Image Comics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Image Comics
logo de Image Comics

Création 1992, par Rob Liefeld, Erik Larsen, Jim Valentino, Todd McFarlane, Marc Silvestri et Jim Lee
Forme juridique Maison d'éditionVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social BerkeleyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Comics
Produits Voir Catégorie:Série de comics Image
Site web imagecomics.com

Image Comics est un éditeur de comics aux États-Unis. La société a été fondée en 1992 par sept auteurs avec comme principe de laisser le copyright des personnages de bande dessinée à leurs propres créateurs. Les fondateurs de la société sont Todd McFarlane, Jim Lee, Erik Larsen, Rob Liefeld, Marc Silvestri, Whilce Portacio (qui renonce rapidement pour raisons personnelles) et Jim Valentino, qui ont créé 6 studios indépendants dans le cadre d'Image, parmi lesquels Top Cow et Wildstorm.

Les séries porteuses de l'histoire de la maison d'édition sont Gen13, Invincible, Savage Dragon, Spawn, WildC.A.T.s (avant que Jim Lee ne cède sa société à DC Comics), Darkness, Witchblade, Youngblood, The Walking Dead.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, DC Comics grâce à une politique éditoriale originale s'impose face à Marvel Comics. En 1985-1986 sont éditées Crisis on Infinite Earths, Alan Moore scénarise Swamp Thing puis Watchmen, Frank Miller écrit et dessine The Dark Knight Returns, John Byrne relance Superman. Tom DeFalco qui succède à Jim Shooter à la tête de Marvel décide de donner leurs chances à de jeunes artistes qui soient plus en phase avec les lecteurs. Cela se traduit à la fin des années 1980 par l'accueil de nouveaux venus nommés Jim Lee, Todd McFarlane, Rob Liefeld à qui, après des débuts modestes, sont confiés des séries majeures comme Amazing Spider-Man ou Uncanny X-Men. Rapidement les ventes des comics dessinés par ces artistes s'envolent. McFarlane crée une nouvelle série pour Spider-Man dont le premier numéro se vend à trois millions d'exemplaires. Ce record de vente est battu quelques mois plus tard par Rob Liefeld qui lance X-Force vendu à cinq millions d'exemplaires puis par la série dérivée X-Men de Jim Lee qui s'écoule à huit millions d'exemplaires[1]. Même si ces succès assurent des revenus importants aux auteurs, ceux-ci sont insatisfaits. D'une part, leurs dessins sont réutilisés par Marvel sans compensation financière ni reconnaissance du droit d'auteur et aucune somme ne leur revient sur les gains faits par Marvel à l'étranger grâce à leurs séries. D'autre part, les auteurs estiment que leurs droits d'auteurs, autres que financiers, ne sont pas respectés par Marvel. Toutes les créations faites pour l'éditeur deviennent la propriété de celui-ci. Lassé de cette situation Todd McFarlane decide de se retirer quelques temps des comics d'autant qu'il vient d'avoir un enfant. Rob Liefeld, quant à lui, tente de produire une série, intitulée The executioners qui serait publiée par Malibu Comics mais dont il serait pleinement propriétaire. L'affaire ne se fait pas, en partie parce que les responsables de Marvel ont exprimé leur mécontentement[2].

Le 17 décembre 1991 Todd McFarlane, Jim Lee et Rob Liefeld décident de rencontrer le président de Marvel, Terry Stewart, pour faire part de leurs revendications. Même si Stewart est prêt à faire des concessions dans la reconnaissance des droits des auteurs, cela ne suffit pas ceux-ci.

Quelques mois plus tard, sept anciens dessinateurs de Marvel annoncèrent la création d'Image Comics. Les fondateurs furent McFarlane (rendu célèbre avec Spider-Man), Liefeld (les New Mutants et X-Force), Jim Lee (X-Men), Marc Silvestri (Uncanny X-Men et Wolverine), Erik Larsen (The Amazing Spider-Man), Jim Valentino (Guardians of the Galaxy) et Whilce Portacio (Uncanny X-Men). Cette création est parfois appelée « the X-odus » (ce qui se prononce en anglais comme the exodus, l'exode), car quatre de ces fondateurs étaient célèbres pour leurs travaux sur la franchise X-Men.

Image s'imposa deux principes fondateurs :

  • Image ne détient pas le travail d'un créateur, c'est le créateur qui le détient.
  • Un créateur Image n'intervient jamais, créativement ou financièrement, sur le travail d'un autre.

Dans l'esprit du deuxième principe, chaque partenaire fonda son propre studio, qui était affilié à Image mais était autonome, sans contrôle éditorial central. Portacio ne souhaitant pas devenir un partenaire à part entière dans la société, Image fut à l'origine constitué de 6 studios :

Développement[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les premiers comics Image à arriver en librairie furent Youngblood de Liefeld, WildC.A.T.s de Lee et Spawn de McFarlane et le Savage Dragon de Larsen. Grâce à leurs stars, ces séries se vendirent plus qu'aucune autre série non-Marvel et non-DC.

Avec la perspective de garder la propriété intellectuelle et le contrôle créatif sur leur travail, Image attira rapidement d'autres artistes dans la société. Arrivèrent ainsi Sam Kieth, qui réalisa The Maxx pour Image, et le duo Kurt Busiek et Alex Ross, qui réalisèrent Astro City.

Image rivalisa bientôt avec Marvel et DC Comics en termes de popularité. Mais les sept fondateurs avaient peu d'expérience en tant que scénaristes, et les critiques s'acharnèrent sur la pauvreté des scénarios et la banalité des héros, dissimulés par un graphisme tape-à-l'œil. Seules quelques rares exceptions furent acclamées (Astro City), d'autres reçurent un accueil neutre des critiques (The Savage Dragon, Spawn), tandis que la plupart étaient sévèrement jugées (WildC.A.T.s, Cyberforce et surtout Youngblood).

Les fondateurs avaient aussi peu d'expérience de gestion commerciale et ils se retrouvèrent vite dépassés par les responsabilités qu'impliquaient leurs studios respectifs. Bientôt les retards s'accumulèrent. Les libraires commandaient des comics qui n'avaient pas encore été dessinés, pour constater quand ils les recevaient que les fans avaient perdu leur intérêt. Quand ils commencèrent à perdre de l'argent sur les séries Image, ils ralentirent leurs commandes, ce qui eut un gros impact sur le studio.

En réaction à ces problèmes, les partenaires engagèrent Larry Marder pour s'occuper du côté commercial, et il réussit à développer un planning réaliste et à discipliner les artistes sur les délais à respecter.

Des conflits entre les partenaires commencent alors à affecter la société. Plusieurs se plaignaient que Liefeld se servait d'un titre de Président d'Image pour promouvoir son propre studio indépendant, Maximum Press, provoquant la séparation du studio Top Cow dirigé par Silvestri en 1996. Un an plus tard, Liefeld fut poussé hors de la société par les autres partenaires, qui engagèrent des actions en justice. Après quoi Silvestri ramena Top Cow dans Image. La même année, Lee vendit Wildstorm à DC Comics, souhaitant se dégager de ses responsabilités d'éditeur pour se consacrer à son art.

Pour compenser ces départs, plusieurs labels rejoignirent Image, comme Dreamwave ou Gorilla, en 2001, avec des fortunes diverses.

En février 2004, Erik Larsen remplaça Jim Valentino comme éditeur d'Image. Actuellement, la société continue de publier diverses séries à succès et à attirer de nouveaux artistes, mais a perdu des parts de marché par rapport aux dernières années.

Séries[modifier | modifier le code]

0-F[modifier | modifier le code]

G-O[modifier | modifier le code]

P-Z[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Série animée[modifier | modifier le code]

Film d'animation[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Gen¹³ , film d'animation produit par Wildstorm Productions et Aegis Entertainment

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Khoury 2007, p. 10-11.
  2. Khoury 2007, p. 11.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) George Khoury, Image Comics: The Road to Independence, TwoMorrows Publishing, , 280 p. (ISBN 978-1-8939-0571-9)
  • (en) A. David Lewis, « Image Comics », dans M. Keith Booker (dir.), Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels, Santa Barbara, Grenwood, , xxii-xix-763 p. (ISBN 9780313357466), p. 308-309.

Liens externes[modifier | modifier le code]