Cimetière parisien de Thiais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cimetière parisien de Thiais
Entry-Cemetery-Thiais.jpg
Entrée principale de cimetière.
Pays
Commune
Adresse
261, route de Fontainebleau 94320 ThiaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
103 hectares
Tombes
150 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Mise en service
Coordonnées
Identifiants
Find a Grave
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Personnalités enterrées

Le cimetière parisien de Thiais est un des cimetières parisiens extra-muros. Il est situé sur la commune de Thiais, dans le département du Val-de-Marne.

Accès[modifier | modifier le code]

Situé 261 route de Fontainebleau à Thiais, le cimetière est situé en face de la station Auguste Perret de la ligne 7 du tramway.

Historique[modifier | modifier le code]

Le carré militaire serbe.

Deuxième cimetière de la capitale en termes de superficie, il occupe 103 des 643 hectares de la commune, soit 16 % environ. Depuis son ouverture, un peu moins de 150 000 concessions furent vendues, qui sont regroupées dans 130 divisions.

700 soldats serbes de la Première Guerre mondiale y sont enterrés dans un carré militaire. Ils combattirent dans les Balkans et malade ou blessés, furent ramenés par la France à Marseille et envoyés dans des hôpitaux militaires. Ceux qui moururent furent inhumés au cimetière de Thiais plus tard, dans les années 1930, dans le contexte de l'amitié franco-serbe. En 2011, le président serbe Boris Tadić vient se recueillir devant leurs tombes[1].

Ouvert en , il est le plus récent des cimetières parisiens.

La double porte d'entrée du cimetière, dans le style des années 1920, est une création de l'architecte Charles Halley.

Ce cimetière abrite les seules « tranchées gratuites » de Paris (104e et 105e divisions), ce qui a participé à son surnom de « cimetière des pauvres ». C'est là qu'ont été inhumées les 57 victimes parisiennes de la vague de canicule de 2003 dont les dépouilles n'ont pas été réclamées par des proches. La cérémonie a eu lieu le , en présence du président Jacques Chirac et du maire de Paris Bertrand Delanoë.

Les cendres des personnes ayant donné leur corps à la science sont dispersées dans la division 102, une stèle a été érigée pour permettre aux familles de s'y recueillir.

Les défunts de la commune de Thiais sont enterrés au cimetière communal de Thiais.

Personnalités inhumées au cimetière parisien de Thiais[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cimetière[modifier | modifier le code]

Tombes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benoît Hopquin, « L’amitié franco-serbe enfouie à Thiais », sur lemonde.fr, (consulté le 22 mars 2020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]