Rocky 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rocky 3 :
L'Œil du tigre
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film

Titre original Rocky III
Réalisation Sylvester Stallone
Scénario Sylvester Stallone
Musique Bill Conti
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame sportif
Durée 100 minutes
Sortie 1982

Série Rocky

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rocky 3 : L'Œil du tigre (Rocky III) est un film américain écrit et réalisé par Sylvester Stallone et sorti en 1982. C'est le troisième opus de la franchise Rocky.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après sa victoire contre Apollo Creed, Rocky Balboa est maintenant champion du monde. Devenu riche et célèbre, il néglige les entraînements et s'embourgeoise. Il défend cependant, sans peine, son titre et reste invaincu à dix reprises. Rocky participe également à un match de charité contre le catcheur Thunderlips qui finit par un match nul. Ce même soir, Mickey a une première alerte cardiaque.

Clubber Lang, un boxeur de Chicago, parvient rapidement à devenir le principal challenger du champion du monde, après avoir battu tous ses adversaires. Alors que Rocky a décidé de prendre sa retraite, il le défie en public. Rocky décide de combattre Lang malgré les réticences de Mickey Goldmill qui pense qu'il n'a aucune chance : il lui avoue alors avoir choisi des adversaires faciles à battre pour qu'il puisse conserver son titre sans s'esquinter davantage, après son terrible combat contre Apollo Creed. Le jour du combat, suite à une violente bousculade provoquée par Lang, Mickey est victime d'un malaise cardiaque. Rocky est bouleversé et doit donc se résoudre à se battre sans son entraineur. Clubber Lang le domine largement et lui inflige un K.O. dès le début du second round. Quand il retourne voir Mickey, qui a refusé d'être amené à l'hôpital avant la fin du match, il lui laisse croire qu'il a gagné, l'implorant de se faire soigner, mais Mickey meurt dans ses bras.

Apollo Creed, l'ancien rival de Rocky, lui propose de prendre sa revanche sur Lang. Lors de son entraînement, Rocky avoue à Adrian sa peur de retourner sur le ring. Adrian le raisonne et lui redonne confiance, lui disant qu'il doit le faire pour lui-même, et que même s'il perd, au moins il perdra sans s'être créé d'excuses, et elle sait qu'il peut vivre avec.

La revanche entre Rocky et Clubber Lang commence par une impressionnante série de coups initiée par Rocky. Lang essaie de reprendre l'avantage dans le second round mais Rocky résiste, et semble même le défier. Rocky révèle à un Apollo Creed paniqué qu'il a trouvé la bonne stratégie en laissant Lang, peu endurant, se fatiguer. Cette stratégie se révèle payante : Rocky esquive tous les coups d'un Lang à bout de souffle, et le met K.O. au 3e round. Apollo Creed comprend que son ami s'est inspiré du combat de Mohamed Ali contre George Foreman, The Rumble In The Jungle, en 1974.Interprétation abusive ? Rocky redevient champion du monde.

Peu après, Rocky accorde à Apollo une « petite faveur » promise en échange de son soutien : un match amical à huis clos dans le vieux gymnase. L'image se fige alors que les deux combattants échangent leur premier coup : l'issue de ce combat reste un mystère.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Pour ce troisième volet, Sylvester Stallone décide de s'écarter du style visuel du second film pour en revenir à l'approche cinéma-vérité du premier. Le sujet est lié à un sentiment personnel que l'acteur connaît bien : le bouleversement de la vie d'un homme par la célébrité ainsi que son effet à la fois euphorique et destructeur sur la personnalité (Rocky se met à s'entraîner en public, sûr de sa victoire, faisant ainsi la même erreur qu'Apollo Creed à l'époque du premier film). Il y développe en outre la relation de couple du boxeur, mais étant un peu à court d'idées sur cet aspect, il focalise davantage l'histoire sur la boxe que sur la vie domestique des Balboa[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Joe Frazier a été approché pour le rôle de Clubber Lang, mais après l'avoir affronté dans un match test, Sylvester Stallone a refusé de l'engager, gêné par la puissance du punch de l'ancien champion[3]. Earnie Shavers a également été auditionné avec un résultat similaire[4]. Toutefois, selon la directrice de casting Rhonda Young, c'est surtout du fait de leurs piètres prouesses vocales que les deux athlètes ont été écartés : Joe Frazier aurait eu des difficultés à lire les répliques sans bégayer, tandis qu'Earnie Shavers avait une voix trop aiguë, contrastant avec son physique puissant et incompatible avec l'impression terrifiante que le personnage devait dégager, comme avec ses rodomontades de mâle alpha.[5] Après des recherches de plus en plus désespérées d'un acteur à la hauteur de ce rôle exigeant (allant jusqu'à visiter des prisons), Rhonda Young est tombée par hasard sur une émission de NBC, Games People Play (en), dont un segment intitulé America's Toughest Bouncer suivait un concours sportif entre portiers de nightclubs de tout le pays. Époustouflée par la puissance physique comme par le charisme du vainqueur, elle a téléphoné le lendemain au producteur Dan Ohlmeyer pour lui demander des renseignements sur « l'homme au mohawk ». Il s'est avéré que non seulement Mr. T avait les qualités physiques et une voix rageuse idéales pour le rôle, mais il s'est de plus montré extrêmement motivé pour donner une prestation « brillante » dès la première audition, pour ce qui allait être son premier rôle au cinéma et son tremplin vers le succès international[5].

Hulk Hogan, dont c'est également le premier rôle au cinéma, a quant à lui été choisi pour incarner le champion de catch Thunderlips.

Réalisation et tournage[modifier | modifier le code]

Concernant ce troisième opus, les producteurs ne font pas appel à John G. Avildsen, et Sylvester Stallone s'occupe lui-même de la mise en scène, comme pour le second volet.

Comme pour Rocky 2, Sylvester Stallone insiste pour que le rendu de la caméra portée soit le plus réaliste possible. Il en place autour du ring (censées capter les matchs pour la télévision) afin de saisir les combats sous tous les angles.

La préparation physique de l'acteur est tout aussi radicale. Pour atteindre le physique musculeux et sec qu'il envisage pour son personnage (contrastant aussi bien avec le physique relativement pataud de Rocky dans le premier volet qu'avec le physique massif de Clubber Lang), Sylvester Stallone s'inflige un régime extrêmement draconien. Pendant un temps, son régime alimentaire se réduit à dix blancs d'œufs et un toast par jour, plus un fruit tous les trois jours, alors qu'il suit un entraînement intensif, occupant presque ses journées entières : trois kilomètres de course à pied, puis deux heures de musculation, puis après une sieste, dix-huit rounds de boxe, une deuxième séance de musculation, et enfin un peu de natation. Son énergie physique et mentale s'en ressentent parfois jusqu'à des étourdissements. Au début du tournage, il ne pèse plus que 70 kilos et doit en regagner 10 de masse musculaire. Il modifie donc son régime, ajoutant un peu de thon et une abondante ration de glucides, sous forme de galettes aux céréales, ainsi que 25 cafés arrosés de miel par jour[6].

La façade extérieure de la maison des Balboa est en fait celle de l'ancienne maison de Muhammad Ali[7],[8].

Le passage où Rocky fait un discours, lors de l'inauguration de la statue à son effigie, s'inspire d'une scène coupée au montage du second film, dans laquelle Rocky rendait visite à son ancien lycée.

Bande originale[modifier | modifier le code]

Rocky III

Bande originale de Bill Conti
Sortie 1982
Durée 32:00
Label EMI

Bandes originales de Rocky

Liste des titres
  1. "Eye of the Tiger" (Survivor) - 3:53
  2. "Take You Back" (Tough Gym) - 1:48
  3. "Pushin'" (Frank Stallone) - 3:10
  4. "Decision" - 3:20
  5. "Mickey" - 4:42
  6. "Take You Back" - (Frank Stallone) 3:37
  7. "Reflections" - 2:05
  8. "Gonna Fly Now" - 2:52
  9. "Adrian" - 1:42
  10. "Conquest" - 4:40
Crédits

La version de Eye of the Tiger audible dans le film est en fait une demo. La version finalisée est cependant bien présente sur la bande originale commercialisée.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Bien que la chanson-titre et le montage du match final conservent une belle énergie, ce troisième film montre les premiers signes de faiblesse de la saga, et les critiques mitigées dépitent Sylvester Stallone au point qu'il annonce alors qu'il n'y aura pas de quatrième volet[3].

Rocky III a une score de 64 % sur Rotten Tomatoes, basé sur 36 commentaires, avec une moyenne de 5,510. Le consensus est le suivant : « Bien que manifestement soumis à la loi des rendements décroissants, Rocky III garde assez de spectacle musclé pour rester sur le ring avec les meilleures volets de la franchise ». Le film est l'un des rares à avoir reçu la rare note A+ du public interrogé par CinemaScore.

Sur Allociné lui donne une note positive de 3.45.

