Marie de Clèves (1426-1487)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Clèves.
Marie de Clèves
Charles of Orleans & Marie of Cleves.jpg

Tapisserie figurant deux personnages sous un dais,
musée des arts décoratifs de Paris, vers 1460-1465.
Le couple passait pour représenter le duc Charles Ier d'Orléans et Marie de Clèves[1],[2]. Toutefois, une autre identification évoque le duc Louis Ier de Savoie et Anne de Lusignan[3].

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
PicardieVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Marguerite de Clèves (en)
Hélène de Clèves (d)
Jean Ier de Clèves
Agnès de Clèves
Catherine de Clèves (en)
Élisabeth de Clèves
Adolphe de Clèves-RavensteinVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Blason FR Marie de Cleves.svg

blason

Marie de Clèves (19 septembre 1426 - 23 août 1487) est une princesse et mécène du XVe siècle devenue duchesse d'Orléans par son mariage avec le duc Charles d'Orléans en 1440. Elle est la mère du roi Louis XII de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie de Clèves est l'une des filles d'Adolphe Ier (Adolphe IV de La Marck), duc de Clèves, et de Marie de Bourgogne, elle-même fille de Jean sans Peur, duc de Bourgogne.

Alors âgée de 14 ans, elle devient duchesse d'Orléans en épousant en 1440 à Saint-Omer (Pas-de-Calais) le duc Charles d'Orléans avec qui elle aura :

Elle joua un rôle important de mécène en faisant transcrire les ballades et rondeaux de son époux, ainsi que de quelques amis, dans un manuscrit conservé à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (ms. 375). Elle est elle-même l'auteur de quelques poésies, dont subsistent deux rondeaux : En la Forest de longue actente[4], L'habit le moine ne fait[5].


Ses lieux de résidence les plus habituels étaient Blois et Chauny (Aisne), où elle mourut.

Marie de Clèves avait une bibliothèque de livres enluminés, parmi ceux-ci un Livre d'heures commandé à Jean Fouquet[6].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide illustré du Musée des arts décoratifs, Paris, Palais du Louvre, 1923, p. 20, lire en ligne.
  2. Raimond Van Marle, Iconographie de l'art profane au Moyen-âge et à la Renaissance, et la décoration des demeures. La vie quotidienne, La Haye, M. Nijhoff, 1931-1932, p. 12, lire en ligne.
  3. Anna Maria Cetto, « Der Berner Traian- und Herkinbald-Teppich », Jahrbuch des Bernischen Historischen Museums in Bern, 93-94 (1963-1964), 1966, p. 3-23. Article tiré à part : Anna Maria Cetto, Der Berner Traian - und Herkinbald- Teppich, Berne, 1966, 230 p. (compte rendu dans Bulletin monumental, tome 128, n° 2, 1970, p. 174, lire en ligne).
  4. disponible sur Gallica
  5. [lire en ligne]
  6. Chronologie de Fouquet, 1472

Liens externes[modifier | modifier le code]