Marguerite de Foix (morte en 1486)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (février 2013).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Marguerite de Foix
Gisant Marguerite de Foix & François II, Nantes

Marguerite de Foix, (née après 1458, morte le à Nantes), fille de Gaston IV de Foix-Béarn, comte de Foix, et d'Éléonore Ire de Navarre, reine de Navarre, fut duchesse consort de Bretagne par son mariage à François II en 1471.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le [1], à Clisson, elle épouse le duc de Bretagne François II (1435-1488), fils de Richard de Bretagne (1395-1438), comte d'Étampes (1421-1438), et de Marguerite d'Orléans (1406-1460), comtesse de Vertus (1423-?). Il s'agissait pour François II d'un second mariage, sa première femme Marguerite de Bretagne étant morte en 1469.

La duchesse attend un héritier mâle qui n'est jamais arrivé. Son livre d'heures contient ainsi de nombreuses invocations à des personnages bibliques ayant comme point commun une naissance miraculeuse et difficile à un âge avancé de leurs parents (Isaac, Samuel, Saint Jean Baptiste)[2]. De cette union naissent deux filles :

Sépulture[modifier | modifier le code]

Marguerite de Foix repose dans la cathédrale de Nantes, aux côtés de son mari et de Marguerite de Bretagne, dans un magnifique tombeau communément appelé « Tombeau de François II », chef-d'œuvre de la sculpture bretonne à l'aube de la Renaissance.

Divers[modifier | modifier le code]

Marguerite de Foix possédait le spinelle Côte-de-Bretagne qui, légué à sa fille Anne de Bretagne, entra dans le trésor royal de François Ier. Retaillé en forme de dragon pour constituer l'insigne de la Toison d'or de Louis XV, il fait partie des joyaux de la Couronne conservés au Musée du Louvre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse de France, Paris, Antoine Boudet, (lire en ligne)
  2. John P. Harthan, L'Âge d'or des livres d'heures : La Vie et l'art au Moyen Âge révélé par les chefs-d'œuvre de l'enluminure, Paris-Bruxelles, Elsevier-Sequoia, , 192 p., p. 121-122