Sangha (Mali)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sangha
Sangha (Mali)
Vue de Sangha (2007)
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Mopti
Cercle Bandiagara
Maire Ali Dolo (Adéma-Pasj)
Démographie
Population 30 798 hab. (2009[1])
Géographie
Coordonnées 14° 28′ 00″ nord, 3° 19′ 00″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Sangha
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Sangha

Sangha est une commune du Mali dans le cercle de Bandiagara, dans la région de Mopti. Haut lieu de la culture dogon, Sangha fut étudiée notamment par les ethnologues Marcel Griaule, Germaine Dieterlen, Geneviève Calame-Griaule, voire mise en scène par la romancière Catherine Clément[2].

Population[modifier | modifier le code]

En 2009, lors du 4e recensement, la commune comptait 30 798 habitants[1].

La ville, au bord du plateau, regroupe 10 villages rapprochés de 11 467 habitants. et est considérée comme la capitale culturelle du pays dogon. En plus de ces 10 villages groupés , il y a aussi 6 villages isolés sur le plateau rocheux ainsi que 44 villages sur la falaise et dans la plaine[3].

Le village est constitué de 13 quartiers, tels que « Ogol-du-haut » et « Ogol-du-bas ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Année Maire élu Parti politique
2004 Daniel Guirou US-RDA
2009 Ali Inogo Dolo Adéma-Pasj

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis Bandiagara une piste, assez défoncée, mène au petit village de Sangha qui vit essentiellement de la culture de l'oignon.

Un hôtel accueille les touristes, ressource autrefois importante, qui viennent pour descendre la falaise où se trouvent les différents villages typiques dogons de la commune de Sangha (Ibi, Nini, Youga, Tireli, Yayé, Banani et Bongo).

Culture[modifier | modifier le code]

  • Les rites, danses et masques dogons.
  • Dans le cadre de son travail sur les Dogons, au cours des années 1930, l'ethnologue français Marcel Griaule effectue de nombreux séjours à Sangha. Sa fille aînée, Geneviève Calame-Griaule, y poursuit également des recherches[4].
  • Une partie du film de Souleymane Cissé, Yeelen, a été tournée à Sangha.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b 4e recensement général de la population et de l'habitat du Mali (RGPH). Résultats définitifs. Tome 0. Répertoire des villages, mars 2013, p. 217
  2. Histoire des Dogons, en 20 épisodes d'environ 18–20 minutes, narrés par Catherine Clément, sur France Culture, dans le cadre de l'émission « Un autre jour est possible », présentée par Tewfik Hakem, mai-juin 2006. Voir le compte rendu critique d'Éric Jolly, « Rêveries exotiques sur les Dogon », in L'Homme, no 182, avril-juin 2007, p. 187-214, [lire en ligne]
  3. « Le pays Dogon », sur Comité d'aide à Sangha et au pays Dogon (consulté le )
  4. Éric Jolly, « Geneviève Calame-Griaule (1924-2013) », in L'Homme, no 213, 2015, p. 7-18, [lire en ligne]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diougodié Dolo, Monographie d'un village. Sangha (Soudan français) », in Bulletin de l'enseignement en Afrique occidentale française, 1936, p. 25-49
  • Garibou Dolo, Impact du tourisme sur la scolarisation en pays dogon : cas de Sangha, Université du Mali-Bamako, 2003, 53 p. [lire en ligne]
  • Michel Leiris, « Les rites de circoncision chez les Dogon de Sanga » in Journal des Africanistes, 1936, 6-2, p. 141-161

Article connexe[modifier | modifier le code]