Jean Longuet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Longuet.
Jean Longuet
Illustration.
Jean Longuet en 1918
Fonctions
Député 1914-1919
puis 1932-1936
Gouvernement IIIe République
Groupe politique SFIO
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 62 ans)
Résidence Seine

Jean Longuet, né le à Londres et mort le à Aix-les-Bains (Savoie), est un homme politique socialiste français, petit-fils de Karl Marx, membre important de la SFIO au début du XXe siècle, qui a joué un rôle essentiel dans la période précédant la séparation de la SFIO et du PCF en 1920.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales et enfance[modifier | modifier le code]

Jean Longuet naît alors que son père, le militant socialiste et dirigeant communard Charles Longuet (1839-1903) se trouve en exil en Angleterre ; sa mère est Jenny Marx (1844-1883), fille aînée du théoricien socialiste Karl Marx. Son frère, Edgar, né en 1879 est aussi par la suite militant socialiste, puis communiste. Jean Longuet est aussi le neveu par alliance de Paul Lafargue.

Son enfance (pendant laquelle il est appelé « Johnny »), est marquée par un certain ballottement lié en partie aux engagements de son père. Celui-ci peut rentrer en France en 1880, et est suivi par sa femme et leurs quatre enfants en 1881. Après le décès de sa mère en 1883, Jean est envoyé dans la famille de son père, à Caen, poursuivre ses études. Il fait alors de nombreux aller-retours entre Caen, Paris et l'Angleterre, où il reçoit l'affection de sa tante Eleanor Marx (dite « Tussy »), qui joue un rôle déterminant dans sa formation politique.

Jean Longuet est élevé au contact des dirigeants socialistes internationaux de l'époque. Outre son oncle, il rencontre Eduard Bernstein et Karl Kautsky. Toute sa vie, Longuet s'est senti responsable d'un héritage familial, qui lui a été reproché par l'extrême droite (L'Action française le qualifiait de « quart-de-boche »[1]).

Jeunesse et premiers engagements (1894-1905)[modifier | modifier le code]

Étudiant à Caen, il fonde en 1894 un groupe collectiviste au lycée de cette ville. Bachelier l'année suivante, il s'inscrit à l'Université à Paris et s'engage dans les groupes d'étudiants socialistes. Il adhère assez rapidement (vraisemblablement avant 1897) au Parti ouvrier français de Jules Guesde, auquel appartient Paul Lafargue.

L'affaire Dreyfus est cependant l'occasion d'une première rupture : Jean Longuet trouve bien timide le soutien de Guesde à Dreyfus et se retrouve plus dans l'engagement sans limite de Jean Jaurès. Il ne rejoint cependant pas le Parti Socialiste Français, animé par ce dernier, mais quitte le POF et, à partir de la fin de l'année 1898, milite au sein d'un groupe d'étudiants socialistes "autonomes".

Proche de Jaurès à partir du congrès de la salle Wagram (1900) qui vit l'échec de la première tentative d'unification socialiste en France, il s'oppose cependant à celui-ci lorsqu'il soutient le gouvernement Millerand (1901). Resté membre du Parti Socialiste Français, il œuvra à l'unification des groupes socialistes, tout en représentant l'"aile gauche" d'un parti considéré par beaucoup de socialistes, y compris hors de France, comme à peine socialiste, au point que la question de son maintien au sein de l'Internationale est posée en 1904, au congrès d'Amsterdam ; son engagement permet d'éviter une rupture définitive entre Jaurès et Guesde, qui se serait traduite par une mise au ban de l'Internationale du PSF.

Sur le plan personnel, il épouse Anita Desvaux (1875-1960), une militante socialiste, en 1900. Ils ont eu deux fils, Robert-Jean, né en 1901, militant socialiste et anti-colonialiste, et Charles, dit Karl-Jean, sculpteur de renom. La santé de ce dernier ayant été fragilisée par un accident ferroviaire dans lequel était morte la mère d'Anita, la famille s'installe en 1911 à Châtenay-Malabry, commune alors encore rurale à proximité de la capitale.

Jean Longuet exerce la profession de journaliste à partir de 1899, complétée à partir de 1908 par celle d'avocat inscrit au barreau de Paris, d'abord au sein de La Petite République, journal cofondé par Jaurès, puis de L'Humanité, où il s'occupait des questions internationales.

Il se consacre cependant surtout à l'animation de revues : Le Mouvement socialiste, dont il est l'administrateur de sa création, en 1899, à 1903 ; il collabore à La Revue socialiste, ainsi qu'à Die Neue Zeit de Karl Kautsky et Il Socialismo d'Enrico Ferri.

Du fait de sa culture personnelle et sa formation (il parle couramment l'anglais, l'allemand et l'italien), Longuet a un point de vue internationaliste. Il anime ainsi la revue Pro Armenia en 1900, collabore au journal L'Européen de 1901 à 1906 et au Courrier européen jusqu'en 1914. Il traduisit aussi en français nombre de brochures et articles de socialistes allemands ou britanniques.

