John Rambo (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir John Rambo.
John Rambo
Description de l'image Logo john rambo.png.
Titre québécois Rambo
Titre original Rambo
Réalisation Sylvester Stallone
Scénario Art Monterastelli
Sylvester Stallone
Acteurs principaux
Sociétés de production Lionsgate
Millennium Films
Nu Image
The Weinstein Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Action
Durée 91 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

John Rambo (Rambo) est un film américano-allemand[1] de Sylvester Stallone, sorti en 2008. Il s'agit du quatrième film de la série Rambo.

Synopsis[modifier | modifier le code]

John Rambo vit dans l'ouest de la Thaïlande, à la frontière birmane, où il survit en chassant des serpents au venin mortel qu'il revend à un animateur de spectacles. Un groupe de missionnaires chrétiens américains souhaite l'engager pour être guidés en territoire hostile, en Birmanie, où ils doivent apporter vivres et médicaments au peuple karen, harcelé par l'armée birmane. John Rambo commence par refuser, puis cède devant l'insistance de Sarah, une jeune et belle femme idéaliste.

Le groupe est capturé par l'armée birmane. Le responsable du groupe humanitaire, venu spécialement des États-Unis, demande à Rambo d'accompagner un commando de mercenaires qu'il a engagé vers la zone où son groupe a été capturé. John Rambo les emmène, et décide de prendre part à l'opération de sauvetage.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Le 4e volet des aventures de John Rambo a longtemps été en projet, sans pour autant être concrétisé. Ce nouvel épisode a vu le jour sous l'impulsion des sociétés de production Nu Image et Millennium Films, et de Sylvester Stallone lui-même. L'acteur a accepté de reprendre son rôle, d'écrire le film et de le réaliser. Cependant des réalisateurs comme Renny Harlin, Gregory Hoblit, Ridley Scott et même Luc Besson ont été approchés par la production[5],[6].

L'idée de Stallone était aussi de conclure la saga Rambo après avoir terminé celle de Rocky avec Rocky Balboa :

« Comme avec Rocky, je voulais revisiter Rambo et en terminer avec ce personnage. Le dernier film était plein de bonnes intentions mais son message n'a pas été entendu. Nous étions en 1988 et nous voulions montrer ce qui se passait en Afghanistan ; la guerre froide venait de se terminer et les Russes retiraient leurs troupes. À cette époque, les gens et les médias ne se préoccupaient pas de ce pays, des moudjahidins et des talibans. Maintenant que nous savons ce qui s'est passé après le départ des Russes et qu'on voit ce qui se passe aujourd'hui, les gens s'y intéressent davantage. Mais à l'époque, le film n'a pas réussi à attirer l'attention sur la situation de ce pays. Je voulais donc terminer la série sur une meilleure note et revenir à une version du personnage plus proche du premier film. »

— Sylvester Stallone[5]

Le projet était au départ construit autour d'un scénario écrit en 1997 et qui voyait Rambo repartir en guerre après le kidnapping de sa fille de 10 ans par un groupe d’extrême droite. Cette histoire s’inspirait de Timothy McVeigh, membre d'une milice nationaliste et auteur de l'attentat d'Oklahoma City en 1995[5]. Mais suite aux attentats du 11 septembre 2001, les producteurs abandonnent l'idée d'un tel scénario[7]. Alors que de nombreux autres scénarios proposaient des intrigues en Irak, Afghanistan, au Soudan, en Colombie, et même au Darfour. Mais Stallone cherchait une idée plus originale :

« J'ai fait des recherches, j'ai parlé avec beaucoup de gens, j'ai appelé le magazine Soldier of Fortune (une revue destinée aux mercenaires et aux soldats professionnels) et les Nations unies. À chaque fois que je demandais quel était le conflit le plus meurtrier et le moins couvert par les médias, on me répondait « la Birmanie ». Cette histoire est basée sur des faits réels et sur une guerre qui dure depuis soixante ans. Les exactions montrées dans le film sont celles que subissent les gens dans ce pays. En fait, la plupart des atrocités qui leur sont infligées sont tellement horribles que nous ne pouvions pas les montrer. C'est la guerre dans toute son horreur. »

— Sylvester Stallone[5]

Après avoir été intitulé un temps Dans l'Œil du Serpent, La Perle du Cobra et Hell and Back[5], ce quatrième opus se nomme finalement John Rambo : le titre original anglais, Rambo, ne pouvait être utilisé dans la version française, le premier opus ayant déjà été nommé ainsi.

