Histoire du textile à Laval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Statue de Béatrix de Gâvre dans la cour du vieux château de Laval.

L'histoire du textile à Laval s’étend de l'époque gallo-romaine à nos jours.

La ville, dans le département de Mayenne en France, se développe autour du château des ducs de Laval, principalement grâce à l'industrie textile, les toiles de lin de Laval sont exportées dans toute l'Europe et même vers l'Amérique au XVe et XVIe siècle. À tel point qu'au XVIe siècle, le comte de Laval, Guy XIX de Laval, a conféré le monopole de la production, de la vente et de l'exportation du textile aux Lavallois. La Révolution française et l'Empire porteront un coup fatal à cette réussite. Cette industrie ne verra son déclin arriver qu'au début de la révolution industrielle au XIXe siècle avec la mécanisation des métiers à tisser. Plusieurs des dernières usines textiles de Laval ont fermé ses portes au début des années 2000.

Origine[modifier | modifier le code]

Dès la période gallo-romaine, on utilisait le lin et le chanvre. Et c'est à partir du XIIe siècle que l'on s'est mis à l'exploiter dans le secteur du textile en Mayenne. L'activité est devenue la principale source de revenus de Laval et de la Mayenne.

Le Clerc du Flecheray indique[1] qu'à une époque reculée, les Lavallois se livraient à la fabrication de serges et autres étoffes de laine[2]. Cette branche d'industrie devait même avoir une grande importance[3]. Cette manufacture perdit beaucoup de sa valeur par l'introduction des fabriques de toiles, dans les dernières années du XIIIe siècle et le commencement du XIVe siècle.

Les débuts de la toile[modifier | modifier le code]

La tradition indique que Béatrix de Gavre, épouse de Guy IX de Laval, Comte de Laval, fait venir du Comté de Flandre des ouvriers tisserands[4] qu'elle fixa à Laval. Le titre de sire de Gavre[5] était réservé selon la coutume familiale à l'héritier présomptif du chef de la Maison de Laval. Les ouvriers flamands enseignent le secret du blanchissage. Ce transfert de technologie serait l’origine du développement de la culture du lin et du textile en Mayenne.

L'industrie de la toile de lin est probablement très ancienne, et faussement attribuée à cette tradition.

On trouve au XVe siècle le personnage de Jean Courte : Il s'était adonné au commerce maritime et avait dans sa jeunesse fait de longs voyages sur mer, d'où il avait rapporté de grandes richesses. Guy XIV de Laval l'avait envoyé en Hollande pour y étudier l'industrie de la culture des lins et du tissage de la toile. Il avait amené avec lui des ouvriers tisserands et introduisit ainsi de grandes améliorations dans la fabrique de Laval. Il rejoint à la fin de sa vie le Couvent des Jacobins de Laval, peu après sa création.

Ceux-ci introduisirent ou perfectionnèrent la technique du tissage de la toile. Elle apprit aux habitants à cultiver et à travailler le lin qui croissait spontanément dans la région. Laval ne tarda pas à rivaliser avec les villes les plus commerçantes. Sa renommée fut bientôt rendue fameuse par la qualité de ses toiles. Les marais qui entouraient la ville cédèrent la place à cette nouvelle industrie. Pour loger ouvriers et marchands, de grands faubourgs se construisirent. Les bords de la Mayenne se couvrirent de blanchisseries. L'art textile représentait déjà l'activité principale de l'économie locale.

Développement après la Guerre de Cent Ans[modifier | modifier le code]

Le comté de Laval, si souvent le théâtre des guerres que la France avait soutenues contre les Anglais, jouissait de la paix. Peu à peu, les gentilshommes, qui avaient pendant les guerres habité l'intérieur de la ville, le quittent pour retourner à leurs châteaux. Les bourgeois abandonnent leurs anciennes demeures du Bourg-Hersent et du Marchis et viennent bâtir au-dedans des murs.

Les habitants de Laval mettent ce temps à profit. Le commerce devient pour eux une source de richesses[a 1].

Le travail de la toile[modifier | modifier le code]

Extrait de Guillaume Le Doyen

« D'aucuns ont trouve où D'employer de moult grands deniers En jardins, terres et vergers Qu'ilz out convertiz en bon prez Ainsi quo present les voyez, Esquelz ont faict grox edifices Qui a eulx si sont moult propices Auparavant d'iceulx toiliers Laval est garnie de drappiers.... ».

Le travail de la toile était en partie substitué à la fabrication des draps. Cette branche de l'industrie primitive fut rejetée à un rang très-secondaire par une invention nouvelle, dont tirèrent de grands bénéfices les commerçants qui l'exploitèrent les premiers. Quelques marchands lavallois trouvèrent le secret de donner une éclatante blancheur aux toiles qui jusque-là s'étaient vendues écrues.

D'après Charles Maucourt de Bourjolly, les plus anciennes des blanchisseries furent établies dans les prairies de Botz[6], et elles remonteraient, suivant cet auteur, à l'annee 1484. Il est quasiment certain que leur existence est bien antérieure. À cette époque, elles étaient en pleine activité et leurs proprietaires avaient déjà acquis des grandes richesses.

Bientôt des jardins et des vergers voisins de la rivière furent achetés à grand prix pour en créer de nouvelles. Il y en eut tout le long de la rive gauche de la Mayenne. Il est raconté que le comte de Laval avait donné[7] pour cet objet les terrains qui se trouvaient en face des fenêtres[8] de son château. D'autres se placèrent près de Penlivard et de Chanteloup.

Botz[modifier | modifier le code]

La plus considérable blanchisserie était à la Maillarderie, qui appartenait alors à la paroisse de Changé. On en comptait cinq autres qui ont subsisté, au moins jusqu'au[9] milieu du XVIIIe siècle. C'étaient les suivantes: les blanchisseries de la Loge des Champs, du Pin-Gelé, de la Grange, nommée plus tard le Grand-Dôme, de la Peslardière et du Petit-Dôme[10].

Un de ces gros négociants était un membre de la famille Duchemin, l'une des plus considérables à cette époque et qui, avec le temps, acquit d'immenses richesses.

Rive gauche de la Mayenne[modifier | modifier le code]

Les principales lavanderies[12] situées sur la rive gauche de la Mayenne et sur la paroisse de Saint-Vénérand, avec le nom de leurs proprietaires étaient:

  • 1. la lavanderie de la Chafesnerie, à Jean de la Porte et à Paul Pelisson;
  • 2. celle du pre Mangeotin, à Paul Pelisson et à Perrine, sa femme;
  • 3. la lavanderie de la Guérinière, situee à la Crossardiere et aux environs de la rue de Botz, à Paul Pelisson, Michel Piau et Francois Hamard;
  • 4. les lavanderies Huttin, à Paul Pelisson ;
  • 5. la lavanderie de la Barberie, pres le Pont-de-Mayenne, à la famille Duchemin ;
  • 6. la lavanderie de la Place, près la croix Laisix, le pré au Cornu et le pré au Lièvre, à Pierre Duchemin, sieur de la Babiniere;
  • 7. les lavanderies de la Bourdonniere[13] et du pré Bigot, appartenant à Jacques Hoisnard, du chef de sa femme Antoinette Duchemin.

Développement du commerce[modifier | modifier le code]

Le faubourg du pont de Mayenne se peuplait de négociants attirés par la qualité des eaux de la rivière propres au blanchiment de la toile. Ce quartier, devenu un des plus populeux de la ville, n'était, dans ce temps, que vastes prairies portant le nom de Fief du pont de Mayenne, et qu'un seigneur de Laval avait acquises par échange. Le commerce y déployait ses richesses par une industrie apportée dans le passé et devenue si profitable.

Des traites de commerce existaient à cette époque entre les ducs de Bretagne et l'Espagne. Une association d'amitié et d'intérêt avait eu lieu entre les négociants de Nantes et ceux de Bilbao. Charles VIII, étant à Nantes, la confirma en 1494. Les Espagnols pour les relations de commerce, ne se bornaient plus à venir à Nantes traiter avec les correspondants des marchands de Laval; ils remontaient jusqu'à Laval pour y faire leurs achats[a 2].

Le faubourg du Pont-de-Mayenne s'était successivement accru sur la rive gauche de la Mayenne; de nombreux hôtels, établis par de riches négociants, l'embellissaient : il était devenu une partie notable de la ville. Sa seule église paroissiale n'était encore que celle du prieuré de Saint-Melaine, qui restait isolée dans la campagne, loin du centre d'habitation que l'industrie réunissait.

Aspects religieux[modifier | modifier le code]

C'est en 1485 que le comte de Gavre, frappé des inconvénients qui résultaient pour les habitants du Pont-de-Mayenne de l'éloignement de leur église de Saint-Melaine, les engagea à aviser aux moyens d'élever une église plus rapprochée des bords de la Mayenne, partant plus facilement accessible à ses nombreux paroissiens. L'église de l'antique prieuré de Saint-Melaine servait d'église romanes. Elle devenait trop éloignée du nouveau centre de population[14] ; elle était remplacée par un nouvel édifice religieux, qui sera l'église Saint-Vénérand de Laval.

En 1499, l'église de Saint-Vénérand s'achevait peu à peu. Les marchands du Pont-de-Mayenne qu'enrichissait le commerce avec l'Espagne et qui se trouvaient maintenant trop heureux

D'éviter la paine
D'aller jusques à Sainct-Melaine

et rivalisaient de zèle pour orner leur nouvelle église paroissiale d'autels, de chapelles, de vitraux.

Fortunes[modifier | modifier le code]

Extrait de Guillaume Le Doyen

« Car les bourgeoys et les marchants Se sont retirés sur les champs Où ils ont faict grox édifices Et maisons à eulx moult propices, Où vivent de leurs revenus, Sans qu'à la ville soient tenus Plus eulx tenir en nulle saison, Fors au sabmedy, pour raison De leur grande toyllerie, Et aussi, que je ne l'oublie, Pour avoir du poisson de mer, (1519) ».

La fortune a favorisé les travaux des habitants. Un commerce prospère les a enrichis. Ils achètent des terres et y font construire des habitations. Chaque semaine, le négociant va à ses champs, et revient le samedi à la ville, veiller aux affaires de son commerce qu'il a laissé pendant son absence à un serviteur fidèle. Guillaume Le Doyen, laissant aussi soupçonner que les bourgeois lavallois de n'être pas ennemis de la bonne chère, et ajoute que d'autres soins les rappellent encore à la ville ; c'est pour y trouver, dit-il du poisson de mer sur leur table. Le luxe augmenta en proportion de l'aisance générale. Il n'y avait néanmoins ni chapeliers, ni chaussetiers[a 3].

Guy XIX de Laval, en 1571, effectue un règlement sur le commerce en gros et le blanchissage; il l'augmente en 1580. Pendant que le règlement est en vigueur, les productions du pays sont recherchées et s'écoulent avantageusement ; quand ils tombent en désuétude, l'acheteur défiant ou trompé s'en va se fournir ailleurs. Les commerçants adoptent donc facilement ces règles, sur l'établissement desquelles d'ordinaire on les consultent.

La navigation et le commerce[modifier | modifier le code]

L'industrie de la toile de lin se développe considérablement au XVe siècle et surtout au XVIe siècle : on voit les toiles locales vendues sur diverses places de France, exportés par Saint-Malo vers l'Espagne, le Portugal, la Barbarie, la Guinée, et les Indes Orientales et Occidentales.

Saint-Malo[modifier | modifier le code]

Les Lavallois participent dès le début aux voyages effectués par les Malouins vers les Colonies espagnoles, et les mers du Sud. Les inventaires après décès en donnent témoignage : des kilomètres de toile, des dentelles, des chapeaux de castor qui se vendent très bien au Pérou, des linceuls, des chemises, des chaussettes, des perruques, ils ont envoyé de tout et amassé des piastres, des barres et des pignes d'argent. Suivant les fortunes de mer, les Lavallois réalisent ou non de beaux profits. René Duchemin, prêtre de Saint-Vénérand s'en fait l'écho dans sa chronique. On a par ailleurs des témoignages de retours extraordinaires qui ne sont pas étrangers aux fortunes établies en un temps record par certains Malouins.

L'abbé Angot a par quelques extraits de correspondance, les relations et les associations d'intérêt qui existaient, au point de vue commercial, entre les négociants lavallois et les armateurs malouins. Au moyen de fragiles constructions que la moindre tempête pouvait livrer aux périls de la mer, ils ont été à la découverte de pays méconnus pour entrer en relations commerciales avec leurs habitants.

Participation[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle et surtout au XVIIe siècle, des Lavallois ont entrepris de lointains voyages. Pendant des mois, voire des années, ils ont affronté les mers qui constituaient alors un périlleux obstacle entre les continents.

Les efforts tentés par les Lavallois pour trouver des débouchés à l'industrie locale, ne se bornaient pas à des opérations où l'argent et la marchandise seuls couraient des risques. Souvent ils partaient eux-mêmes pour les colonies, ou y envoyaient leurs enfants, sans craindre ni les corsaires anglais, ni les dangers plus redoutables de climats meurtriers. Les uns réussissaient, les autres, plus nombreux peut-être, échouaient dans leurs entreprises, faute de secours ou emportés rapidement par la fièvre. On peut citer Daniel Le Hirbec a également entrepris une lointaine expédition vers le milieu du XVIIe siècle, ou encore Pierre-Marie Perier de la Bizardière au XVIIIe siècle.

Compagnie française des mers orientales[modifier | modifier le code]

En 1601, la Compagnie des marchands de Saint-Malo, Laval et Vitré qui rêve des Moluques arme deux navires, le Corbin[15] et le Croissant[16] pour sonder le guay et chercher le chemin des Indes. L'objectif de cette mission était de sonder le gué, chercher un chemin des Indes et le montrer aux Français.

Marchand originaire de Laval, François Pyrard, non moins désireux de voir et d'apprendre que d'acquérir du bien, embarque à Saint-Malo le à bord du Corbin. François Martin, originaire de Vitré, embarque lui à bord du Croissant, et sera aussi à l'origine de la relation de son voyage.

Expansion de la fin du XVIe siècle et première moitié du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Troubles[modifier | modifier le code]

Une épidémie régna à Laval, paralysant le commerce de 1606 à 1609. Des troubles ralentissent l'essor économique en fin de XVIe siècle et au début du XVIIe siècle : séquelles des guerres de Religion, sursauts de la noblesse contre un absolutisme de plus en plus pesant.

Malgré les calamités (peste, dysentrie...) et les troubles, l'activité économique réduite pendant les Guerres de Religion avait repris avec vigueur et prolongeait la prospérité du XVIe siècle.

Depuis la seconde moitié du XVIe siècle, le commerce lavallois se maintient dans une bonne prospérité. À partir de la fin du XVIe siècle, il prend plus d'extension. La toile de lin blanchie sur les vastes prairies des bords de la Mayenne apporte richesse et prospérité à la cité jusqu'au XVIIIe siècle.

L'Espagne et ses colonies[modifier | modifier le code]

Les rapports avec les Espagnols se multiplient:

  • les Espagnols et les Portugais possèdent le monopole des Indes orientales[17]
  • Les produits de la fabrication de Laval s'échangent avec un nombre de plus en plus grand de piastres neuves.

Les Lavallois quittent leur ville et vont se fixer en Espagne, pour étendre leur trafic et serrer de plus près la fortune. D'autres s'élancent à travers les mers pour aller puiser à la source comme le dit un d'eux.

Jean et Pierre Pichot, fils de Pichot de la Poitevinière, Boulain du Griffon, Lasnier des Plantes, Hoisnard, d'autres peut-être, vont y habiter quelque temps au-delà des Pyrénées.

L’Espagne constitue alors le marché le plus important pour les toiles lavalloises. Deux fois par an, une flotte colossale, chargée à la fois de ravitailler les colons et de rapporter argent et denrées coloniales, fait le voyage de Cadix (qui possède le monopole du commerce avec les colonies d’Amérique jusqu’en 1765) à Carthagène, Portobello et Veracruz. De nombreux négociants français, lavallois en particulier, installés aux quatre coins de l’Espagne, achètent et expédient des toiles vers Cadix et la Nouvelle-Espagne. Ils achètent en retour des produits du Brésil et des Antilles, qui viennent alimenter les marchés espagnols et français.

L'industrie de la toile au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le commerce est alors au plus haut point de prospérité qu'il ait jamais atteint. 6 000 ouvriers environ dans la ville, les faubourgs ou la campagne voisine, sont employés à la fabrication proprement dite; le filage et le dévidage occupent 15 à 18 000 personnes.

La hiérarchie de la fabrication entretenue par les règlements ou les coutumes permet de maintenir chacun à son rang :

  • les marchands de Laval s'opposent à l'établissment d'un marché de fil de lin dans leur ville pour empêcher les ouvriers de travaillers à leur compte
  • les fils s’achètent ou à Laval même, ou à Craon; chaque lundi, il est fait dans cette dernière ville pour 3 ou 4 000 livres d'achats par les marchands-tissiers de Laval. Il est impossible pour les ouvriers de perdre une journée de travail pour effectuer la route de Laval au marché de Craon
  • la longueur des pièces de toile est fixée à 120 aunes. Elle interdit une production aux petits tissiers car il faut être riche pour faire d'assez grosses emplettes de fil.

Cette situation est décrite par Leclerc du Flécheray dans son Mémoire.

Pour Jacques Salbert, la prospérité à cette époque de l'industrie du lin et du chanvre dans la région de Laval et Vitré est à l'origine de la construction des retables lavallois. Les produits du commerce favorisent et soutiennent des fondations religieuses.

Séditions[modifier | modifier le code]

La guerre de Trente Ans commença à fermer en partie les débouchés extérieurs de l'industrie du lin, entraînant sous-emploi et nervosité des habitants des villes soumis à des impôts croissants. Laval est le siège de deux séditions en 1628 et 1629.

Le , le Carrefour aux Toiles, dans lequel se tient alors le marché, est le théâtre d'une violente sédition[18]. Le comte de Laval a voulu faire percevoir une maltoste[19] de 8 sous par pièce de toile exposée. Le peuple se mutina. 4 000 personnes, hurlant et furieuse, vont assiéger la demeure du receveur des tailles[20], puis se portent vers celles de quatre des marqueurs de toilles, s'emparèrent d'eux et les maltraitent de telle sorte que deux des marqueurs succombent peu après de leurs blessures. Les cloches de la ville sonnent le tocsin pour appeler au secours la population des campagnes.

En 1638, les marchands acceptent une imposition de 4 sous par toile vendue; mais en retour de l'engagement que prend le comte de Laval de bâtir une halle pour leur commerce.

La Guerre de Trente Ans n'a pas été aussi catastrophique pour l'industrie du lin parce que les Anglais et les Hollandais avaient relayé le marché espagnol momentanément fermé aux toiles de Laval.

Le déclin de l'industrie de la toile[modifier | modifier le code]

Règlementation[modifier | modifier le code]

Pour faire refleurir le commerce que l'inobservation des règlements compromettait, Charles Belgique Hollande de La Trémoille fait tenir, sous la présidence des officiers du comté de Laval, plusieurs réunions de marchands et même d'ouvriers tisserands. On entend leurs observations et d'après les mémoires de ses officiers, se conformant autant que possible à celui que le roi avait donné pour les toiles de Bretagne. Un règlement nouveau est publié par le comte de Laval en 1688. Il n'est pas homologué, et n'est pas longtemps en vigueur. Le commerce des toiles continue à se discréditer.

René Hardy de Lévaré, juge de police, rend en 1691 une ordonnance d'après laquelle les marchands tissiers doivent nommer deux d'entre eux pour visiter, marquer et contrôler les pièces de toile, avant qu'elles soient aunées et portées chez l'acheteur.

Le , un arrêt du Conseil d'État du Roi défend à tous les marchands et négociants de contrefaire et plier les Toiles de Laval, en Toiles de Bretagne. Le , un arrêt du même conseil ordonne que des pièces de toile, fabriqué de Laval, saisies sur le nommé Tufferie et autres seront coupés de deux aunes en deux aunes pour avoir été vendues pour Toiles de Bretagne.

Inspecteur[modifier | modifier le code]

Louvois envoie, la même année, un inspecteur de la manufacture des toiles dans la généralité de Tours. Il prend sa résidence à Laval et s'applique à faire observer les règlements anciens et nouveaux : Il fit cesser un abus qui consistait à plier les toiles de manière que l'acheteur ne pût en reconnaître la qualité[21].

On compte parmi ces inspecteurs Jean-Paul Libour[22], le père du peintre Esprit-Aimé Libour.

Explications[modifier | modifier le code]

Le décadence de l'industrie de la toile à la fin du XVIIe siècle est expliquée selon Couanier de Launay[23] par :

  • l'inexécution des prescriptions réglementaires, particulièrement en ce qui regarde l'égalité des fils et le blanchiment des toiles.
  • l'impôt exigé pour la traite foraine d'Anjou.
  • les taxes trop élevées pesant sur ce commerce
  • la guerre qui a interrompu le trafic avec l'Espagne. L'Espagne avait soumis à des droits énormes les provenances de France et ouvert ses ports à celles des Pays-Bas et d'Allemagne[24].

Il s'oppose à l'avis de Charles Weiss[25] qui attribue cette décadence à la révocation de l'édit de Nantes[26].

Julien Leclerc du Flécheray indique dans son mémoire que La manufacture de toile sur la fin du siècle dernier et au commencement de celui-ci était meilleure et de plus grande réputation qu'elle n'est aujourd'hui qu'elle parait fort diminuée. Il attribue la cause de déclin à des défauts de fabrications, mais surtout à l'arrêt du commerce extérieur par suite des guerres.

Les pays de Vitré, Fougères, Château-Gontier comme Laval, voués aux tissage du lin ou du chanvre connaissent aussi une même période difficile suite de l'arrêt des exportations.

Équivoque[modifier | modifier le code]

Une équivoque permet aux fermiers-généraux de tripler presque la taxe que doivent acquitter les toiles de Laval à leur sortie du royaume de France. Les règlements portent que ces toiles doivent être de pur lin ou de pur chanvre[27]. Les fermiers veulent comprendre que les toiles de Laval doivent être de fin lin et leur appliquent un droit en rapport avec leur qualité prétendue[28].

Renouveau de l'industrie de la toile[modifier | modifier le code]

Halle aux Toiles[modifier | modifier le code]

Le , le conseil du roi met fin à une autre contestation entre le seigneur de Laval et les marchands de toile[29]. On cherche aussitôt un emplacement convenable pour la nouvelle construction[30]. L'avocat fiscal Salmon en pose la première pierre le . Les travaux sont conduits avec beaucoup d'activité et les marchands peuvent vendre pour la première fois dans la halles aux toiles le .

Des arrêts du Conseil d'État de 1723, 1725 et 1730 prescrivent des règles pour l'expédition des toiles à l'étranger et pour leur bonne fabrication[31].

En 1739, on enregistre au Parlement, puis au siège ordinaire de Laval, un nouveau règlement de la manufacture des toiles[32]. Ce règlement est observé jusqu'à la Révolution française.

La manufacture des serges, étamines et autres étoffes de laine, reçut aussi un règlement nouveau en 1746. Il y était pourvu à la fabrication des étamines et droguels de Laval, Entramnes et Bazougers.

Reprise[modifier | modifier le code]

Le commerce de la toile reprend avec l'Espagne et ses colonies, permettant à l'industrie de la toile de lin de retrouver sa splendeur passée. La rapidité étonnante avec laquelle les négociants Pierre Le Nicolais et François Delauney font fortune en quelques années est très significative de ce renouveau de la production textile lavalloise au XVIIIe siècle.

L'élargissment du marché local par suite de la reprise économique, le renouveau des exportations vers les Isles, vers les colonies espagnoles et portugaises via les ports de Nantes, Le Havre et Bayonne marque un nouvel âge d'or.

On retrouve encore aujourd'hui en témoignage de cette splendeur passée, les hôtels particuliers élevés à Laval tels que l'Hôtel Piquois, l'Hôtel de Bel-Air, l'Hôtel Périer du Bignon.

Toiles à voiles[modifier | modifier le code]

François Delauney crée en 1752 d'importantes manufactures de toiles à Laval. Ces manufactures procureront du travail et assureront la subsistance aux habitants de plus de 60 paroisses des environs en considération desquels Louis XVI lui accorda des lettres de noblesse héréditaires à lui et à tous ses descendants légitimes, nés et à naître, des deux sexes[33]. Louis XVI anoblit en la famille Delauney en récompense de la loyauté qu'il avait mise à remplir les fournitures de toiles des armées navales.

François Delauney introduit à Laval la fabrication des toiles à voile. Aristide Aubert du Petit-Thouars lui demandait dans des lettres enthousiastes livraison à Brest de voiles pour sa flotte au moment de partir à la recherche de Jean-François de La Pérouse. Ses fournitures pour la marine de l'État sont attestées par plusieurs mandats signés du roi et trouvés dans ses papiers.

Fin de l'âge d'or[modifier | modifier le code]

La fabrication des tissus de coton fait son apparition à Laval en 1764[34].

En 1765, plusieurs négociants, dont Jean-Baptiste Berset sont à l'origine de la Société du Jardin Berset.

En 1775, une teinturerie et un atelier de filature de coton sont créés pour la fabrication de mouchoirs, à l’imitation de ceux du Béarn, moitié fil et moitié coton.

Les prémisses de l'effondrement du lin apparaissent à la fin du XVIIIe siècle. Les tissages de siamoise, mouchoirs, calicots, etc. se firent à une plus grande échelle au fur et à mesure que l’industrie de la toile diminue. La commercialisation de la majeure partie de la production des toiles à l'étranger ou dans des colonies lointaines rendaient fragile cette manufacture dépendantes des guerres maritimes. La ruine du textile du lin, après une répétition provoquée par la guerre de Sept Ans sera déterminée par les guerres de la Révolution française, et de l'Empire.

Des correspondances de Le Nicolas, et Delauney font ressortir l'inquiétude des marchands de toiles. Le Nicolais indique en 1766 : La consommation de nos toiles n'a pas diminué en France ; mais il s'y consommerait une bien plus grande quantité si l'introduction des toiles de Suisse...n'y était pas si considérable... En 1765 et 1766, la récolte a été très médiocre en Espagne et au Portugal, ce qui a occasionné une diminution sensible sur la consommation de nos toiles dans ces deux royaumes... Nos colonies en Amérique sont un débouché très considérable pour cette manufacture ; mais depuis deux ans ce débouché est presque nul pour nous. À la fin de la dernière guerre, on croyait ces pays dépourvus de tout, mais ils ne manquaient de rien, parce qu'ils avaient été pendant la guerre approvisionnés de toutes espèces de marchandises sèches par les Hollandais et par les Anglais même. On y porta en 1763 et 1764 beaucoup plus de toiles qu'il n'en fallait pour le besoin de nos colonies, lesquelles ne sont pas encore consommées, quoique depuis deux ans on n'y ait presque fait aucun envoi de nos toiles. L'entreprise de Le Nicolais fait faillite en 1771.

François Delauney est l'auteur d'une lettre vers Benjamin Franklin[35]. Dans une lettre datée du [36], il traite des sujets suivants : Effet préjudiciable de la paix sur le commerce du lin avec les États-Unis ; sur la question de la libre entrée du tabac en France ; quantité inhabituelle de ce produit consommé par les français. Résultat de la taxe sur ce produit ; préjudice pour les manufactures de Laval ; sollicite Franklin pour signaler cet état de fait aux Ministres du Roi.[37].

