Johnny Servoz-Gavin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Servoz et Gavin.
Johnny Servoz-Gavin
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau : France Grenoble, Isère, France
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Drapeau : France Grenoble, Isère, France
Nationalité Drapeau : France français
Carrière
Années d'activité 1967-1970
Qualité Pilote automobile
Équipe Matra International
Cooper Car Company
Tyrrell Racing Organisation
Statistiques
Nombre de courses 13 (12 départs)
Pole positions 0
Podiums 1
Victoires 0

Georges-Francis Servoz-Gavin, plus connu sous le nom de Johnny Servoz-Gavin, né le à Grenoble (France) et décédé le (à 64 ans) à Grenoble (France), est un ancien pilote automobile français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts en rallye[modifier | modifier le code]

Bercé par les exploits de René Trautmann et de Robert Neyret, Johnny Servoz-Gavin s’intéresse tout d’abord aux rallyes après avoir usé dangereusement de sa Simca Océane puis de sa Dauphine Gordini à essayer de les imiter sur les routes autour de Grenoble[1]. En 1964, avec sa Volvo, il s’engage dans les rallyes Neige et Glace, Lyon-Charbonnières, en Bourgogne, dans les Ardennes, à Bordeaux[1]. Au cours de ce dernier rallye, l’ancien pilote de Formule 1 André Simon remarque ses talents de pistard au cours d’une épreuve en circuit. René Cotton, directeur de l’écurie Citroën de rallye, l’engage comme copilote de Jean-François Piot pour la Coupe des Alpes qui se termine par un accident avec un usager.

En janvier 1965, il participe au rallye Monte-Carlo. Parti de Minsk comme copilote de Jean-Claude Ogier, il traverse l’Europe à bord d'une Citroën DS 19, essuie une terrible tempête de neige du côté de Chambéry mais parvient à passer, contrairement à bon nombre de concurrents. Il termine douzième sur 35 classés pour 237 engagés[2].

Il participe à nouveau au rallye Monte-Carlo en 1967 avec Claude Le Guezec sur une Matra Djet sans pouvoir terminer.

L’attrait des circuits[modifier | modifier le code]

Johnny a suivi une demi-année de cours à l’école de pilotage de Magny-Cours en 1963, puis piloté à Montlhéry la Lotus Seven de l’Automobile-Club Dauphiné-Savoie dans le cadre de l’opération Ford-jeunesse en 1964, autant d'expériences qui lui donnent le goût du circuit.

Avec l’aide d’une amie, il s’inscrit au Volant Shell organisé par l’école Winfield sur le circuit de Zolder en Belgique. Victime de ratés de moteur au cours de la finale, il ne stoppe pas comme il en a le droit et termine deuxième derrière le belge Dominique Lledo et ne remporte pas la monoplace Alpine de Formule 3 offerte comme premier prix pour la saison 1965[1].

La déception de Johnny est immense mais l’attrait de la compétition est le plus fort et il fait l’acquisition d’une Brabham BT 15 qu’il entretient lui-même avec l’aide de Tico Martini, s’installant dans une caravane sur le circuit de Magny-Cours tout près des ateliers de ce dernier.

Il dispute les épreuves de Formule 3 de fin de saison 1965 et se révèle brillant (deuxième derrière la Matra de Jean-Pierre Beltoise à Cognac[3] notamment) au point de se voir proposer un contrat de pilote d’usine en Formule 3 chez Matra pour l’année suivante.

Pilote Matra[modifier | modifier le code]

Formule 3 Formule 2[modifier | modifier le code]

Intégré à la filière Matra Sports qui, à partir du milieu des années 1960, redonne des couleurs au sport automobile français, Johnny Servoz-Gavin se révèle en devenant champion de France de Formule 3 en 1966. L'année suivante, passé en Formule 2, il participe sur une Matra F2 à son premier Grand Prix de Formule 1, à Monaco.

Formule 1[modifier | modifier le code]

Sa carrière prend une dimension nouvelle à l'occasion du Grand Prix automobile de Monaco 1968. Appelé par l'écurie Matra International-Tyrrell pour remplacer Jackie Stewart blessé au poignet, Servoz-Gavin se qualifie en première ligne et en prenant les commandes de la course dès le départ. Mais une suspension cassée, conséquence d'un appui trop prononcé sur un rail de sécurité, l'oblige à renoncer, Servoz restant persuadé qu’il n’a pas touché le rail[1].

Plus tard dans la saison, au Grand Prix de France, il pilote une Cooper et, sous la pluie, il sort de la route sans mal après un tête-à-queue[1], puis en fin d'année au volant de la deuxième Matra-Ford de Tyrrell. En terminant deuxième du Grand Prix d'Italie, il signe le meilleur résultat de sa carrière en Grand Prix.

En 1969, Tyrrell aligne deux Matra-Ford à temps complet mais Beltoise est préféré à Servoz-Gavin. Ce dernier se contente d'un rôle de pilote-essayeur et du développement de la Matra MS84, une Formule 1 à quatre roues motrices qu'il pilote en Grand Prix en fin d'année. Au Grand Prix du Canada disputé sur le tracé de Mosport, il termine sixième, ce qui fait de lui le seul pilote de l'histoire de la Formule 1 à avoir marqué un point au volant d'une Formule 1 à transmission intégrale, la MS84 restant un échec technique.

Champion d’Europe de Formule 2[modifier | modifier le code]

Servoz remporte en 1969 le championnat d'Europe de Formule 2 grâce, notamment à ses victoires à Enna-Pergusa en Sicile et sur le circuit de Vallelunga en Italie et sa course d'Albi, où il termine second derrière Graham Hill et devant Jochen Rindt[3], des maîtres de la discipline.

Il participe sur le Nürburgring au Grand Prix d'Allemagne avec sa Matra MS 7 de Formule 2. Meilleur temps des Formule 2 aux essais, il est plus rapide que quatre Formules 1 et signe le record du tour en F2 mais abandonne moteur cassé.

Pièce maîtresse lors des débuts de Matra en Prototypes[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses activités en monoplace, Matra l’intègre dans son écurie d’Endurance[4]. Il fait débuter la Matra MS 620 à moteur BRM en compétition aux 1000 km de Monza avec Jean-Pierre Jaussaud. Avec Jean-Pierre Beltoise, il participe aux 24 Heures du Mans en 1966, et en 1967 mais la Matra abandonne à chaque fois vers la mi-course.

En 1968, il est chargé de la mise au point de la Matra MS 630 à moteur Ford 4,7 litres. Il surclasse ses adversaires dans de nombreuses courses « promotionnelles » organisées en France tout en assurant le spectacle.

Lors des 24 Heures du Mans, il prend le départ avec la Matra MS 630 à moteur V12 Matra Sports sous une pluie fine et s’arrête au premier tour à la suite d'une panne d'essuie-glace. Reparti cinquante-quatrième et dernier, il rend la voiture deux heures plus tard à son coéquipier Henri Pescarolo en neuvième position. Vers minuit et demie, la Matra occupe la deuxième place mais la pluie revient vers 1h30 en s’intensifiant. L’essuie-glace ne fonctionne toujours pas et la Matra est toujours deuxième lorsque Servoz s’arrête au bout d’1 heure 15 de relais, peu après 5 heures du matin, indiquant qu’il est trop dangereux de continuer ainsi. Pescarolo accepte le risque et après un triple relais permet à la Matra, retombée à la troisième place de se rapprocher de l’Alfa Roméo de Giunti-Nanni Galli. Les italiens sont dépossédés de la deuxième place devant les tribunes des stands lorsque Servoz les dépasse vers 10 heures 30. La Matra abandonne finalement à la suite d’une crevaison. Des débris sur la piste consécutifs à un accident ont entraîné de gros dégâts sur la voiture.

Le Mans 1969, voit à nouveau un abandon à mi-course de la Matra 630/650 V12 sur ennuis mécaniques (Equipier Herbert Müller). Servoz participe en juillet aux 6 Heures de Watkins Glen avec Pedro Rodriguez (4e) et même, le lendemain, à une course CanAm.

En 1970, Servoz retrouve son coéquipier Henri Pescarolo sur la Matra 650 aux 12 heures de Sebring et aux 1 000 km de Monza terminant respectivement troisième et deuxième en Prototypes.

