Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours

   
Image illustrative de l'article Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France
Page de garde de l’édition originale

Auteur Fortunée Briquet
Pays France
Genre Dictionnaire biographique
Éditeur Treuttel & Würtz
Lieu de parution Paris
Date de parution An XII
Nombre de pages 353

Le Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordée aux Gens de Lettres, depuis l’établissement de la Monarchie jusqu’à nos jours est un ouvrage publié en 1804 par Fortunée Briquet.

Description[modifier | modifier le code]

Dédicacé à Napoléon Bonaparte, ce dictionnaire est une compilation de 564 notices de femmes francophones entre le VIe siècle et le Consulat[1]. Réunissant des femmes mécènes, des poétesses, des auteures, des salonnières et des écrivaines[2], ce dictionnaire constitue une source essentielle d’informations sur les femmes liées au monde des lettres[2]. Chaque biographie y est complétée par une bibliographie.

Contexte[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Fortunée Briquet ayant été redécouverte au moment du Bicentenaire de la Révolution[3], le Dictionnaire est réédité en mars 2016[4]. Il recense 330 femmes auteures entre 1700 et 1804. Il est, avec le dictionnaire de Louise de Kéralio entrepris entre 1786 et 1789, une preuve de l’activité littéraire des femmes au cours du XVIIIe siècle. Des recherches systématiques effectuées dans les années 2000, recensent 531 noms, ce qui contredit la thèse de l’historien Robert Darnton selon lequel la production littéraire du XVIIIe siècle serait essentiellement masculine[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrice Bret, « Madame d’Arconville, femme de sciences au temps des Lumières », Pour la science, vol. 402,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Dictionnaire universel des Créatrices 2013, p. 646.
  3. « Marguerite-Ursule-Fortunée Bernier — SiefarWikiFr », sur siefar.org (consulté le 23 décembre 2016).
  4. Fortunée Briquet et Nicole Pellegrin (préface), Dictionnaire historique des Françaises connues par leurs écrits, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, , 404 p. (ISBN 978-2-86820-925-2).
  5. Adeline Gargam, Les Femmes savantes lettrées et cultivées dans la littérature française des Lumières : ou, La conquête d'une légitimité (1690-1804), Paris, Honoré Champion, , 530 p. (ISBN 978-2-7453-2564-8, lire en ligne), p. 188.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Reid (dir.) et Nicole Pellegrin, « Le Dictionnaire de Fortunée Briquet (1804) : fabrication et postérité d'une histoire littéraire au féminin », Les Femmes dans la critique et l'histoire littéraire, Paris, Champion,‎ , p. 101-120 (ISBN 978-2-74532-232-6, OCLC 767836196, lire en ligne [24 cm]).
  • Nicole Pellegrin, « Marguerite-Ursule-Fortunée Bernier », sur siefar.org, Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime, (consulté le 31 juillet 2017).
  • H. Plick, « Fortunée Briquet, 1782-1815 », Henri Clouzot, Portraits à la plume, Niort, L. Clouzot,‎ (OCLC 457817691).

Liens externes[modifier | modifier le code]