Valiant Comics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valiant Comics
logo de Valiant Comics
Création 1990
Fondateurs Jim Shooter, Bob Layton, Ronald Perelman, Steven Massarsky
Siège social Drapeau des États-Unis New York (États-Unis)
Produits Comics
Société mère Valiant Entertainment
Sociétés sœurs Acclaim Comics
Site web www.valiantentertainment.com

Fondée en 1990, Valiant Comics est une maison d'édition de comic books américaine. Après des débuts difficiles, elle lance deux comics Magnus, Robot Fighter et Solar, Man of the Atom qui sont des reprises de séries publiées à l'origine par Gold Key Comics. Les séries parviennent à atteindre un lectorat suffisant pour que Valiant puisse continuer. D'autres séries sont alors proposées comme Harbinger ou Shadowman qui sont cette fois des créations originales. Valiant, dirigé par Jim Shooter parvient à garder ses lecteurs, en parties grâce à des offres réservées aux plus fidèles et à attirer des nouveaux grâce à des numéros spéciaux.

Rapidement, la société se développe et son offre augmente. Elle parvient à devenir le troisième éditeur de comics derrière Marvel Comics et DC Comics. Cependant, cette réussite est de courte durée car la bulle spéculative, dont avait profité Valiant, éclate et les ventes baissent fortement. Le rachat de l'entreprise par Acclaim Entertainment qui voulait établir des synergies entre ces jeux vidéo et les comics n'apporte rien et finalement, Valiant disparaît en 1999. En 2007, elle renaît sous le nom Valiant entertainment qui possède les droits des héros originaux de Valiant Comics. Les premiers comics (qui reprennent les héros mais ne suivent pas les histoires commencées dans les années 1990) sont publiés en 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1989, après avoir tenté en vain d'acheter Marvel Comics, l'ancien directeur de la rédaction de Marvel Jim Shooter et d'autres investisseurs (Ronald Perelman, Steven Massarsky) convainquent une société de capital risque de consentir l'investissement nécessaire au lancement d'une nouvelle société d'édition. Shooter rachète les droits de personnages de comics détenus par Gold Key Comics, engage les dessinateurs Don Perlin, Janet Jackson et Barry Windsor-Smith, ainsi que Bob Layton. Pour s'assurer des revenus qui permettront à la jeune entreprise de durer, Shooter conclut un accord avec Nintendo : en éditant des adaptations de jeux vidéo, il espère amener à Valiant de nombreux adeptes de jeux vidéo[1]. Aussi les premiers comics édités ne sont-ils que des adaptations de jeux vidéo : deux Super Mario et un consacré à Nintendo[2]. Aussi bien les lecteurs de comics que les joueurs boudent ces comics, bien que Steve Ditko, cocréateur de Spider-Man, y ait participé et que ces comics marquent les débuts de Joe Quesada et David Lapham[1].

Rien ne laisse donc supposer la naissance d'un éditeur majeur, mais en 1991 sortent deux comics, Magnus, Robot Fighter, scénarisé par Jim Shooter et dessiné par Art Nichols et Bob Layton, et Solar, Man of the Atom qui sont des reprises d'anciennes séries publiées dans les années 1960 par Gold Key[3]. Bien que les ventes ne soient pas exceptionnelles, elles permettent à Valiant de ne pas sombrer. Pour fidéliser les lecteurs, Shooter a l'idée de proposer des comics gratuits introuvables dans le commerce, des « numéros 0 », en échange de l'envoi de bons détachables dans les comics ; ainsi les sept premiers numéros de Magnus comportent de tels coupons, permettant donc de recevoir le numéro zéro de la série. Les titres suivants sont des créations originales à commencer par Harbinger qui est suivi de X-O Manowar et Shadowman. Peu à peu le lectorat des titres Valiant se développe et les anciens numéros prennent de la valeur. En 1992, le dixième numéro de Solar est le premier comics édité par Valiant dont la couverture soit particulière puisqu'elle est totalement noire. Les ventes progressent constamment et au mois de mai 1992, Valiant lance son premier crossover intitulé Unity dont l'histoire est à suivre dans les huit comics publiés alors. Le premier épisode est proposé dans un numéro spécial Unity 0, gratuit. Le but est d'appâter le lecteur potentiel pour qu'ensuite il achète tous les épisodes de la saga. Le plan fonctionne et la saga atteint des chiffres de vente tournant autour de 150 000 numéros pour chaque épisode[1].

Valiant, bien qu'alors fortement endetté, devient un éditeur reconnu et dont les séries sont suivies. Malheureusement, quelques mois après la fin de Unity, Jim Shooter quitte Valiant, emmenant avec lui ses plus proches collaborateurs, et part fonder Defiant Comics. Il est peu après suivi par David Lapham, alors un des dessinateurs vedettes de Valiant[2] ayant à son actif les séries Shadowman, Harbinger, Rai et H.A.R.D. Corps[4]. Cela n'empêche pas une hausse importante des ventes de comics, et Valiant Comics devient le troisième éditeur derrière DC Comics et Marvel Comics en prenant la place de Dark Horse Comics[3]. Les dettes s'effacent et la société étoffe son personnel. Le départ de Shooter n'entraîne pas un affaiblissement de la qualité d'écriture car les scénaristes s'efforcent de suivre la bible de l'univers qu'il a créé[1].

Si Valiant Comics au début s'était imposé sur le marché grâce à une stratégie marketing et un projet éditorial cohérent, son maintien au troisième rang des éditeurs est surtout dû à la bulle spéculative qui touche les comics. En effet, de nombreux acheteurs font le pari d'une revente à un prix élevé de numéros exceptionnels (numéro 1, évènement marquant, etc.) en s'appuyant sur des prix de revente exceptionnels passés, mais sans voir que la rareté de l'offre expliquait le prix élevé. Or en ce milieu des années 1990, les gains espérés ne sont pas liés à cette rareté et lorsque les vendeurs comprennent qu'un numéro de comics vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires ne peut rapidement procurer une plus-value, ils abandonnent le marché[5]. Toutes les sociétés sont touchées par l'effondrement des ventes et Valiant subit de plein fouet cette crise. En 1994, la société est rachetée par Acclaim Entertainment, société de jeux vidéo. Valiant devient Acclaim Comics mais rien de ce qui est tenté (crossover, relance des comics avec de nouvelles équipes de scénaristes, etc.) ne ramène les lecteurs. En 1997, les comics se vendent en moyenne à 12 000 exemplaires alors qu'à son apogée Valiant mettait en en vente plus d'1 500 000 d'exemplaires de Turok: Dinosaur Hunter. L'arrivée de Fabian Nicieza en tant que responsable éditorial ne change rien et en 1999, Acclaim décide d'arrêter la publication de comics[3]. En 2004, Acclaim Entertainment se retrouve en cessation de paiement, et décide de vendre aux enchères les droits des comics Valiant.

Renaissance[modifier | modifier le code]

En 2007, la société Valiant entertainment est fondée. Elle possède les droits des personnages édités dans les années 1990, mais il faut attendre mai 2012 pour que le premier comics paraissent. Les premières séries sont X-O Manowar, Harbinger, Bloodshot et Archer & Armstrong[6].

Édition française[modifier | modifier le code]

En mars 2013, Panini annonce la publication des séries Valiant en France à partir de septembre de la même année[7]. Mais après des ventes décevantes, la licence est abandonnée en septembre 2015[8].

En décembre 2015, un nouvel éditeur, Bliss Comics, annonce la reprise du catalogue[9]. Les séries dont la publication a débutée chez Panini seront rééditées et diffusées sur les plateforme numérique alors que les titres inédits bénéficieront d'une publication classique[10].

Liste de comics Valiant[modifier | modifier le code]

Univers Valiant Comics[modifier | modifier le code]

Autres comics[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Voger, The Dark Age : Grim, Great and Gimmicky Post-Modern Comics, Raleigh, TwoMorrows Publishing,‎ , 166 p. (ISBN 1-893905-53-5)
  • (en) Randy Duncan et Matthew J. Smith, The Power of Comics : History, Form & Culture, The Continuum International Publishing Group Inc.,‎ , 346 p. (ISBN 978-0826429360, lire en ligne)