Brusque fin de carrière[modifier | modifier le code]

En 1970 Servoz-Gavin est titularisé chez Tyrrell qui a rompu avec Matra et aligne désormais des March Engineering. Alors que sa carrière en Formule 1 semble enfin lancée, Johnny annonce à la surprise générale son retrait de la compétition à l'issue des qualifications du Grand Prix de Monaco. On a beaucoup parlé d'une blessure à l'œil survenue lors d'un rallye en 4x4 durant l'hiver et qui aurait privé le jeune pilote français d'une partie de son acuité visuelle, l'incitant à renoncer par mesure de sécurité.

Il s'est également dit que Servoz-Gavin, pilote au caractère bohème pour qui la course était synonyme de plaisir, s'accommodait de moins en moins de la transformation du monde des Grands Prix et notamment de la hausse des enjeux économiques. Le pilote a déclaré en 1970 qu'il ne se sentait plus à l'aise sur les circuits depuis la fin de la saison précédente, et qu'il devait se faire violence pour accomplir un tour rapide. Il a également reconnu que la simple reconnaissance pédestre du circuit de Monaco l'avait effrayé et que poursuivre la compétition dans ces conditions était une prise de risque trop importante[5].

Il décède le 28 mai 2006 d'une embolie pulmonaire.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Champion de France de Formule 3 en 1966
  • Champion d'Europe de Formule 2 en 1969
  • Vice-champion de France F1/F2 en 1969
  • 2e du GP d'Italie 1968

Résultats en Championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Johnny Servoz-Gavin en Championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1967 Matra Sports MS7 Cosworth L4 Dunlop 1 0 Nc
1968 Matra International
Cooper Car Company
MS10
T86B
Cosworth V8
BRM V12
Dunlop
Goodyear
5 6 13e
1969 Matra International MS84 Cosworth V8 Dunlop 4 1 18e
1970 Tyrrell Racing Organisation March 701 Cosworth V8 Dunlop 3 2 21e

Détail par Grand Prix

Saison 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
1967 MON
Ab
1968 MON
Ab
BEL NED FRA
Ab*
GBR ALL ITA
2
CAN
Ab
USA MEX
Ab
1969 GER
Ab
ITA CAN
6
USA
7
MEX
8
1970 AFS
Ab
ESP
5
MON
NQ
* Sur Cooper T86B BRM

Résultats en Sport Prototypes[modifier | modifier le code]

Date Épreuve Coéquipier Auto Position
avr.-66 1 000 km de Monza Jaussaud Matra MS 620 BRM Ab
mai-66 1 000 km de Spa Rees Matra MS 620 BRM Ab
juin-66 24 Heures du Mans Beltoise Matra MS 620 BRM Ab
oct.-66 1 000 kilomètres de Paris Beltoise Matra MS 620 BRM Ab
juin-67 24 Heures du Mans Beltoise Matra MS 630 BRM Ab
oct.-67 1 000 km de Paris Jaussaud Matra MS 620 BRM 9
sept.-68 24 Heures du Mans Pescarolo Matra MS 630 V12 Ab
oct.-68 1 000 km de Paris Beltoise Matra MS 630 V12 Ab
fev.-69 24 Heures de Daytona Pescarolo Matra MS 630 M V12 NP
avr.-69 1 000 km de Monza Guichet Matra MS 630/650 V12 NP
juin-69 24 Heures du Mans Müller Matra MS 630/650 V12 Ab
juil.-69 6 Heures de Watkins Glen Rodriguez Matra MS 650 V12 4e
juil.-69 Watkins Glen CanAm Matra MS 650 V12 8e
août-69 Grand Prix d’Autriche Rodriguez Matra MS 650 V12 Ab
mars-70 12 Heures de Sebring Pescarolo Matra MS 650 V12 5e
avr-70 1 000 km de Brands Hatch Pescarolo Matra MS 650 V12 Ab
avr-70 1 000 km de Monza Pescarolo Matra MS 650 V12 6e

Résultats en Formule 3[modifier | modifier le code]

Date Épreuve Écurie Auto Position
juil.-65 Circuit de Rouen-Les-Essarts Privé Brabham BT15 8
juil.-65 Circuit de Magny-Cours Privé Brabham BT15 Ab
juil.-65 Circuit de Cognac Privé Brabham BT15 2
sept.-65 Circuit automobile de Montlhéry Privé Brabham BT15 5
sept.-65 Circuit automobile d’Albi Privé Brabham BT15 3
oct.-65 Circuit automobile de Montlhéry Privé Brabham BT15 Ab
avr.-66 Grand Prix de Pau F3 Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth NP
mai-66 Circuit automobile de Montlhéry Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth Ab
juin-66 GP de La Châtre Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth Ab
juil.-66 GP de Reims F3 Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth Ab
juil.-66 Circuit de Rouen-Les-Essarts Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 3
juil.-66 Circuit de Magny-Cours Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 3
août-66 Circuit de Nogaro Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 2
sept.-66 Circuit automobile de Montlhéry Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 1
sept.-66 Circuit automobile de Montlhéry Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 9
sept.-66 Circuit Bugatti Le Mans Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 1
sept.-66 Circuit automobile de Montlhéry Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 1
oct.-66 Circuit automobile de Montlhéry Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 4
jan.-67 Buenos Aires (Argentine) Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 4
jan.-67 Mar del Plata (Argentine) Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth Ab
fev.-67 Cordoba (Argentine) Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth Ab
fev.-67 Buenos Aires (Argentine) Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth 2

Résultats en Formule 2[modifier | modifier le code]

Date Épreuve Écurie Auto Position
avr.-67 27e Grand Prix de Pau Équipe Matra Matra MS5 - Cosworth FVA 6
avr.-67 GP de Barcelone Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA Ab
avr.-67 Nürburgring Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA Ab
mai-67 Circuit de Zolder Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA 10
mai-67 Circuit de Crystal Palace Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA 8
juin-67 Circuit de Reims Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA Ab
juil.-67 Circuit de Rouen-Les-Essarts Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA Ab
juil.-67 GP de Tulln-Langenlebarn (Vienne, Autriche) Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA 8
juil.-67 GP de Madrid (Jarama) Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA 5
juil.-67 GP de Zandvoort (Pays-Bas) Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA Ab
août-67 Circuit de Enna-Pergusa (Sicile) Équipe Matra Matra MS5 – Cosworth FVA 5
sept.-67 Circuit d’Albi Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth FVA 11
oct.-67 Circuit de Vallelunga (Italie) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth FVA 3
nov.-67 Grand Prix d’Espagne (Jarama) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth FVA 4
sept-68 Circuit de Reims Équipe Matra Matra – Cosworth Ab
oct-68 Circuit d’Albi Équipe Matra Matra – Cosworth 6
avr-69 Circuit de Thruxton (GB) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 5
avr-69 Circuit d’Hockenheim (All) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 6
avr.-69 29e Grand Prix de Pau Équipe Matra Matra MS7 - Cosworth 4
avr.-69 Nürburgring Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 6
mai-69 GP de Madrid (Jarama) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 4
juin-69 Circuit de Zolder Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth Ab
juin-69 Circuit de Reims Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth Ab
août-69 Circuit de Enna-Pergusa (Sicile) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 1
sept-69 Circuit d’Albi Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 2
oct.-69 Circuit de Vallelunga (Italie) Équipe Matra Matra MS7 – Cosworth 1

Courses de côte[modifier | modifier le code]

En 1966, Servoz a remporté les courses de côte du Beaujolais, des Andelys, du Mont Dore et de Chamrousse. En 1967, il doublait la mise à Chamrousse. Toutes ces victoires sur Matra MS 5-Cosworth[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Servoz-Gavin Mes excès de vitesse ; Balland, 1974
  2. Maurice Louche ; Le rallye Monte-Carlo au XXe siècle, 2001
  3. a et b www.Formula2.net
  4. François Hurel, Matra au Mans, Nîmes, Les Éd. du Palmier, , 191 p. (ISBN 978-2-914-92031-5, OCLC 469725263)
  5. Georges-Michel Fraichard, « Interview de Johnny Servoz-Gavin », l'Auto-Journal, no 15,‎
  6. « MATRA DE LA F3 A LA F1 : 7 ans de bonheur page 8 », sur www.caradisiac.com (consulté le 9 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]