Homefront (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Homefront.
Homefront
Titre québécois Protection
Titre original Homefront
Réalisation Gary Fleder
Scénario Sylvester Stallone
Acteurs principaux
Sociétés de production Millennium Films
Nu Image
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 100 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Homefront ou Protection au Québec est un film d'action américain réalisé par Gary Fleder, sorti en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Phil Broker (Jason Statham), un ex-agent de la DEA, s'est installé avec sa fille en Louisiane après la mort de sa femme. Il se retrouve confronté au parrain local du trafic de drogue Gator Bodine (James Franco)...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[6]) et sur AlloDoublage[7] ; Version québécoise (V. Q.) sur le site de Doublage Québec (la société de doublage)[8].

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Homefront est l'adaptation cinématographique du roman du même nom de Chuck Logan, paru en France sous le titre Du feu sous la neige. Ce roman fait partie d'une série de plusieurs livres mettant en valeur le personnage de Phil Broker.

À la base, Sylvester Stallone avait écrit ce film pour lui-même. Le scénario devait même être un nouveau film de la saga Rambo :

« À un moment donné, il a été question que ça soit le dernier chapitre de la saga Rambo. J'étais séduit par cette idée, et l'intrigue aurait bien fonctionné. Pendant que je travaillais sur le scénario, on a fait des recherches approfondies sur les accros à la méthamphétamine, la lutte contre les stupéfiants, et la manière dont cette drogue s'est insidieusement infiltrée dans tout le pays. C'est une drogue monstrueuse. Mais j'ai fini par tourner Rocky Balboa, et j'ai changé de priorité. Du coup, pendant le tournage d’Expendables 2 : Unité spéciale en Bulgarie, j'ai demandé à Jason de lire le scénario. Il l'a adoré et il n'a cessé de me répéter : “Je veux le faire, je veux le faire, je veux le faire !” J'ai fini par lui donner mon accord parce que je me suis dit que s'il insistait autant, c'est qu'il devait être sincère[9] ! »

Jason Statham explique ce qui l'a séduit dans ce scénario : « Je n'ai encore jamais joué un père. Ce personnage est dans l'abnégation et d'une grande humilité. Sa seule raison de vivre, c'est sa fille. La plupart des types que j'ai interprétés jusque-là s'inspiraient de personnages de BD, qui ne faisaient pas preuve de beaucoup d'émotions et qui n'aimaient pas grand monde en dehors d'eux-mêmes. Du coup, avec Homefront, je me suis vraiment dit que c'était un défi et un nouveau départ pour moi[4] ».

Casting[modifier | modifier le code]

Chuck Zito, qui incarne le chef des bikers Danny T, a été membre des Hells Angels pendant quelques années[4].

Clancy Brown avait déjà tourné sous la direction de Gary Fleder dans The Express sorti en 2008[4]. James Franco et Gary Fleder souhaitaient quant à eux travailler ensemble depuis des années et avaient envisagé d’adapter le roman Pinball/Flipper de Jerzy Kosinski, sans succès[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné à La Nouvelle-Orléans en Louisiane[10].

Réception[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le site Metacritic, à partir de 35 critiques de presse, donne une note de 39/100 au film. L'hebdomadaire américain The New York Observer juge le film « prévisible mais divertissant »[11]. The Washington Post écrit quant à lui, en conclusion de sa critique : « Asseyez-vous, détendez-vous et profitez des excès [du film], si vous le pouvez[12]. » Le Chicago Tribune émet une critique davantage négative, voyant en Homefront un film « redevable des séries B des années soixante-dix »[13].

Le quotidien britannique The Guardian, dans le chapô de l'article qu'il consacre au film, juge : « Jason Statham, Winona Ryder et James Franco ne peuvent pas sauver ce thriller d'arrière-pays de la médiocrité[14]. »

En France, le site web Allociné donne une note de 2,5/5 au film en se basant sur 11 critiques de presse[15]. Si le quotidien Le Parisien apprécie « le scénario [...] bien ficelé, et le casting [qui] sort de l'ordinaire », attribuant deux étoiles à Homefront (signifiant « Nous aimons beaucoup »)[16], le magazine culturel Télérama le classe dans « On aime pas », y voyant un « énième film d'action avec Jason Statham [...] décevant de la part de Gary Fleder »[17].

Box-office[modifier | modifier le code]

Sorti aux États-Unis dans 2 570 salles, Homefront ne parvient qu'à se classer en cinquième position du box-office avec 6 915 241 $ de recettes engrangées pour son premier week-end d'exploitation, pour une moyenne de 2 691 $ par salle[1]. Par la suite, il connaît une forte baisse de fréquentation en salles et ne reste que cinq semaines en salles avec un total de 20 158 898 $[1]. Cet insuccès relatif s'explique en partie par son interdiction aux moins de 17 ans (aux États-Unis)[18] en raison d'un contenu jugé trop violent (violence verbale et physique, évocation de la drogue) par les autorités américaines de censure[19]. Cette restriction très sévère et plutôt injustifiée se limita cependant aux États-Unis.

Sorti en France dans une combinaison modeste de 202 salles, Homefront connaît un honnête démarrage avec une troisième position au box-office avec 218 906 entrées, puis perd peu d'entrées au cours des deux semaines suivantes, obtenant également trois salles supplémentaires à le diffuser en troisième semaine, portant le total à 498 599 entrées[20]. Finalement, il termine avec 632 934 entrées[20].

Différences avec le roman[modifier | modifier le code]

Dans le roman Du feu sous la neige (Homefront, 2005) de Chuck Logan, l’histoire se situe dans le Minnesota. Sylvester Stallone et la production ont préféré la Louisiane pour le film. Sylvester Stallone précise « Il n'y avait pas là le genre d'atmosphère poisseuse et de mystère qu'on recherchait. Il y a dans les régions marécageuses du Sud quelque chose qui vous met mal à l'aise parce qu'on a le sentiment de ne pas être dans son élément. Les bayous de la Louisiane sont un lieu à part[4] ».

De plus, dans le roman, Phil vit avec sa femme Nina, officier supérieur de l’armée américaine. Elle est complètement névrosée et en dépression à la suite d’un accident lors d’une opération. Pour sa convalescence, toute la famille a trouvé refuge près des Lacs du Minnesota chez un vieil ami de Phil, vétéran du Viêt Nam comme lui. Dans le film, Phil révèle à la psychologue de l'école que sa femme est décédée quelques mois plus tôt et qu'il a voulu venir s'installer dans ce coin du pays car sa femme en était originaire. Par ailleurs, on ne mentionne pas son passé de militaire au Viêt Nam. De plus, leur fille s'appelle Kit, alors qu'elle est renommée Maddy dans le film[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=homefront.htm
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. Homefront sur Allociné
  4. a, b, c, d, e et f Secrets de tournage - AlloCiné.fr
  5. http://www.cnc.fr/web/fr/rechercher-une-oeuvre/-/visa/138777
  6. « Fiche du doublage français du film » sur Alterego75.fr, consulté le 2 décembre 2013
  7. « Seconde fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 18 décembre 2013
  8. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 26 septembre 2014
  9. Homefront : Stallone voulait en faire le 5e Rambo !! - AlloCiné.fr
  10. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  11. (en) Rex Reed, « Homefront Has Been Done Dozens of Times Before », sur observer.com,
  12. (en) Michael O'Sullivan, « ‘Homefront’ movie review », sur washingtonpost.com,
  13. (en) Michael Phillips, « 'Homefront': A bloody bore », sur chicagotribune.com,
  14. (en) Mark Kermode, « Homefront – review », sur theguardian.com,
  15. Homefront sur Allociné
  16. « « Homefront » : Tout en muscles ** », (consulté le 7 août 2014)
  17. Nicolas Didier, « Homefront », sur Télérama.fr (consulté le 7 août 2014)
  18. « "Homefront" : 5 choses que vous DEVEZ savoir sur le nouveau Jason Statham ! », sur Allociné, (consulté le 22 septembre 2014)
  19. « Le box-office américain est-il rated R ? », sur Le box office pour les nuls, (consulté le 22 septembre 2014)
  20. a et b Homefront - JP's box-office.com
  21. « Du feu sous la neige » de Chuck Logan - Éditions du Masque

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]