Olivier de Mauny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Mauny.
Armes de la famille de Mauny.

Olivier de Mauny Ier du nom, seigneur de Lesnen, né vers 1320 et mort après 1405, est un chevalier qui participa à de nombreuses batailles auprès de Bertrand Du Guesclin, son cousin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier de Mauny est un membre de la famille de Mauny. Il est le fils d'Hervé de Mauny, sire de Thorigny et de Marie Duguesclin, fille de Guillaume du Guesclin, oncle du connétable Bertrand Du Guesclin, dont il est le cousin[1].

Avec ses frères Hervé, Henri, Eustache et Alain, il accompagne Betrand Du Guesclin dans toutes ses expéditions en France et en Espagne[1].

En 1352, lors d'une rencontre avec les Anglais près du Guildo, Olivier de Mauny fait prisonnier Jeannequin Toigne qui avait été un des champions du côté des Anglais du combat des Trente[pas clair][1]

En 1356, il gagne sous les murs de Rennes un combat singulier contre un chevalier anglais nommé Jean de Bolleton qui l'avait défié[1].

Il prend la forteresse de Carentan dont il devient le capitaine.[Quand ?]

Il prend part, en 1364, à la bataille de Cocherel, pendant laquelle il relève, avec plusieurs autres gentilshommes bretons, la bannière de Bertrand Du Guesclin qui avait été abattue. Il va ensuite avec ses frères rejoindre l'armée de Charles de Blois et combat avec eux à la bataille d'Auray lors de laquelle il est fait prisonnier[1].

En 1366, à la tête de douze cents lances, il suit Bertrand Du Guesclin en Espagne. Il se distingue aux sièges de Maguelonne et de Birviesca ainsi qu'à la bataille de Navarette au cours de laquelle Bertrand du Guesclin est fait prisonnier[1].

En 1369, il retourne en Espagne avec du Guesclin et fait des prodiges à la bataille de Tolède et contribue au gain de celle de Montiel qui rend Henri de Trastamare maître du royaume de Castille. Afin de récompenser Olivier de Mauny de ses services, ce prince lui fait don de la terre d'Agreda qui vaut quatre mille livres de rente. Peu soucieux de posséder des terres en Espagne, Mauny échange celles dont le roi de Castille l'avait gratiné contre plusieurs seigneurs de marque que ce prince détenait prisonniers. Leur rançon l'enrichit et lui permet d'épouser Marie de Roye, fille unique et héritière de Mathieu, sire de Roye et de Germigny, riche seigneur de Picardie qui était détenu depuis plusieurs années en Angleterre et dont Mauny racheta la liberté à condition d'épouser sa fille[1].

De retour en France, il accompagne Du Guesclin dans la plupart de ses expéditions en Normandie, en Limousin et en Poitou et prend part aux sièges de Saint-Sever (1370) et de Saint-Jean-d'Angély[1].

Il est présent à la bataille de Châteauneuf-de-Randon (1380).

Il fait édifier le château de Lesnen, près de Tinténiac, en Ille-et-Vilaine aujourd'hui disparu.

Conformément à ses dernières volontés, il est fait inhumé dans la chapelle de Saint-Thual.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h E. Grimaud, 1878.

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]