Saint-Maur (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Maur
Saint-Maur (Cher)
Église Saint-Maur
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Berry Grand Sud
Maire
Mandat
Patrick Courzadet
2020-2026
Code postal 18270
Code commune 18225
Démographie
Gentilé Saint-Mauriens
Saint-Mauriennes
Population
municipale
277 hab. (2019 en augmentation de 8,2 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 34′ 51″ nord, 2° 17′ 58″ est
Altitude Min. 224 m
Max. 321 m
Superficie 25,62 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Châteaumeillant
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maur
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maur
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Saint-Maur
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Maur

Saint-MaurÉcouter est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Saint-Maur est desservie par la ligne F du Réseau de mobilité interurbaine[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Maur est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (52,7 %), terres arables (20,7 %), zones agricoles hétérogènes (18,5 %), forêts (5,1 %), zones urbanisées (3 %)[7].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saint-Maur est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier : le risque de radon[8]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[9].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Saint-Maur.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[10]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 94,2 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (90 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 216 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 210 sont en en aléa moyen ou fort, soit 97 %, à comparer aux 83 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[11],[12].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2018 et 2020 et par des mouvements de terrain en 1999[8].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[13].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Saint-Maur est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sanctus Morus de Cava Rocha, 1024 (Archives Départementales du Cher-10 H 125) ; La parroisse de Sainct Mor, 1511 (Archives Départementales du Cher-11 H, abbaye de Puyferrand) ; Parrochia Sancti Mauri regularis de Cava Rupe, 1529 (Archives Départementales du Cher-1 G, archevêché de Bourges) ; La parroisse de Saint Mor en partie, ressortissant au siège royal de Dun le Roy, 1567 (Nicolay, Description générale de Berry, p. 86) ; Saint Maur de Chaveroche en Bourbonnois, 1760 (Archives Départementales du Cher-G, Saint-Christophe-le-Chaudry) ; Saint Maur de Besse, 1782 (Archives Départementales du Cher-C, Intendance de Bourges) ; Saint Maur Chaveroche, (Archives Départementales du Cher-C 1109, Élection de La Châtre) ; Saint Maur près Cullan, XVIIIe s. (Carte de Cassini) ; Longbord, pluviôse an 2 (Délibération du Conseil Général de la Commune, application du décret du = 25 vendémiaire an 2).

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Maur formait 2 collectes, l’une dépendant de l’Élection de La Châtre, et l’autre de celle de Montluçon. Cette division s’explique par l’appartenance de cette paroisse partie au Berry et partie au Bourbonnais. Cassini note Bourbonnois pour les lieux-dits suivants : Bois Contaux, Besse au Lard, le Gouté, Lavré.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms d’Entrevilles et de Longbord[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 27 septembre 2014)
Patrick Courzadet[16],[17]   Agriculteur sur moyenne exploitation

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2019, la commune comptait 277 habitants[Note 2], en augmentation de 8,2 % par rapport à 2013 (Cher : −3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
505507577550535545513515523
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
528538543610672772760805792
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
816893851739719699645593516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
506445396329287295290288249
2015 2019 - - - - - - -
284277-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est l'une des activités de la commune, qui se trouve dans la zone couverte par l'AOC châteaumeillant.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Entrée latérale sud de l'église (XVe siècle).
  • Château du Grand-Besse (XVe et XVIIe siècle).
  • Château de Mazères[22] (XVe siècle). Aujourd'hui détruit.
  • Église Saint-Maur. Du XIIe siècle, avec des ajouts au XIIIe siècle et un remaniement au XVe siècle. L'arc triomphal et le portail occidental sont du XIIIe siècle, la porte latérale sud-est du XVe siècle.
  • Dolmen de la "Pierre des Fées".

Activités festives[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent et Saint-Blaise[Quoi ?].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Saint-Maur », sur Géorisques (consulté le )
  9. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  10. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  11. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  12. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  13. « Dossier départemental des risques majeurs dans le Cher », sur www.cher.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  14. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », (consulté le )
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Saint-Maur », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  16. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Inventaire général du patrimoine culturel. Le Graznd Mazère.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :