Jalal Talabani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jalal Talabani
Jalal Talabani, président irakien.
Jalal Talabani, président irakien.
Fonctions
6e président de la République irakienne
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&032979 ans, 0 mois et 10 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Iyad Allaoui
Ibrahim al-Jaafari
Nouri al-Maliki
Prédécesseur Ghazi Mashal Ajil al-Yawer
5e président du Conseil intérimaire de gouvernement de la République irakienne
Gouverneur Jay Garner (administrateur civil de l’Autorité provisoire de la Coalition)
Prédécesseur Iyad Allaoui
Successeur Abdul Aziz al-Hakim
Biographie
Nom de naissance Celal Talebanî
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Kelkan, Kurdistan irakien (Irak)
Origine kurde
Nationalité irakienne
Parti politique Union patriotique du Kurdistan
Conjoint Hero Ibrahim Ahmed
Enfant(s) Qubat Talabanî
Profession avocat
Religion Islam sunnite
Résidence Palais de la République

Jalal Talabani Jalal Talabani
Présidents de la République irakienne

Jalal Talabanî (ou Celal Talebanî en Kurde), né en 1933 dans le village de Kelkan au Kurdistan irakien est un homme politique irakien d'origine kurde. Il a été élu président de la République par l'Assemblée nationale transitoire le puis réélu pour un second mandat le . Jalal Talabanî, plus connu sous le nom de Mam Celal (Oncle Jalal) chez les Kurdes, est aussi le fondateur de l'Union patriotique du Kurdistan, l'un des deux principaux partis politiques kurdes.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Le , la présidence de la République indique que le président Jalal Talabani, 74 ans, est hospitalisé en Jordanie après être tombé malade en raison d'une importante charge de travail au cours des jours précédents. Il reprend ses fonctions quelques semaines plus tard.

En mai 2007, Talabani qualifie Tony Blair de « héros » pour son rôle dans la libération de l'Irak du joug de Saddam Hussein.

Le , il refuse de signer l’ordre d’exécution de Sultan Hashim al-Tai, un proche de Saddam Hussein. Au cours d’une conférence de presse à Soulaimaniyeh (son fief traditionnel au Kurdistan), il déclare « Je connais Sultan Hashim al-Tai. Nous étions en contact sous le régime de Saddam Hussein » et déclare aussi : « Nous l’incitions à l’époque à se révolter contre Saddam. Comment pourrais-je signer aujourd’hui l’ordre de son exécution […]. Non, non et non. Je ne le ferai pas »[1].

Le il exige, dans une lettre de protestation, la libération « immédiate » de Mahmoudi Farhadi un iranien accusé par l'armée américaine d'être impliqué dans la livraison d'armes à des groupes rebelles irakiens. Dans un communiqué il déclare : « Je demande sa libération immédiate pour maintenir les bonnes relations entre la région du Kurdistan et l'Iran, et pour la prospérité de la région du Kurdistan » dans le même communiqué il déclare aussi « Je vous informe de mon mécontentement après l'arrestation de ce visiteur civil sans que vous en informiez le gouvernement du Kurdistan et sans coordonner (l'opération) avec lui », poursuit le président Talabani. « Vous avez humilié le gouvernement régional, et vous avez ignoré son autorité. »[2]

Le , il déclare sur la chaîne CNN, qu'il souhaite que les États-Unis maintiennent trois bases permanentes en Irak, une au nord, une au centre et une dernière au sud du pays. Dans le même entretien, il se dit favorable a un plan de transformation de son pays en État fédéral[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nouvelles d'Arménie en Ligne
  2. Romandie : toute l’info suisse romande : votre multi-portails régional
  3. Talabani table sur un retrait de 100 000 soldats américains d'ici fin 2008 | International | Cyberpresse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]