Box-office[modifier | modifier le code]

Les recettes au box-office américain s'élèvent à 125 049 125 $[9]. Ce troisième volet est également le premier à connaître un énorme succès en France avec 3 053 584 entrées (le premier a enregistré 664 966 entrées, le second 512 774 entrés)[10]. Il s'agit également du second film avec Sylvester Stallone dans un rôle principal à atteindre le million d'entrées sur le territoire français, après La Course à la mort de l'an 2000[11],[12]. Le film rapporte au box office international environ 270 000 000 $[13].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 125 049 125 $ 23
Drapeau de la France France 3 053 584 entrées - -

Monde Total mondial 270 000 000 $ - -

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Cet opus comporte quelques particularités par rapport aux autres films de la saga :
    • Il compte le plus de matchs importants (3).
    • On ne voit à aucun moment Rocky prier à genoux contre un lavabo avant un match.
    • Exceptionnellement, Adrian fait preuve d'un fort caractère (alors qu'elle était très timide à l'origine) et encourage Rocky à se battre contrairement à d'habitude où elle lui conseille de renoncer.
    • Les deux matchs Rocky vs Clubber se terminent prématurément (le premier se termine au bout de deux rounds et le second au bout de trois). D'ailleurs, Apollo Creed précise que le rythme imposé à Rocky, durant l'entraînement à Los Angeles, ne permettrait pas à celui-ci d'excéder sept ou huit rounds.
  • L'extrait du passage de Rocky au Muppet Show est extrait d'un épisode de la Saison 3 dans lequel Sylvester Stallone est apparu en 1979.
  • Frank Stallone, frère de Sylvester, fait une apparition comme chanteur lors de l'entraînement « public » de Rocky, tout comme il faisait des apparitions dans les deux précédents comme chanteur de rue.
  • Le rabbin présidant les funérailles de Mickey est interprété par un véritable rabbin du nom de Philmore Berger.
  • Pendant longtemps, l'issue du match à huis clos entre Rocky et Apollo est restée secrète. Dans Creed : L'Héritage de Rocky Balboa (2015), Rocky révèle que c'est Apollo qui gagna ce troisième combat.
  • C'est à partir de cet épisode que des incohérences chronologiques commencent à apparaître : dans le premier film, censé se dérouler en 1975, Rocky affirmait être âgé de 30 ans. Or dans cet opus, censé se dérouler en 1981 d’après la date indiquée sur le cercueil de Mickey, il est annoncé qu'il a 34 ans, alors qu'il devrait en avoir 36.
  • Sega tente de négocier les droits de licence pour adapter le film en jeu vidéo. Cependant, l'entreprise ne parvient pas à les acquérir auprès des ayants-droit. Sega se contente d'une sobre inspiration, intitulée Champion Boxing sortie sur SG-1000 en [14]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
1982 Jupiter Awards Jupiter Award du meilleur acteur international Sylvester Stallone
1983 Young Artist Awards Young Artist Award du meilleur film familial Irwin Winkler et Robert Chartoff

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
1982 NAACP Image Awards Image Award du meilleur film Irwin Winkler et Robert Chartoff
1983 Nippon Akademī-shō Meilleur film étranger
Oscars du cinéma Oscar de la meilleure chanson originale Survivor (Jim Peterik, Frankie Sullivan) pour "Eye of the Tiger"
Golden Globes Awards Golden Globe Award de la meilleure chanson originale Survivor (Jim Peterik, Frankie Sullivan) pour "Eye of the Tiger"
BAFTA Awards BAFTA Award de la meilleure chanson originale Survivor (Jim Peterik, Frankie Sullivan) pour "Eye of the Tiger"
Young Artist Awards Young Artist Award du meilleur jeune acteur dans un second rôle Ian Fried
2009 Satellite Awards Satellite Award du meilleur ensemble de disques Blu-Ray "Rocky: The Undisputed Collection - 7 Disc Blu-Ray Set" - Rocky, Rocky 2, Rocky 3, Rocky 4, Rocky 5 et Rocky Balboa

Saga Rocky[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dates de sortie - Internet Movie Database
  2. (fr) RSdoublage.com (onglet doublage)
  3. a b et c Mad Movies Classic : ROCKY, la saga mythique de Sylvester Stallone, Collection IMPACT, 2017.
  4. (en) Earnie Shavers knocked out Sylvester Stallone in Rocky 3 audition? (fightsaga.com)
  5. a et b « Mr. T biography (1999) [à partir de 8m40s] », sur youtube.com
  6. Selon un entretien paru dans Muscle & Fitness en septembre 2004.
  7. « AFI|Catalog », sur catalog.afi.com (consulté le 25 août 2020)
  8. (en) « Mr. T on Larry King Now (2017-03-20) », sur Ora TV (consulté le 25 août 2020)
  9. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=rocky3.htm
  10. http://www.jpbox-office.com/fichefranchise.php?id=79&affich=france
  11. Le film est sorti avant Rocky.
  12. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=8280&affich=france
  13. [1]
  14. Benjamin Berget, Yu Suzuki, le maître de Sega : De l'arcade à la révolution Shenmue, Geeks-Line, , 496 p. (ISBN 979-10-93752-06-8), p. 59-62. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]