Juifs de Cochin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Juifs de Cochin
Description de cette image, également commentée ci-après
Juifs de Cochin

Populations significatives par région
Drapeau d’Israël Israël 8 000 (estimation)[1]
Drapeau de l'Inde Inde plus de 100 (2001)[2]
Population totale 5 000 à 8 000 (est.)
Autres
Langues Hébreu, Judéo-Malayalam
Religions Judaïsme
Ethnies liées Bene Israël, Juifs Baghdadi

Les Juifs de Cochin, ou Juifs de Malabar (Malabar Yehudan) sont les descendants des Juifs de l'ancien Royaume de Cochin, actuellement rattaché à l'Inde du Sud, et comprenait l'actuelle cité portuaire de Kochi[3] Ils parlaient traditionnellement le Judéo-Malayalam, un dialecte du malayalam pratiqué dans l'État de Kerala. Diverses vagues d'immigration de la diaspora juive leur donnèrent une grande diversité[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Inscription en hébreu à Cochin (Inde).

Des Juifs se seraient installés au Kerala vers le VIIIe siècle av. J.-C. pour le commerce, à Cranganore/Kodungallur, sur la Côte de Malabar, bien avant la destruction du Premier Temple ou Temple de Salomon.

Une seconde vague d'immigration serait arrivée après la destruction du Second Temple de Jérusalem (70).

Joseph Rabban (en) (11ème siècle) obtient la protection de la dynastie Chera.

Au 14e siècle, son descendant, le prince Joseph Azar (en) perd la direction de la principauté d'Anjuvannam (en) : une dispute d'héritage entre frères met fin à une plurisécualire auton omie relative.

L'importante communauté juive ancienne de Cranganore/Kodungallur, après la grande inondation du fleuve Periyar de 1341, s'installe à Cochin.

L'expulsion des Juifs d'Espagne (1492) est à l'origine de l'arrivée des Juifs Paradesi (en) à Madras (Jacques de Paiva (en), vite lié à la Compagnie britannique des Indes orientales et aux mines de diamant de Golconde) comme à Cochin : Paradesi Synagogue (en) (1568).

David Ezekiel Rahabi (1694–1771)[5] travaille pendant 50 ans pour la Compagnie britannique des Indes orientales et comme diplomate réputé : des documents conservés à Amsterdam avec signature en hébreu le confirment.

Une part importante du déclin de la communauté juive au Kérala tient à la conversion (ancienne) : "Syrian Malabar Nasrani", Chrétiens de saint Thomas, Église de Malabar (Église de l'Orient en Inde), Église catholique syro-malankare, Église syriaque orthodoxe, Église malankare orthodoxe, avec transferts de rituels et procédures. Les plus remarquables judéo-chrétiens sont les Knanayas.

L'Inquisition de Goa (1560-1812) perturbe les communautés. Les restrictions imposées aux Marranes de conversion récente peut tenir au maintien des relations commerciales anciennes efficaces.

Dans la seconde moitié du 20e siècle, la plupart de ceux qui sont considérés et/ou se déclarent comme Juifs émigrent en Israël.

Ruby de Cochin[modifier | modifier le code]

Ruby Daniel (en) (1912-2002), née à Cochin de Eliyahu Hai Daniel et Leah Japheth Daniel, après une éducation sérieuse, sert dans la Marine indienne (1944-1946). Elle émigre en Israël en 1951, y vit en kibboutz, publie en 1992 ses Mémoires d'une femme judéo-malayalam, et en 1995 son autobiographie, Ruby of Cochin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Jews Ffrom Cochin Bring Their Unique Indian Cuisine to Israeli Diners", Tablet Magazine, by Dana Kessler, 23 October 2013
  2. Census of India 2001
  3. Katz 2000; Koder 1973; Menachery 1998; Thomas Puthiakunnel 1973; Weil 1982; Menachery 1998.
  4. Katz 2000; Koder 1973; Thomas Puthiakunnel 1973.
  5. https://jewsofmalabar.blogspot.com/2011/08/david-ezekiel-rahabi-cochini-diplomat.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) S. Koder, The St. Thomas Christian Encyclopedia of India : History of the Jews of Kerala, G. Menachery,
  • (en) Thomas Puthiakunnel, The St. Thomas Christian Encyclopedia of India : Jewish colonies of India paved the way for St. Thomas, Trichur, George Menachert,
  • (en) Ruby Daniel et B. Johnson, Ruby of Cochin : An Indian Jewish Woman Remembers, Philadelphie et Jérusalem, Jewish Publication Society,
  • (en) S. Weil, Symmetry between Christians and Jews in India : The Cananite Christians and Cochin Jews in Kerala,
  • (en) P.M. Jessay, The Wedding Songs of the Cochin Jews and of the Knanite Christians of Kerala : A Study in Comparison,
  • (en) James Hough, The History of Christianity in India,
  • (en) G. Menachery, THe Indian Church History Classics. Vol. I. The Nazranies, Ollur, (ISBN 81-87133-05-8)
  • (en) Nathan Katz et Ellen S. Goldberg, The Last Jews of Cochin : Jewish Identity in Hindy India, Columbia (Caroline du Sud), Univ. of South Carolina Press, , 352 p. (ISBN 0-87249-847-6)
  • (en) James Henry Lord, The Jews in India and the Far East, Greenwood Press Reprint, , 120 p. (ISBN 0-8371-2615-0)
  • (en) Nathan Katz, Who Are the Jews of India?, Berkely, Los Angeles et Londres, University of California Press, , 205 p. (ISBN 0-520-21323-8, lire en ligne)
  • (en) Shalva Weil, India's Jewish Heritage Ritual, Art & Life Cycle, Marg Publications, (ISBN 81-85026-58-0)
  • (en) Nathan Katz et Ellen S. Goldberg, Leaving Mother India : Reasons for the Cochin Jews' Migration to Israel, Population Review,
  • Le kabbaliste Nehemia(h) Motta (1550c-1615)

Liens externes[modifier | modifier le code]