Boucle du Niger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La boucle du Niger sur une carte contemporaine.

La boucle du Niger est l'ensemble des régions situées au Sud du fleuve Niger.

Selon le capitaine Paul Voulet, qui explora la région à la fin du XIXe siècle, il s'agit de « cette vaste région de l'Afrique occidentale que l'océan baigne au sud et que le grand fleuve limite presque partout ailleurs. Au-delà du fleuve, vers le nord, sont les steppes sahariennes souvent désertiques ; à l'intérieur de l'immense boucle, au contraire, les régions fertiles, arrosées par des cours d'eau nombreux et les pluies équatoriales, et où la nature plus clémente s'est plu à rendre plus facile et plus douce l'existence des hommes »[1],[2].

Les régions les plus septentrionales de la boucle se trouvent au Mali entre les villes de Tombouctou et de Gao.

La « question de la boucle du Niger »[modifier | modifier le code]

Comptage des kawris dans un poste de la boucle du Niger (phot. Fortier, vers 1905).

La « question de la boucle du Niger » désigne les litiges et négociations entre la France et l'Angleterre, et dans une moindre mesure avec l'Allemagne, pour la prise de contrôle de ce territoire.

Une série d'explorations, de conquêtes et de traités internationaux établissent progressivement de 1890 à 1904 les frontières entre ce qui deviendra l'Afrique-Occidentale française et les colonies britanniques de Côte-de-l'Or (Ghana actuel) et Niger (Royal Niger Company, Nigeria actuel), ainsi que la possession allemande du Togo[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Voulet, « Dans la boucle du Niger : Conférence de M. le capitaine Voulet à la société de géographie de Lille le 21 novembre 1897 », La Croix de la Drôme,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  2. Le capitaine Paul Voulet dirigera ultérieurement en 1899 avec le capitaine Julien Chanoine la « Mission Voulet-Chanoine ».
  3. Georges Antoine François Ludovic de La Vergne de Tressan, « La Pénétration française en Afrique : Ses caractéristiques et ses résultats », Challamel, 1906, p. 40-46

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Froment, Le peuplement humain de la boucle du Niger, ORSTOM, Bondy, 1988, 194 p. (ISBN 2-7099-0902-2)
  • Kawada Junzo (dir.), Boucle du Niger : approches multidisciplinaires, 3 vol., Tokyo, Institut de recherches sur les langues d'Asie et d'Afrique, 1988-1992
  • Kélétigui A. Mariko, Souvenirs de la boucle du Niger : 1953-1976, Les Nouvelles Éditions Africaines, Dakar, 1980, 178 p. (ISBN 2-7236-0214-1)
  • Amiral Maxse, La Question franco-anglaise dans la boucle du Niger (traduit d'un article du National Review), Galignani, Paris, 1898, [lire en ligne]
  • Yveline Poncet, Atlas historique de la boucle du Niger : synthèse des colloques de Bamako et Niamey 1975-1976-1977 ; histoire et tradition orale ; proj. Boucle du Niger ; l'Empire du Ghana, l'Empire du Mali, l'Empire du Songhay, Paris, 1981, 23 p.
  • Henri Schirmer, « Principaux résultats géographiques des explorations récentes dans la Boucle du Niger », in Annales de géographie, 1898, tome 7, no 33, p. 230-238, [lire en ligne].
  • Service géographique des colonies, Index alphabétique de la Carte de la boucle du Niger au 1/1.500.000e, Paris, H. Barrère, 1897, 80 pages, [lire en ligne]
  • [Mgr] Thévenoud, Dans la boucle du Niger, éd. Grands Lacs, Namur, 1938, 176 p.