Délégué au congrès socialiste international de Londres en 1896, il est membre du Bureau socialiste international à partir de 1905.

Responsable national de la SFIO (1905-1914)[modifier | modifier le code]

Lors du congrès dit « du Globe » (1905), c'est lui qui donne son nom au parti unifié créé par la fusion des partis de Guesde et de Jaurès : Section française de l'Internationale ouvrière. Il est élu à la Commission administrative permanente du parti, conservant ce mandat jusqu'à sa mort.

À la SFIO, il milite d'abord au sein de la fédération de l'Aisne et est délégué de cette fédération aux congrès du parti. Plusieurs fois candidat aux élections législatives, d'abord à Guise (1906 et 1910), puis à Chauny (partielle de 1912), il ne parvient pas à être élu tout en obtenant des résultats appréciables, dépassant le quart des suffrages exprimés.

En 1913, il publia dans le cadre de l'Encyclopédie socialiste de Compère-Morel le volume consacré au Mouvement socialiste international.

En 1914, il se présente dans le département de la Seine, dans la circonscription de son domicile, et est élu.

La Première Guerre mondiale et ses suites (1914-1920)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Union sacrée et socialistes.

Il est présent lors de l'assassinat de Jaurès le 31 juillet 1914, au lendemain d'une réunion du BSI à laquelle tous deux ont participé. Il veille le corps de Jaurès toute la nuit. Il se rallie à la politique de défense nationale dès l'enterrement du leader socialiste.

Durant le conflit, il mène la tendance dite minoritaire de la SFIO, qui adopte une position pacifiste tout en continuant de voter les crédits militaires. Disposant d'abord du soutien des socialistes de Haute-Vienne, ce courant gagne progressivement en influence jusqu'à pouvoir, en 1917, créer un journal quotidien, Le Populaire, animé par Paul Faure, Henri Barbusse et lui.

En 1918, cette tendance s'impose dans la SFIO : Ludovic-Oscar Frossard est élu secrétaire général du parti, tandis que Marcel Cachin prend la direction de L'Humanité.

C'est lui qui, le 18 septembre 1919, dans un discours courtois, mais très construit et ferme sur le fond, exprime l'opposition des socialistes à la ratification du Traité de Versailles devant la Chambre des Députés. L'importance de ce discours se situe moins dans l'affirmation que le traité ne règle pas les questions sociales et que les conditions de la paix préparent une nouvelle guerre, ou dans le soutien à la Russie des soviets, que dans l'affirmation publique d'un engagement aux côtés des peuples colonisés à une époque où l'anti-colonialisme n'était pas un thème majeur de la gauche.

En novembre 1919, il fait partie des très nombreux députés socialistes qui ne retrouvent pas leur siège, emportés par la vague « bleu horizon ».

Le congrès de Tours (décembre 1920)
Article détaillé : Congrès de Tours (SFIO).

Au congrès de Tours, qui voit la scission de la SFIO et la création du parti communiste, Longuet joue un rôle central. Partisan d'adhérer à la Troisième Internationale créée sous l'égide du Parti bolchévique, il n'accepte cependant pas les 21 conditions fixées par Lénine et entend notamment maintenir l'unité des socialistes français. Il se trouve « au centre » du congrès, entre les partisans d'une transformation de la SFIO en parti communiste, qui seront majoritaires, et les « reconstructeurs » de l'aile droite, menés notamment par Léon Blum. Pourtant, au troisième jour du congrès, le « télégramme Zinoviev », message du président russe de l'Internationale communiste, incite les majoritaires à condamner tous les modérés, y compris Longuet, qualifié d'« agent déterminé de l’influence bourgeoise sur le prolétariat »[2]. Indigné, celui-ci n'a plus que le choix de rester dans la « vieille maison » socialiste, d'autant que la franc-maçonnerie est condamnée par les dirigeants soviétiques[3].

Après le Congrès de Tours (1921-1938)[modifier | modifier le code]

Un spécialiste des questions internationales

Malgré son aura, Longuet ne se voit confier aucune responsabilité dans la nouvelle direction de la SFIO, si ce n'est la direction de la « commission d'immigration » et un rôle dans les instances internationales qui se mettent en place. Il participe ainsi à la conférence de Hambourg, qui, en 1923, crée la nouvelle internationale socialiste, appelée Internationale ouvrière socialiste, dont il devient membre du comité exécutif. À partir de sa création en 1926, il intervient au sein de la commission coloniale de l'Internationale.

Au sein de la Nouvelle revue socialiste, il publie, pendant toute la durée de sa parution (de 1925 à 1930), de nombreux articles sur les questions internationales.

Il s'engage aussi aux côtés de son fils Robert, auprès des nationalistes marocains, pour l'indépendance de cette colonie. Mais, en 1936, l'insurrection anti-franquiste des nationalistes du Maroc espagnol[réf. nécessaire] se heurte au refus de Léon Blum de les soutenir, ce qui apparaît comme un désaveu des efforts de Longuet.

En 1936, Blum en fait cependant le représentant de la France à la conférence de Genève, qui crée un statut pour les réfugiés politiques allemands. Longuet s'était précédemment engagé dans le soutien à tous les exilés politiques, notamment Otto Wels, président du SPD allemand.

Mandats électoraux en France

Battu aux législatives de 1924 sur la liste du Cartel des gauches, il est élu l'année suivante maire de Châtenay-Malabry, mandat renouvelé jusqu'à sa mort, et qui correspond à de multiples réalisations : distribution du gaz, de l’eau courante, réfection de la voirie, enlèvement des ordures ménagères, éclairage, cantines, patronage Voltaire, colonies de vacances, nouvelle mairie en 1933, puis, après la création de la Cité-jardin de la Butte-Rouge (décidée sans son avis), une meilleure desserte de transport public, la construction d’une piscine intercommunale et celle d’un stade.

Candidat aux élections sénatoriales en 1927, il est contre toute attente battu, sans doute victime d'une conjonction d'intérêts de l'aile droite de la SFIO et des communistes. L'année suivante, candidat aux législatives, il fait les frais de la stratégie « classe contre classe » du parti communiste, la droite emportant une circonscription majoritairement à gauche du fait du maintien du second tour du candidat communiste.

En 1929, il est élu conseiller général de la Seine et réélu en 1935 ; il intervient au sein de l'assemblée départementale notamment pour la conservation du Parc de Sceaux et la création d'un musée d'Île-de-France (1934).

En 1932, malgré la poussée à droite au niveau national, le maintien du candidat communiste au second tour ne l'empêche pas de revenir au Palais Bourbon. Rien de marquant, cependant, ne caractérise ce second mandat. Il est vrai que Longuet est quelque peu marginalisé dans la SFIO. Membre du courant « Bataille socialiste », mené par Jean Zyromski, il n'en défend pas moins une position très modérée au sein de cette aile gauche de la SFIO, refusant tout clivage majeur avec Léon Blum, sans pour autant obtenir de la part de ce dernier un quelconque soutien, notamment sur la question de l'aide aux Républicains espagnols, lors du Front Populaire. En 1936, ce manque de lisibilité de sa position manque lui faire perdre son mandat à la CAP du parti.

Longuet ne devient d'ailleurs pas député du Front Populaire : en 1936, il perd son siège en faveur du candidat communiste, le maire de Bagneux Albert Petit, notamment du fait de la présence de deux candidats socialistes non SFIO (un USR et un « néo »).

Il meurt brutalement, le 11 septembre 1938, dans un accident de la route, laissant un héritage complexe dont seul Édouard Depreux, futur créateur du Parti socialiste autonome (puis Parti socialiste unifié), se réclame ouvertement. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (76e division).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Dessous de la police russe Terroristes et policiers : Azev, Harting, etc., Paris, Juven, 1909 (en collaboration avec Georges Silber) (traduction en russe : Moscou, Prometej, 1924, réédition : Moscou, Sovietskaïa Rossia, 1991)
  • Encyclopédie socialiste syndicale et coopérative de l'Internationale ouvrière, tome V. Le mouvement socialiste international, Paris, Quillet, 1913
  • La politique internationale du marxisme, Paris, Alcan, 1918
  • Contre la paix impérialiste, pour la Russie révolutionnaire, discours prononcé à la Chambre le 18 septembre 1919, Paris, Librairie du Parti socialiste et de L'Humanité, 1919
Traduction
  • Coll MacArthur, Le Sultan et les grandes puissances, préface d'Urbain Gohier, Paris, Alcan, 1899

Les papiers personnels de Jean Longuet sont conservés aux Archives nationales sous la cote 671AP ([lire en ligne]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Candar Gilles, Jean Longuet : Un internationaliste à l'épreuve de l'histoire, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753530126, lire en ligne), p. 16
  2. Jean-Marc Binot, Denis Lefebvre et Pierre Serne, Cent Ans, Cent Socialistes, Graffic - Bruno Leprince, (ISBN 9782909634944, lire en ligne), p. 264
  3. Cette condamnation est l'objet de la « 22e condition », non effective pour le parti français en 1920, mais dont le respect sera exigé à la fin de 1922, entraînant le départ de Frossard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Odile Jurbert, Caroline Piketty et Victoire Pinchon, Fonds Jean Longuet 1865-1995 Répertoire numérique détaillé de la sous-série 671 AP, Paris, Archives nationales, 2013 (ISBN 978-2-86000-360-5)
Notices
  • Notice biographique sur le site de l'Assemblée nationale
  • Notice biographique sur le site La Bataille socialiste
  • « Longuet Jean », dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (dit « le Maitron »)
  • « Jean Longuet », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
Livres

Liens externes[modifier | modifier le code]