Maison de Roye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison de Roye
Armes de la famille.
Armes de la famille :

Blasonnement De gueules à la bande d'argent[1].
Pays ou province d’origine Picardie
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France

La maison de Roye est une famille noble de Picardie issue d'Evrard, cité en 1095. Elle tire son nom de son premier fief, la seigneurie de Roye actuellement dans le département de la Somme.

La filiation est établie depuis 1095, avec Everard, sire de Roye.

Branche aînée[modifier | modifier le code]

  • Dreux? Everard, sire de Roye ;
  • Albéric de Roye, finança en 1154, la construction de l'église de l'abbaye d'Ourscamp ;
  • Rogues (Roricon), sire de Roye et de Germigny (XIIe siècle), marié avec Adelíne de Guise dont il eut :
  • Alix de Roye († 1203) qui épousa Robert de Montdidier ;
  • Raoul Ier de Roye († après 1202) , frère cadet de la précédente, chevalier, seigneur de Roye, Guerbigny, Saint-Taurin, Lignières-lès-Roye et Monchy-le-Perreux, épousa vers 1180, Marie Le Seigneur ;
  • Mathilde de Roye, dame de Lignières-lès-Roye, épousa Renaud de Mailly, chevalier, seigneur de Barastre ;
  • Pierre de Roye († 2 mars 1248), chevalier
    • son fils, Nicolas de Roye († 14 février 1239), évêque-comte de Noyon, pair de France ;
  • Robert de Roye († après 1220), grand prévôt de l'Eglise de Cambrai, évêque d'Evreux ;
  • Jean Ier de Roye(† après 1219), fils aîné de Raoul de Roye, chevalier, seigneur de Roye, Guerbigny, Becquigny, Monchy, Crapaumesnil et de Lignières-lès-Roye, épousa en premières noces, ~1200, Ermentrude, veuve de Guillaume de Mello et en secondes noces, ~1220 ? la comtesse de Hangest ;
  • Raoul de Roye († 1230) , frère cadet du précédent, auteur de la branche de La Ferté et de Vendeuil, seigneur de Guerbigny, Monchy-le-Preux, Dury et La Ferté-en-Ponthieu, épousa ~1210, Marie Le Seigneur, dame de La Ferté-en-Ponthieu ;
  • Mathieu Ier de Roye († après 1300), fils de Jean de Roye, seigneur de Roye, Guerbigny, Becquigny et Monchy-le-Perreux, accompagna le roi Saint Louis aux croisades de 1248 et 1270. Il épousa ~1260 Alix de Boubers ;
  • Jean II de Roye († après 1338), fils de Mathieu de Roye, seigneur de Roye, Guerbigny, Becquigny et Monchy-le-Perreux, gouverneur de Cambrai, épousa la Dame d'Offémont ;
  • Mathieu de Roye († après 1350), frère cadet de Jean II de Roye, seigneur du Plessier-de-Roye, en 1323, épousa Marguerite de Ville, auteur de la branche du Plessier-de-Roye ;
  • Jean de Roye, fils de Jean II de Roye, chanoine de Senlis en 1326, succéda à son oncle à l'office de grand prévôt de Cambrai en 1347 ;
  • Mathieu II de Roye († après 1377), fils de Jean II de Roye, seigneur de Roye, Guerbigny, Becquigny, Vespillières et Monchy-le-Perreux, commande l’Armée en 1348, sert en Picardie sous le duc de Bourbon en 1351, puis sous le roi de Navarre en 1352, en Normandie en 1353, en Gascogne, Poitou et Saintonge sous le conétable, Charles d’Espagne, en Bauvaisis en 1357, en Champagne en 1359, à Paris (04/1360), otage pour la délivrance du Roi Jean II captif en Angleterre, épousa en troisièmes noces en septembre 1363, Isabeau de Châtillon
  • Leur fille, Marie de Roye héritière de Roye, Monchy et Guerbigny, vendit sa terre de Guerbigny en 1415 à Dreu de Roye, épousa en secondes noces, Jean V de Hangest, mort à la bataille d'Azincourt, en 1415;

Extinction de la branche aînée de la Maison de Roye.

Branche du Plessier-de-Roye[modifier | modifier le code]

  • Jehan de Roye, défendit Tournai contre les Anglais ;
  • Mathieu de Roye († 1386) fut chargé en 1356 de la défense de la ville de Poitiers après la défaite française ;
  • Jehan de Roye, († 1396), frère du précédent, fut otage en Angleterre en échange de la libération du roi Jean II le Bon. Il y resta de 1359 jusque 1374 date à laquelle Bertrand du Guesclin négocia sa libération en échange de celle d'un grand seigneur anglais. Il lutta pour chasser les Anglais de Guyenne et fut un des trois chevaliers chargé de la garde du roi Charles VI pendant sa démence. Il fut tué à la bataille de Nicopolis en 1396 ;
  • Guy de Roye († 1409), fils de Matthieu de Roye dit Le Flament et de Jeanne de Chérizy ; évêque de Verdun (1381), archevêque de Tours (1382) puis archevêque de Sens (1385) et enfin archevêque de Reims (1390). Il fonda en 1399 le collège de Reims à l'université de Paris ;
  • Jehan de Roye,(† 1409), fils de Regnault, mort sans postérité ;
  • Mathieu de Roye († 1443), fils de Jehan de Roye († 1396), héritier de la branche aînée de la maison, seigneur de Roye et de Germigny, maréchal de France en 1414, marié avec Catherine de Montmorency, fut fait prisonnier à la bataille d'Azincourt, en 1415 ;
  • Jean de Roye († avant 1489), fils de Mathieu de Roye et de Catherine de Montmorency, vicomte de Busancy, chambellan du roi Louis XI ;
  • Jean de Roye († 1489) épousa Marguerite du Bois ;
  • Antoine de Roye († 1515), fils de Jean de Roye et de Marguerite du Bois, marié en 1505 avec Catherine de Sarrebrück, comtesse de Roucy ;
  • Charles de Roye (1510-1551), fils des précédents, comte de Roucy, vidame de Laon ;

Famille éteinte au XVIe siècle.

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Evrard
sgr de Roye
cité en 1095
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albéric
sgr de Roye
cité en 1140 et 1163
x Odette
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Rogue ou Roricon
sgr de Roye et Germiny
cité en 1165 et 1190
x Adeline de Guise[2]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raoul
sgr de Roye et Germiny
cité en 1202
 
 
 
 
 
Barthélémy
(1170 † 1237)
grand chambrier de France
x Pernelle de Montfort[3]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean 1er
sgr de Roye et Germiny
cité en 1217 et 1219
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Raoul
sgr de la
Ferté-en-Ponthieu
x Marie de Ville
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mathieu 1er († 1300)
sgr de Roye et Germiny
x Alix
 
 
 
 
 
 
 
Mathieu
sgr La Ferté
x Jeanne de Vendeuil
 
Marie
x Bouchard V
cte Vendôme[4]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean II
sgr de Roye et Germiny
cité en 1323 et 1338
x Ne de Thorotte
 
 
 
 
 
Mathieu
(† 1351)
sgr de Plessis-de-Roye
x Marguerite de Ville
 
 
 
Mathieu
sgr La Ferté
x Marguerite de Picquigny
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mathieu II
(† 1377)
sgr de Roye et Germiny
x Yolande de Hangest
 
 
 
 
 
Mathieu
sgr de Plessis, maître des
arbalétriers de France
x Jeanne de Cherizy
 
 
 
Éléonore
x Jean II de Châtillon
comte de Porcien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie († >1416)
x1) Alain de Mauny
x2) Jean de Hangest
 
 
 
Jean († 1396)
sgr Aunoy, Muret et Cherizy
x Jeanne de Bérthune
 
Guy
(† 1409)
arch. Reims
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mathieu III († 1440)
sgr de Roye
x1) Marguerite de Ghistelles
x2) Catherine de Montmorency
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guy1
(† 1463)
sgr de Roye
 
Jean III2
(† 1489)
sgr de Roye
x Marguerite du Bois
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antoine († 1515)
sgr de Roye
x Catherine de Sarrebruck
comtesse de Roucy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles
(1510 † 1551)
comte de Roucy
x Madeleine de Mailly
dame de Conti
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Éléonore
(1535 † 1567)
dame de Conti
Louis Ier de Bourbon
prince de Condé
 
Charlotte
(1537 † 1572)
comtesse de Roucy
x François III
de la Rochefoucauld
 
 
 
 
 
 
 
 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Père Anselme, Histoire généalogique de la maison royale de la France et des grands officiers de la couronne, 1674, volume 8.
  • les informations contenues sur la page ont été et seront susceptibles de changer. Les informations sur la famille de Roye de la page sont incomplètes. Elles ne recensent pas les branches de la chevalerie ou de la noblesse subsistantes en France ou en Europe.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

|