Louise-Marguerite de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louise de Lorraine.
Portrait de Louise-Marguerite de Lorraine par un artiste anonyme, XVIIe siècle

Louise-Marguerite de Lorraine (1577-1631) est une princesse française, membre de la Maison de Lorraine. À ce titre, elle recevait à la cour les honneurs dus aux membres des familles souveraines étrangères.

Elle a été mariée en 1605 à François de Bourbon, prince de Conti (1558-1614), puis secrètement au maréchal de Bassompierre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louise-Marguerite est la fille de Henri Ier de Guise, dit le Balafré, et de Catherine de Clèves. Elle reçut pour marraines la reine de France Louise de Lorraine-Vaudémont (cousine de son père) et la reine de Navarre Marguerite de France, respectivement épouse et sœur du roi Henri III de France.

Elle est la sœur cadette de Charles, quatrième duc de Guise, de Louis, archevêque de Reims (qui renonça à l'état ecclésiastique en 1611) et de Claude, duc de Chevreuse dont l'épouse sera une intrigante de haut vol.

Son père, chef de la Ligue catholique, et son oncle, le cardinal-archevêque de Reims, sont assassinés sur l'ordre du roi quelques mois après sa naissance. La princesse est élevée par sa grand-mère, Anne d'Este, petite-fille du roi Louis XII de France et grandit pendant les dernières guerres de religion.

La paix revenue, la beauté de la jeune fille inspira une folle passion au roi Henri IV vieillissant. Celui-ci désirait l'épouser mais ne le pouvait pas pour deux raisons principales d'ordre privé : il était déjà marié et père de famille; sa maîtresse s'y opposait.

Désirant cependant s'allier la puissante Maison de Lorraine, le roi intima l'ordre d'épouser la princesse de Lorraine à son cousin germain François de Bourbon, prince de Conti, veuf, sourd, muet, et lui aussi au seuil de la vieillesse.

Les noces furent célébrées en 1605 au Château de Meudon, le prince de Conti ayant 47ans et la princesse de Lorriane 17. Le roi, qui en avait 52, espérait bien faire de sa cousine, devenue princesse du sang, sa maîtresse. Leur complicité fit en effet jaser.

Le couple Bourbon-Conti eut en 1610 une fille qui ne vécut que trois semaines.

Veuve en 1614, elle céda la principauté de Château-Regnault, qu'elle possédait, à Louis XIII, roi de France en 1629, en échange d'autres terres, après de longues négociations menées par Richelieu. Connue pour sa liberté de parole et d'esprit, elle épousa secrètement le maréchal de Bassompierre et fut disgraciée avec lui après la Journée des dupes . Elle mourut à Eu, le 30 avril 1631.

On lui attribue[1] l'Histoire des amours de Henri IV (1664), qui avait paru une première fois de manière anonyme en 1629 sous le titre Histoire des amours du grand Alcandre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À tort, selon Antoine Adam (Tallemant des Réaux, Historiettes, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1960, tome I, p. 707).

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Notice biographique par Fortunée Briquet (1804), dans le Dictionnaire des femmes de l'ancienne France de la Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR)