Rocky Balboa (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocky Balboa (homonymie).
Rocky Balboa
Description de cette image, également commentée ci-après

Sylvester Stallone en décembre 2005, sur le tournage du film.

Réalisation Sylvester Stallone
Scénario Sylvester Stallone
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Columbia Pictures
Revolution Studios
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 102 minutes
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rocky Balboa est un film américain sorti en 2006, écrit et réalisé par Sylvester Stallone. C'est le sixième film de la série débutée en 1976.

Résumé[modifier | modifier le code]

Rocky Balboa a depuis longtemps quitté le ring. Il mène une vie paisible à Philadelphie, où il tient un restaurant italien baptisé Adrian's, en hommage à sa femme Adrian, moteur de son existence, qui n'est plus là, décédée à la suite d'un cancer. Il se rend très souvent sur la tombe de sa femme, qui lui manque terriblement. Il n'entretient plus que des relations distantes avec son fils Robert, qui ne supporte plus que les gens ne le voient que comme le fils de Rocky. Pour redonner un but à sa vie, Rocky décide de se remettre à boxer.

L'actuel champion du monde de boxe, Mason « The Line » Dixon, est impopulaire, la presse et le public l'accusant de ne choisir que des adversaires faciles, et de ne jamais avoir eu à se battre au maximum de ses capacités. À la suite d'une vidéo en image de synthèse d'une chaîne de télévision montrant Dixon face à Balboa (le but de cette vidéo : montrer que si un combat avait lieu entre Rocky et Dixon, ce dernier serait mis au tapis), son manager décide d'organiser un combat d'exhibition entre lui et Rocky pour faire remonter sa cote de popularité. Après des réticences, Rocky accepte ce combat, pour se sentir revivre sur le ring, et prouver à tous qu'il n'est pas fini, car lorsqu'on se bat avec son cœur, tout est possible. Il reprend donc le chemin de la salle d'entraînement pour se préparer à l'ultime match de sa vie avec Paulie, Duke, son fils Robert de qui il s'est beaucoup rapproché, et Steps, le fils de Marie, une jeune fille que Rocky a raccompagnée chez elle 30 ans plus tôt, qu'il avait réussi à convaincre de ne plus fréquenter les voyous de son quartier, et avec laquelle il noue des liens forts dans cet épisode.

Puis vient le jour du combat, au Mandalay Bay à Las Vegas. Au 1er round, les coups de Rocky n'atteignent pas Mason Dixon, qui les esquive et se montre très rapide. Rocky se rattrape cependant dans les autres rounds, profitant d'une blessure à la main de Dixon. Rocky se montre héroïque durant tout le combat, encaissant de nombreux coups et en se relevant plusieurs fois après être allé au tapis. Même si finalement les juges désignent Mason Dixon comme vainqueur (2 juges pour Dixon contre 1 pour Rocky), c'est Rocky qui est acclamé par la foule, qui scande son nom et n'a d'yeux que pour lui. Il sera à jamais le boxeur au grand cœur aimé de tout le monde, le plus grand champion de tous les temps.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteurs délégués : Robert Chartoff et Irwin Winkler
Coproducteur : Guy Riedel

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : Version Française (VF)[1] et Version Québécoise (VQ)[2]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Stallone voulait Vin Diesel pour le rôle de Mason Dixon mais ce dernier avait un emploi du temps trop chargé[3]. Il a aussi proposé le rôle au boxeur Roy Jones Jr.[4].

Sylvester Stallone voulait Jake Gyllenhaal pour le rôle du fils mais ce dernier avait un emploi du temps trop chargé. Lauren Graham était quant à elle envisagée pour le rôle de Marie mais cette dernière devait tourner un film.

James Binns incarne ici un arbitre alors qu'il était un avocat dans Rocky 5.

Le boxeur américain Mike Tyson fait une apparition dans le film[5]. Il a improvisé lui-même ses dialogues[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à Philadelphie (« Rocky Steps » du Philadelphia Museum of Art, Kensington, Fairmount Park, Philadelphia Animal Care and Control Association, Philadelphia City Hall, Philadelphia Civic Center) et à Las Vegas[6].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Rocky Balboa
The Best of Rocky
Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 60:06
Label Capitol
Critique

Bandes originales de Rocky

La bande originale de Rocky Bolboa est en réalité une compilation des meilleurs titres de la saga. Elle contient cependant l'inédit It's a Fight de Three 6 Mafia, qui est la musique de Mason Dixon pour entrer sur le ring. Bill Conti a par ailleurs composé Marie's theme spécialement pour le film mais il n'apparait par sur l'album[4].

Liste des titres
  1. Gonna Fly Now (thème de Rocky) – 2:48
  2. Eye of the Tiger de Survivor – 3:53
  3. Going the Distance de Bill Conti - 2:40
  4. Living in America de James Brown – 4:45
  5. Redemption (thème de Rocky II) – 2:41
  6. Fanfare for Rocky – 2:34
  7. Burning Heart de Survivor – 3:52
  8. Conquest – 4:43
  9. Adrianna Pennino – 1:39
  10. No Easy Way Out de Robert Tepper – 4:23
  11. Rocky's Reward – 2:05
  12. Alone in the Ring – 1:10
  13. Heart's on Fire de John Cafferty – 4:13
  14. Can't Stop the Fire – 3:20
  15. Mickey – 4:38
  16. Overture – 8:42
  17. It's a Fight de Three 6 Mafia – 3:07
  18. Gonna Fly Now (John X Remix) – 2:56

Box-office[modifier | modifier le code]

Rocky Balboa a réalisé un score bien plus qu'honorable avec un total d'environ 156M$, en adéquation avec les 3 premiers opus de la série et dépassant aisément Rocky 5[8].

Pays Box-office nbre
semaine
B.O. arrêté
à la date
Box-office Alt=Image de la Terre Mondial[9] 155 547 664 $US 15 sem. 25/03/2008
Box-office Drapeau des États-Unis États-Unis / Drapeau du Canada Canada[9] 70 269 899 $US 15 sem. 25/03/2008
Box-office Drapeau de la France France[10] 1 125 236 entrées 4 sem. 20/02/2008
Box-office Drapeau de la Suisse Suisse romande[11] 115 347 entrées - au total

Autour du film[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • De nombreuses critiques font du sixième opus le meilleur depuis le tout premier épisode[12].
  • Dans ce sixième volet, aucune allusion n'est faite aux pathologies que Rocky a malheureusement contractées durant sa carrière de boxeur, que ce soit son handicap à l'œil droit jadis révélé dans Rocky 2 ou encore les lésions au cerveau diagnostiquées au début de Rocky 5, à la suite de son combat contre le Russe Drago.
  • On retrouve dans ce sixième opus le personnage de Spider Rico, ancien boxeur amateur que Rocky a battu au début du premier film. Il est interprété par le même figurant, Pedro Lovell.
  • Clubber Lang fait une brève apparition au moment où la carrière de Rocky est résumée lors du match de Las Vegas.
  • C'est le troisième film de la saga qui se termine avec une dernière petite scène après la fin du match, après Rocky 3 (qui se fermait sur une petite revanche entre Rocky Balboa et Apollo Creed) et 5 (qui se concluait sur les Balboa père et fils montant les grandes marches avant de se rendre au musée).

Saga Rocky[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rocky (série de films).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]