Le Châtelet (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Châtelet
Le Châtelet (Cher)
L'abbaye Notre-Dame de Puyferrand.
Blason de Le Châtelet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Berry Grand Sud
(siège)
Maire
Mandat
Bernadette Perrot-Dubreuil
2020-2026
Code postal 18170
Code commune 18059
Démographie
Population
municipale
968 hab. (2018 en diminution de 9,36 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 33″ nord, 2° 17′ 02″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 276 m
Superficie 32,80 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Châteaumeillant
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Châtelet
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Le Châtelet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Châtelet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Châtelet

Le Châtelet est une commune française rurale, située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire. Ses habitants sont les Castelloises et les Castellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud du département du Cher, la commune est entourée par Saint-Pierre-les-Bois, Ids-Saint-Roch, Saint-Maur, Saint-Jeanvrin et Maisonnais. Le Châtelet est chef-lieu de canton[1] et fait partie de l'arrondissement de Saint-Amand-Montrond. La grande ville la plus proche est Montluçon, à 42 kilomètres de distance[2].

Le Châtelet se trouve sur le tracé du méridien de Paris[3].

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Châtelet est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (56,6 %), terres arables (25,3 %), forêts (11,5 %), zones agricoles hétérogènes (4 %), zones urbanisées (2,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Castelliolum vers 1020[11]; le Chatellet sur la Carte de Cassini[12] au XVIIIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, les habitants de la commune vivaient essentiellement du travail de la terre. La communauté du Châtelet est épargnée par la crise démographique au début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 150 feux en 1709 à 158 en 1726[13].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Librefeuille[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Châtelet.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

de gueules au château d’argent maçonné de sable surmonté de trois fleurs de lys d’or rangées en chef.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2014 Bernard Jamet DVD Conseiller général (1998-2011)
mars 2014 juillet 2020 Mireille Brunet[15]   Retraitée
juillet 2020 En cours Bernadette Perrot-Dubreuil[15],[16]   Professeure des écoles ou instituteur ou assimilée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2018, la commune comptait 968 habitants[Note 2], en diminution de 9,36 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0331 0231 0681 2001 3681 4351 5831 7201 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8321 8422 0002 1262 2162 2332 2832 2702 191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0992 1381 9541 6581 6251 5521 4581 4001 257
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 2331 2261 2651 1511 1061 1041 1391 1301 053
2018 - - - - - - - -
968--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Festivielle : festival de vielles (instrument de la musique traditionnelle berrichonne) se déroulant chaque année depuis 2002 le 1er week-end d'août

Musées les plus proches[modifier | modifier le code]

  • Le musée Émile Chénon, à Châteaumeillant.
  • Le musée Saint-Vic à Saint-Amand-Montrond.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Gaston Guillemain, célèbre « vielleux ».
  • Abbaye de Puyferrand : l'abbaye de Puyferrand date du XIe siècle. Elle avait été pillée et incendiée en 1569, puis rénovée au XVIIe siècle par l'abbé Pierre Gaussens[21]. Elle est classée Monument historique depuis 1911[22]. De style roman, elle possède plusieurs particularités : sa voûte ogivale du XVIIe siècle, des statues en bois du XIIIe siècle, une remarquable pietà datant du XVe siècle, des passages berrichons et des stalles provenant du prieuré d'Orsan. Elle appartient à la commune.
  • Le village potier des Archers : ancien village de potiers[23] (une vingtaine de potiers exerçaient en 1809) que l'Association Mélusine et la commune du Châtelet reconstituent en permettant l'établissement de potiers dans ce village. De nombreux épis de faîtage sont visibles sur les maisons. Depuis 1997, sept potiers se sont installés et sont ouverts toute l'année. Un marché des potiers se tient dans le village tous les troisièmes dimanches de juin. Le musée de la Poterie a ouvert ses portes en . Il a été réalisé dans la maison du dernier potier du village qui a cessé son activité en 1943. On y découvre la pièce à vivre, l'atelier, typique du XIXe siècle. La loge de cuisson possède un four à bois de type Sèvres ou un four à flammes renversées.
  • L'église Saint-Martial, en pierre blanche, a été reconstruite de 1887 à 1889 par l'architecte Henry Dauvergne. Elle remplace une petite chapelle en ruine qui existait depuis longtemps. Le portail de l'église est ouvragé.
  • Les vestiges d'une ancienne forteresse du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Berthoulat (Le Châtelet 1859 - Paris 1930), journaliste et homme politique, député puis sénateur de Seine-et-Oise.
  • Jean-Baptiste Lemire (Colmar, Haut-Rhin 1867 - La Flèche, Sarthe 1945) : chef d'orchestre dans cette commune et compositeur.
  • Gaston Guillemain (Le Châtelet 1877-? 1966) : célèbre « vielleux » qui a su donner ses lettres de noblesse à la vielle et a également fait naître de nombreuses passions. Il a ainsi contribué à inspirer les vielleux d'aujourd'hui. Sa statue, devant la mairie du Châtelet, indique qu'il est encore bien présent dans la cité et les cœurs castellois.
  • Édith Jéhanne, actrice du cinéma muet née au Châtelet en 1899.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La région est connue pour l'agneau du limousin, le porc d'Auvergne et les volailles du Berry, ainsi que les vins du Val de Loire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Châtelet », sur www.cg18.fr (consulté le 15 mai 2014).
  2. « Le Châtelet (Mairie) », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 15 mai 2014).
  3. La Méridienne verte, un projet imaginé pour fêter l'an 2000 par l'architecte Paul Chemetov.
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, p. 1462
  12. https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-de-cassini
  13. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 168
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Châtelet », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 6 décembre 2012).
  15. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 9 août 2020).
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 9 août 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. http://www.journeesdupatrimoine.culture.fr/fr/le-programme/eglise-abbatiale-de-notre-dame-de-puyferrand-le-chtelet-cher
  22. « L'église de Puyferrand », notice no PA00096770, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Gérard Vincent, Les grès anciens du Berry, leur rôle dans la vie des hommes de Verneuil-sur-Igneraie au Châtelet en Berry du 17e siècle au milieu du 20e siècle, Alice Lyner, 2009. (ISBN 9782918352006).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :