Une vie difficile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une vie difficile
Description de cette image, également commentée ci-après
Alberto Sordi dans une scène du film
Titre original Una vita difficile
Réalisation Dino Risi
Scénario Rodolfo Sonego
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie
Durée 118 minutes
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Une vie difficile (Una vita difficile) est un film italien réalisé par Dino Risi, sorti en 1961.

Le film revêt une certaine importance parce qu'il assume une parfaite transition entre l'esprit critique du néoréalisme et celui de dérision et de cruauté ironique, propre à la comédie italienne des années 1960. Il anticipe aussi sur des films-panoramas, teintés d'amertume, comme Nous nous sommes tant aimés (1974) d'Ettore Scola. Il figure parmi les 100 films italiens à sauver[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1944, en pleine Seconde Guerre mondiale, Silvio Magnozzi, originaire de Rome, qui a combattu en tant que sous-lieutenant dans les rangs de l'armée royale près du lac de Côme jusqu'à l'armistice du 8 septembre, se retrouve à combattre aux côtés de groupes de partisans locaux contre les forces nazies et fascistes. À la recherche d'une cachette après une action de partisan, il est envoyé dans un hôtel pour prendre contact avec sa logeuse, Mme Amalia Pavinato. Là, cependant, Silvio est découvert par un soldat allemand qui a l'intention de l'abattre sur le champ, mais Elena, la fille du propriétaire de l'hôtel, lui sauve la vie en tuant l'Allemand avec un fer à repasser. En outre, la fille indique au partisan un endroit sûr pour dormir et s'abriter des représailles allemandes : le moulin qui appartenait à ses grands-parents décédés.

Bien que Silvio soit ferme sur ses idées de lutte armée contre les forces d'occupation ennemies, il n'a pas le courage de rejoindre les partisans et, pendant quelques mois, Elena et lui vivent en amoureux dans le moulin. Après la libération, Silvio retourne à Rome, où il trouve un modeste emploi de journaliste à Il Lavoratore, un quotidien d'idéologie communiste qui défend la classe ouvrière. En tant que journaliste, Silvio est fermement convaincu de ses idées de gauche, croit fermement à l'antifascisme et s'oppose au roi, à la monarchie et à la classe bourgeoise. Au journal, Silvio travaille main dans la main avec Franco Simonini, son ami et camarade de parti. Ce n'est qu'à la fin de l'année 1945 que Silvio se rend à nouveau en Lombardie avec Franco, pour effectuer un reportage à Dongo. Il confie alors à son ami son aventure avec Elena et décide, en partie par nostalgie du temps passé avec la femme, de l'appeler pour des « retrouvailles ». La femme, d'abord offensée, est aussi prise par d'anciens sentiments et accepte donc de le suivre à Rome pour commencer une cohabitation, bien que dans une situation financière difficile.

Un soir, après le référendum institutionnel de 1946, un marquis, ami de la famille d'Elena, reconnaît la jeune fille dans les rues de Rome et tous deux sont invités à dîner dans un palais appartenant à des aristocrates royalistes et conservateurs. Silvio, retenu par Elena, s'abstient de déclarer ouvertement sa foi républicaine pour ne pas renoncer à un succulent repas. Le jeune couple continue à manger jusqu'à ce que la victoire de la République soit annoncée par la radio présente et que les personnes présentes se retirent dans leurs chambres indignées et bouleversées par l'abandon de la monarchie.

La vie du couple, malgré le mariage et l'arrivée d'un fils, se déroule difficilement, notamment parce que Silvio, peu enclin à transiger sur ses idées, est contraint d'occuper un emploi sous-payé et frustrant. À la suite de sa participation aux manifestations survenues lors de la tentative d'assassinat de Palmiro Togliatti en 1948, il est arrêté et condamné à deux ans et demi de prison. Il sera libéré à la mi-1950 (entre-temps, il consacre beaucoup de temps à l'écriture de lettres à Elena et d'un roman autobiographique à matrice politique qu'il voudrait intituler Une vie difficile). Dès sa sortie de prison, il découvre immédiatement que son ami et collègue Simonini, son ancien camarade communiste, a quitté le journal pour se ranger du côté des patrons.

Alberto Sordi abordant Alessandro Blasetti en plein travail dans une scène se déroulant à Cinecittà.

Elena le soutient d'abord, puis, en partie à cause des exhortations de sa mère, elle essaie de le convaincre de passer un diplôme et de s'installer à Cantù-Cermenate[2], où, grâce aux recommandations de sa belle-mère, il obtiendra un poste permanent dans une importante entreprise de la province de Côme. Silvio refuse à la fois d'accepter un travail sans rapport avec le journalisme et de quitter Rome, mais il tente tout de même de lui faire plaisir en passant un examen, où il échoue lamentablement ; incapable de supporter la honte de son échec à l'examen, il se saoule le soir même, allant jusqu'à insulter Elena, lui reprochant de ne l'avoir jamais compris et déclarant qu'il n'a jamais éprouvé qu'une attirance physique pour elle. La femme, désemparée, disparaît de la vie de Silvio. Deux ans plus tard, nous retrouvons Silvio qui, après avoir vu son manuscrit rejeté par toutes les maisons d'édition, cherche à vendre son roman comme sujet pour le cinéma, en l'occurrence à Cinecittà, où il tente de le proposer, sans grand succès, à des metteurs en scène et des acteurs de renom comme Vittorio Gassman, Silvana Mangano ou Alessandro Blasetti. Alors qu'il est brusquement écarté du plateau, il fait une rencontre tout à fait fortuite avec le Marquis, un ami d'Elena qu'il avait déjà rencontré en 1946, le soir du référendum. Le marquis apprend la nouvelle vie d'Elena et Silvio, toujours amoureux de sa femme, tente une dernière fois de la reconquérir en se rendant à Viareggio, mais non seulement Elena n'a pas pardonné à Silvio, mais elle a maintenant un autre homme dans sa vie et ne semble pas disposée à renoncer au mode de vie aisé qu'elle mène désormais[3]. Tout au long de la soirée, Silvio s'enivre et se ridiculise en suppliant sa femme de lui revenir. Après son départ, Silvio, désespéré, évacue son amertume en crachant sur les voitures de luxe qui circulent dans la ville toscane : il semble que dans la nouvelle Italie du miracle économique, il n'y ait pas de place pour lui et ses idéaux de justice sociale.

Bien plus tard (en 1961), les funérailles d'Amalia, la mère d'Elena, ont lieu en Lombardie : Silvio, à la surprise générale, se présente au volant d'une voiture de luxe, à tel point que les personnes présentes semblent plus intéressées à regarder la voiture qu'à suivre le cortège funèbre. Silvio supplie Elena de lui pardonner à nouveau, affirmant qu'il a trouvé un emploi stable et qu'il a mis de côté ses idées politiques et ses ambitions d'écrivain pour rechercher la stabilité et la sécurité économique, comme elle et sa mère le souhaitaient. Elena est émue de voir le moulin où ils ont passé des jours heureux et décide d'y retourner avec lui.

L'homme d'affaires Bracci, qui a engagé Silvio comme homme à tout faire, organise une fête : Silvio, qui travaille désormais entouré de luxe, est contraint d'effectuer toutes sortes de tâches pour le compte de son employeur : ce dernier ne manque pas une occasion de l'humilier publiquement, jusqu'à ce que, pour le ridiculiser devant les invités, il lui asperge un siphon entier d'eau de Seltz sur le visage. Silvio, incapable de supporter ce nouvel affront, gifle Bracci au visage, le faisant tomber dans la piscine. À travers ce geste, aussi bien héroïque qu'inconsidéré, Silvio reconquiert Elena. Le couple quitte la fête et ils rentrent chez eux à pied.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Franco Fabrizi et Alberto Sordi dans une scène du film.
Alberto Sordi et Daniele Vargas dans une scène du film.
Alberto Sordi et Claudio Gora dans une scène du film.

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu en partie sur le lac de Côme, à Lenno (Tremezzina) et entre Lierna et Varenna. Le film s'ouvre sur la plage du golfe de Vénus. La ville du moulin à vent où Elena et Silvio ont passé leurs premiers mois ensemble a été filmée à Cerano d'Intelvi, près de la rivière Telo[4]. La célèbre scène des crachats sur les voitures, bien que le film dise qu'elle se déroule à Viareggio, a en fait été filmée le sur la promenade de Ronchi, dans le quartier de Marina di Massa, devant le restaurant Oliviero[5]. Le film est également tourné à Rome[6].

La participation de Borante Domizlaff[modifier | modifier le code]

L'acteur imitant le soldat allemand tué par Elena avec un fer à repasser, Borante Domizlaff, était en fait un soldat allemand pendant la Seconde Guerre mondiale, servant dans le Sicherheitsdienst (SD) des SS jusqu'au grade de major (SS-Sturmbannführer)[7],[8],[9],[10]. Pendant l'occupation allemande de Rome, Domizlaff a participé à l'organisation et à l'exécution du massacre des Fosses ardéatines sous les ordres du lieutenant-colonel Herbert Kappler ; il a donc été l'un des accusés dans le procès du massacre d'après-guerre, qui s'est terminé en 1948 par la condamnation de Kappler seul à la prison à vie (confirmée ultérieurement en deuxième instance et en autorité de la chose jugée) et par l'acquittement de ses subordonnés[11],[12].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Lorsqu'Une vie difficile sort sur les écrans italiens le , il est mal accueilli par les critiques[13]. Avec 5 578 594 entrées[14], c'est le 11e film le plus populaire du box-office Italie 1961-1962[15].

Quatre décennies après sa création, l'œuvre jouit d'une plus grande popularité[13], notamment lors des critiques émises lorsqu'il fait l'objet d'une version restaurée en 2021[3]. Una vita difficile est une « petite fresque de quinze années de vie italienne observées à travers les efforts et le ratage d'un journaliste luttant pour ses idéaux démocratiques. »[16]

Une vie difficile est un « film bilan, un jugement sans appel prononcé contre une société malade dont le cinéaste se fait le censeur désenchanté en utilisant toutes les ressources de la satire. (...) Avec le recul et l'éclairage de la situation contemporaine de l'Italie, le personnage du "commendatore" Bracci (Claudio Gora), brasseur d'affaires dont le pouvoir s'étend à tous les domaines, prend un relief singulier, une inquiétante anticipation sur le pire qui était à venir », écrit Jean A. Gili[17].

Les critiques signalent le rôle d'Alberto Sordi[18]. Freddy Buache considère qu'il s'agit « d'une des meilleures compositions de Sordi, artiste qu'il ne faut pas craindre de comparer, par la finesse de son jeu et l'expression nuancée de la psychologie, à certains interprètes inspirés qui ont régné, à la belle époque, sur les plus mémorables réalisations américaines de burlesque poétique. »[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 100+1 film », sur retedeglispettatori.it
  2. Il s'agit en fait de deux villages voisins mais bien distincts, et le double nom est le nom de la gare qui dessert les deux villages.
  3. a et b Jean-François Rauger, « Reprise : « Une vie difficile », le regard féroce et navré de Dino Risi sur la société italienne des années 1960 », Le Monde},‎ (lire en ligne)
  4. (en) « 19 Unforgettable Movies Set on Lake Como To Watch During Lockdown », sur comolakesideblog.com
  5. (it) Alberto Anile, « Versilia. La notte in cui Sordi divenne Magnozzi e sputò sul Boom », La Repubblica,‎ , p. 32
  6. Lieux de tournage
  7. (it) « A Cinecittà nascondevano i nazisti facendoli recitare da nazisti », sur huffingtonpost.it
  8. (it) [vidéo] Filmauro, UNA VITA DIFFICILE - Clip Tedesco minaccia Silvio ma viene ucciso da Elena sur YouTube
  9. (it) « La comparsa Domizlaff », sur iltascabile.com
  10. (it) « Domizlaff, un’SS a Cinecittà », sur iltascabile.com
  11. (en) « The first german casualty of World War 2 – The case of Oberstleutnant Domizlaff » (version du sur Internet Archive)
  12. (it) « La prima intervista di Erich Priebke nel '94: "Il Vaticano mi aiutò a fuggire in Argentina" », sur repubblica.it
  13. a et b (en) Rémi Fournier Lanzoni, Comedy Italian style, New York, Continuum, (ISBN 978-0-8264-1822-7), p. 85-86
  14. (it) Maurizio Baroni, Platea in piedi (1959-1968) : Manifesti e dati statistici del cinema italiano, Bolelli Editore, (ISBN 978-8887019025, lire en ligne)
  15. « Stagione 1961-62: i 100 film di maggior incasso », sur hitparadeitalia.it (consulté le )
  16. Jacques Lourcelles in : Dictionnaire du cinéma, Éditions Robert Laffont
  17. Le cinéma italien, Éditions de La Martinière, 2011.
  18. Nathalie Dray, « Une vie difficile : l’Italie pas jolie sous l’œil de Dino Risi », Libération,‎ (lire en ligne)
  19. Freddy Buache, Le cinéma italien 1945-1990, Éditions L'Âge d'Homme,

Liens externes[modifier | modifier le code]