Morlac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Morlac
Morlac
Mairie et agence postale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Arrondissement de Saint-Amand-Montrond
Canton Châteaumeillant
Intercommunalité Communauté de communes Berry Grand Sud
Maire
Mandat
Dominique Dubreuil
2014-2020
Code postal 18170
Code commune 18153
Démographie
Population
municipale
329 hab. (2017 en diminution de 0,6 % par rapport à 2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 11″ nord, 2° 18′ 33″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 237 m
Superficie 32,38 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morlac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morlac

Morlac est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Arnon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ineuil Chambon Vallenay Rose des vents
Ids-Saint-Roch N
O    Morlac    E
S
Saint-Pierre-les-Bois Marçais

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Église de Morlac
Cabine téléphonique publique, en face de la mairie

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

B

  • la Barre, route de Marçais (D 70)
  • la Berthodrie*, route d'Ineuil (D 220)
  • le Bessin*, route d'Ids (D 3)
  • Bois-Brisson*, route de Vallenay (D 3) puis D 925 vers Nozières
  • "Le Bois d'Habert"*, route d'Ineuil (D 220)
  • le Bois Pibon, route de la Brande des Clous
  • la Brande des Clous, route de la Brande des Clous
  • Brande de la Couy, route de Vallenay (D 3) puis D 925 vers Nozières

C

  • le Casson*, route de la Brande des Clous
  • le Vieux Château*, route de Saint-Pierre (D 3)
  • le Château-Gaillard, route de Vallenay (D 3)
  • la Chevraudière, route de Marçais (D 70)
  • les Clous*, route d'Ids (D 3)
  • les Cosses, route de Vallenay (D 3) puis D 925 vers Nozières
  • la Petite Cotardière*, route d'Ids (D 3)

D

G

J

  • la Jappe aux Loups, route de Vallenay (D 3)

L

M

O

  • l'Orme*, route d'Ids (D 3)

P

R

S

T

V

  • la Grande Vergne, route de Marçais (D 70)

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Girouette postale.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Pierre-Yves Monnier    
mars 2008 En cours
(au 2 avril 2014)
Dominique Dubreuil DVD Vétérinaire
Réélu pour le mandat 2014-2020[1]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2017, la commune comptait 329 habitants[Note 1], en diminution de 0,6 % par rapport à 2012 (Cher : -2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
748748790790812759709733748
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8197878348779039581 006957919
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
904865860714663627605578579
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
545477387314311334340332330
2017 - - - - - - - -
329--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sphère dans le jardin du presbytère, commémorant la mesure du méridien.
Plaque indiquant le nom de la place devant l'église.
  • Dans le jardin du presbytère, une sphère métallique commémore le passage à Morlac de Jean-Baptiste Delambre qui, avec Pierre Méchain, ont mesuré la longueur du méridien de Paris de Dunkerque à Barcelone qui passe par la commune de Morlac.
  • La méridienne verte passe également par la commune.
  • Le monument aux morts, inauguré le 23 mai 1921[6].
  • La pierre à la dîme ou de dîme ou de la dime[7] est visible sur le site de l'ancien prieuré de Souages[8]. C'est une pierre de mesure, taillée dans un bloc de calcaire. Elle est creusée de cinq alvéoles[9],[10]. Les capacités des cuvettes ont été estimées à 18,8; 5; 1,6; 0,65 et 0,3 litres respectivement[10] par Olivier Trotignon. Il pense que les pierres aux dîmes servaient d'étalons de mesure : la collecte des impôts se faisait au moyen de pots, paniers et boisseaux que les collecteurs de dîmes emportaient avec eux dans les fermes pour leurs ponctions fiscales. Ce n'est qu'en cas de contestation sur la quantité enlevée que les plaignants et les clercs pouvaient s'appuyer sur ces pierres.
  • L'église contient un groupe sculpté en pierre[11] représentant une Vierge de Pitié et deux anges, daté du et XVIe siècle et classé monument historique au titre d'objet[12]. Elle proviendrait de la chapelle de Souages.
  • Le prieuré de Souages, connu dès le XIe siècle, dépendait de l'abbaye bénédictine de Chezal-Benoît[13]. L'ancienne chapelle Sainte-Marie du prieuré, reconstruite à la fin du Moyen-âge, était encore debout à la fin du XXe siècle, mais dans un état de délabrement avancé[14]. À la fin du XIXe siècle, Alphonse Buhot de Kersers en donne encore une description détaillée et note : « elle existe encore, mais à l'état de magasin délabré »[15]. Elle a été rasée en 1997[16] ; quelques éléments d'architecture sont conservés dans différents musées du Cher, des fragments de verre décoré en grisaille sont au musée du Berry à Bourges[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'écrivain berrichon Vincent Détharé (1881-1966)[18], prix André Barré de l'Académie française[19] en 1964, est né à Morlac.
Triangulation-du-méridien-passant-par-Morlac

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nouveaux maires et adjoints », L’Écho du Berry (Édition du Cher), no 3124,‎ , p. 20
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. Monuments-du-cher 14-18
  7. Olivier Trotignon, « La pierre de la dîme de Souages ».
  8. Berry républicain, « La pierre à la dîme oubliée sous l'herbe ».
  9. La pierre de Prompsat creusée comme celle de Souages de cinq alvéoles est un bloc de lave.
  10. a et b Olivier Trotignon, « Les capacités de la pierre à la dîme de Souages ».
  11. Vierge de Pitié, image en noir et blanc.
  12. Notice no PM18000270, base Palissy, ministère français de la Culture|.
  13. Ne pas confondre avec l'ancienne abbaye du Bois d'Habert, attestée au milieu du XIIe siècle et qui était une dépendance du l’abbaye cistercienne de La Prée
  14. On peut constater l'état de délabrement de la toiture du bâtiment en 1993 dans deux photos présentées par Olivier Trotignon dans « L'ancien prieuré de Souages ».
  15. Buhot de Kersers 1889, p. 33.
  16. Berry républicain, « [Colum Boischaut 43] La triste fin de la chapelle de Souages », www.leberry.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 août 2018)
  17. Flohic 2001, p. 400.
  18. Vincent Détharé sur data.bnf.fr.
  19. Prix André Barré de l'Académie française.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (direction), Le patrimoine des communes du Cher, t. I, Flohic Éditions, (ISBN 978-2-84234-088-9), p. 400-404 : Morlac.
  • Alphonse Buhot de Kersers, Histoire et statistique monumentale du département du Cher, Tome IV.— Cantons du Châtelet, de Dun-le-Roi, Graçay, La Guerche et Henrichemont, Bourges, Pigelet & Tardy, 1889, 339 pages, 5 cartes et 69 planches

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :