara-Cameroun (1936-1937) et enfin la Mission Niger-Lac Iro (1938-1939)[note 2].

Les étapes de l'expédition[modifier | modifier le code]

La mission embarque à Bordeaux, le à bord du cargo à vapeur Saint-Firmin. Après une escale à Las Palmas (Îles Canaries), le 26 mai, il mouille en rade de Port-Étienne (aujourd'hui Nouadhibou, en Mauritanie) le 28, et arrive à Dakar le 31 mai.

La mission gagne Marseille, après une traversée à bord du vapeur D'Artagnan des Messageries maritimes du 7 au .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages et revues[modifier | modifier le code]

  • Michel Leiris, L'Afrique fantôme, Paris, Gallimard, — réédition dans Michel Leiris, Miroir de l'Afrique, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », .
  • Marcel Griaule, « Mission Dakar-Djibouti, rapport général (mai 1931 - mai 1932) », Journal de la Société des Africanistes, vol. 2, no 1,‎ , p. 113-122 (lire en ligne)
  • Marcel Griaule, « La mission Dakar-Djibouti dans son rapport avec les études ethnologiques et archéologiques », Revue de synthèse, vol. 1, no 3,‎ , p. 327-332 (lire en ligne)
  • « Mission Dakar-Djibouti 1931-1933  » (couverture de Gaston-Louis Roux), Minotaure, no 2,‎
  • Marcel Griaule, Masques dogons, Paris, Institut d'ethnologie,
  • Michel Leiris, La Langue secrète des Dogons de Sanga, Paris, Institut d'ethnologie, (réimpr. Jean-Michel Place, 1992)
  • Michel Leiris, La Possession et ses aspects théâtraux chez les Éthiopiens de Gondar, Paris, Plon, — réédition dans Michel Leiris, Miroir de l'Afrique, Gallimard, coll. « Quarto », .

Sur la Mission Dakar-Djibouti[modifier | modifier le code]

  • (it) B. Caltagirone, « La missione ethnografica e linguistica Dakar-Gibouti », Uomo e Cultura, Palerme, no 13-14,‎ , p. 185-251
  • Jean Jamin, « Objets trouvés des paradis perdus. À propos de la Mission Dakar-Djibouti  », dans Jacques Hainard & Roland Kaehr (éds.), Collections passion, Neuchâtel, Musée d'ethnographie, , p. 69-100
  • James Clifford, Malaise dans la culture. L'ethnographie, la littérature et l'art au XXe siècle, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts,
  • (es) Nicolás Sánchez Durá et Hasan G. López Sanz, La Misión etnográfica y lingüística Dakar-Djibouti y el fantasma de África, Valence, PUV,
  • Collectif (numéro spécial), « La Mission Ethnographique Dakar-Djibouti 1931-1933 », Cahiers ethnologiques, Bordeaux, no 5 (nouvelle série),‎
  • Jean Jamin, « Le Cercueil de Queequeg. Mission Dakar-Djibouti, mai 1931-février 1933 », Les carnets de Bérose, Paris, LAHIC/Ministère de la Culture, no 2,‎ (lire en ligne [PDF])
  • Marcel Griaule, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, Éric Lutten, Jean Mouchet, Gaston-Louis Roux et André Schaeffner, Cahier Dakar-Djibouti : soixante-dix-sept écrits scientifiques et littéraires, cinq cent vingt-quatre illustrations, rassemblés, présentés et annotés par Éric Jolly et Marianne Lemaire (CNRS), Meurcourt, Éditions les Cahiers, , 1408 p., 16,5x24 cm

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Russe blanc qui, malade, quitta tôt l'expédition.
  2. Dite aussi Mission Lebaudy-Griaule[5],[6],[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jamin 2014, p. 8.
  2. Jamin 2014, p. 13.
  3. Éric Jolly, « Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan (janvier-avril 1935) », Les Carnets de Bérose, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, no 4,‎ (lire en ligne)
  4. Anne Doquet, Les masques dogon : ethnologie savante et ethnologie autochtone, Karthala, , 314 p., p. 65
  5. Ibráhim-Mamadou Ouane, « Notes sur les Dogons du Soudan français », Journal de la Société des Africanistes, t. 11,‎ , p. 85-93 (DOI 10.3406/jafr.1941.2503)
  6. Marc-Henri Piault et Joëlle Hauzeur, « Les Kurumba et la Mission Lebaudy-Griaule (1938-1939) », Journal des africanistes, t. 71, no 1,‎ , p. 113-119 (DOI 10.3406/jafr.2001.1254)
  7. « Mission Lebaudy-Griaule », Journal de la Société des Africanistes, t. 9, no 2,‎ , p. 217-221 (lire en ligne)
  8. « Réponse de Roger Bastide à Michel Leiris », Gradhiva, no 7,‎ , p. 68-69 (lire en ligne)
  9. Gérard Cogez, « Objet cherché, accord perdu. Michel Leiris et l'Afrique », L'Homme, vol. 39, no 151,‎ , p. 237-255 (lire en ligne)

Liens internes[modifier | modifier le code]