Casting[modifier | modifier le code]

Sylvester Stallone a voulu engager des acteurs non professionnels et des amateurs pour le film :

« Il voulait que je recrute de vrais Karens et de vrais Birmans. Ce qu'il cherchait, ce n'étaient pas des acteurs professionnels, mais des gens qui connaissent vraiment la guerre civile birmane. C'était très surprenant, surtout pour un film d'action. C'est plus difficile pour Sylvester Stallone de diriger une personne qui n'est pas un acteur professionnel et qui ne parle pas sa langue, mais il voulait avant tout des gens authentiques. Nous avons donc trouvé des réfugiés karens, des amputés, des victimes de mines et d'anciens soldats birmans. »

— Pasiri Pana, directrice du casting thaïlandais[5]

Le méchant du film, le cruel birman Tint, est en réalité incarné par Muang Muang Khin, chef de la résistance des Karens[6],[5]. Julie Benz a quant à elle été choisie car Sylvester Stallone est fan de la série télévisée Dexter dans laquelle elle a joué[6].

Il a été un temps question que James Brolin reprenne le rôle du colonel Samuel Trautman, incarné par Richard Crenna dans les trois premiers films (ce dernier étant décédé en 2003). Finalement, Sylvester Stallone a préféré supprimer le personnage, qui n'apparait qu'en flashbacks[6]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en février 2007 et eu lieu en Thaïlande, dont les autorités ont émis le souhait que le film affiche une « violence raisonnable ». Malgré cela, le film fait montre d'une violence bien plus soutenue que les 3 précédents films (« rated R » aux USA). Par ailleurs, la production craignait des représailles de l'armée birmane.

Musique[modifier | modifier le code]

Rambo:
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Brian Tyler
Sortie Drapeau : États-Unis [8]
Drapeau : France [9]
Durée 75:59
Genre musique de film
Label Silva Screen / Lionsgate
Critique

Albums de Brian Tyler

Bandes originales de Rambo

La musique du film est composée par Brian Tyler. Ce dernier succède à Jerry Goldsmith, décédé en 2004, qui avait mis en musique les trois précédents volets de la saga[6].

Liste des titres
No Titre Durée
1. Rambo Theme 3:34
2. No Rules of Engagement 7:09
3. Conscription 2:55
4. The Rescue 4:04
5. Aftermath 2:33
6. Searching for Missionaries 7:07
7. Haunting Mercenaries 2:43
8. Crossing into Burma 6:59
9. The Village 1:43
10. Rambo Returns 2:44
11. When You Are Pushed 2:26
12. The Call to War 2:51
13. Atrocities 1:40
14. Prison Camp 4:42
15. Attack on the Village 3:01
16. Rambo Takes Charge 2:22
17. The Compound 7:48
18. Battle Adagio 3:10
19. Rambo Main Title 3:30
20. Rambo End Title 2:58
75:59

Sortie[modifier | modifier le code]

Le film a été interdit en Birmanie au moment de sa sortie. Cependant, de nombreux bootlegs ont été vendus. Les Freedom Fighters, opposants au régime birman, ont utilisé notamment la phrase « Live for nothing, or die for something » comme slogan. Sylvester Stallone s'est dit très touché de cela : « That, to me, is one of the proudest moments I've ever had in film »[6].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a majoritairement reçu des critiques mitigées, voire très moyennes. Sur allociné, le film a une moyenne de 2,7/5. Sur Metascore, le film s'en tire avec une moyenne de 4,6/5 et 4,8/10 sur Rotten Tomatoes.

Le public fut plus généreux, estimant que cet épisode 4 est la meilleure suite de l'original : le film obtient une moyenne de 3,4/5 sur Allociné et sur Rotten tomatoes et 7,1/10 sur IMBD.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
42 754 105 $[2] [10] 9[10]
Drapeau de la France France 850 346 entrées[11] 9[12]
Monde Monde 113 244 290 $[2]

Distinction[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Dans la version française, la séquence d'introduction est commentée par Patrick Poivre d'Arvor.
  • Lors de la scène où Rambo rêve de son passé (reprenant les images des trois premiers films), on peut voir la scène finale initialement prévue dans Rambo (First Blood), puis retirée, où Rambo se suicide.

Saga Rambo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rambo (série de films).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) John Rambo sur l’Internet Movie Database - voir section Additional Details
  2. a, b et c (en) « Rambo (2008) », sur Box Office Mojo.com (consulté le 12 novembre 2014)
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. Uniquement sur la version française du film.
  5. a, b, c, d, e, f et g Secrets de tournage - AlloCiné
  6. a, b, c, d, e et f (en) Anecdotes sur l’Internet Movie Database
  7. Notes de production - Comme au cinéma.com
  8. a et b (en) « Brian Tyler Rambo (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic.com (consulté le 12 novembre 2014).
  9. (en) « Bande originale de John Rambo », sur Fnac.com (consulté le 12 novembre 2014).
  10. a et b (en) « Rambo (2008) », sur Box Office Mojo.com (consulté le 12 novembre 2014)
  11. « Box-office John Rambo », sur JP box-office.com (consulté le 12 novembre 2014)
  12. http://www.cbo-boxoffice.com/v4/page000.php3/abonnements/page000.php3?Xnumitem=110&inc=fichemov.php3&fid=8841&t2=4&t2=3&t2=1
  13. (en) Golden Trailer Awards, official website
  14. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database