Encyclopédie méthodique[modifier | modifier le code]

Première page de l'Encyclopédie méthodique (1782)

L'Encyclopédie méthodique[38] donne sur le traitement du fil dans le Maine[39]. L'Encyclopédie méthodique évaluait à 30 000 pièces et à six millions la production de la fabrication lavalloise qui avait fait jusqu'en 1754 des progrès sensibles pour se maintenir dès lors à peu près au même niveau[40].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Petit à petit, le textile s'enfonce dans la crise économique. La culture du lin a été progressivement abandonnée, au profit du coton importé. La première filature de coton est créée en 1812, la seconde en 1814, et en 1855 la manufacture de Laval compte 40 fabricants parmi lesquels six exposaient à Paris.

La filature de coton de développe, l’usage de ce tissu, plus souple et recevant mieux la teinture, se substitue de plus en plus à celui du lin qui reprend cependant momentanément le dessus durant la guerre de Sécession. Néanmoins, la découverte des nuances grand teint et la transformation du tissage mécanique finit par faire délaisser en grande partie le lin.

Des filatures ont été créées, bien sûr, comme les Toiles de Mayenne, à Fontaine-Daniel en 1806, ou la filature de Bootz, à Laval en 1826[41], mais cela n'empêche pas le déclin. La Révolution industrielle, avec la mécanisation des métiers à tisser, ainsi que le traité de commerce signé en 1860 marque la baisse d'activité des industries textiles et le déclin de cette activité [42].

À la fin du XIXe siècle, l'industrie mayennaise a trouvé sa voie dans la fabrication de coutil, une sorte de toile lisse, croisée et serrée, pour les vêtements, avec les apports de Louis Bretonnière et Victor Boissel.

La culture du lin est donc progressivement abandonnée et ce déclin explique pourquoi plusieurs familles à l'image de la famille Bougrain-Dubourg quittent cette industrie.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La situation dans les années 1920 est la suivante, on trouve :

  • La filature de Bootz, fondée en 1826 par MM. le Segretain frères, qui appartient à la Société anonyme des filatures de Laval. Elle possède à Laval sur le bord de la Mayenne Mayenne, des usines où fonctionnent plus de 52 000 broches. Les filatures emploient du coton d Amérique (Texas), et fabriquent des écheveaux, des bobines cylindriques, soleils ou autres. Elles ont pris sous la direction de la famille Diehl une importance considérable et possèdent des œuvres sociales pour leur personnel.
  • La Société des coutils de Laval, dont l'usine est située à la Tisonnière depuis 1896. Elle effectue le tissage, la teinture, le blanchiment et l'apprêt. Cette usine, qui était autrefois spécialisée dans la fabrication des velours de coton, s’est transformée. Les techniques et les produits évoluent. Entre 1920 et 1928, l'usine est entièrement modernisée. Il ne restera plus rien des anciennes fabrications. La Tisonnière devient la Société des coutils de Laval et Mayenne. Elle produit alors du linge de toile ainsi que divers coutils.
  • les Grands établissements Duchemin"", situés rue de l'Abattoir, possèdent une filature, un tissage et une teinturerie. Ils fabriquent des coutils, des articles reputés pour vêtements de chasse, des spécialités pour robes, etc....
  • Constant Feinte, industriel d'Armentières, a acheté en 1917 le tissage de Notre-Dame d’Avesnières, créé par la famille de la Broise. Sa principale fabrication est la suivante : coutils pour literie, tissus pour garçonnets, toiles spéciales pour stores, etc...
  • La Maison Vallée, ancienne maison Marie-Rousselière, fait le tissage et la fabrique des coutils et une spécialité, la marque « La Fileuse » destinée à l'exportation en Amérique.
  • Le Tissage Bretonnière fabrique des tissus destinés à l’exportation.
  • La Société Masseron[43]-Chevrier[44], plus spécialisée dans le tissage à main, produit des coutils divers et des spécialités pour vêtements d’enfants.
  • La fabrique M. Lhoste est spécialisée dans la fabrication des coutils et mouchoirs. Celles de M. Hamery et de M. Devé dans les articles de bonneterie.
  • Il existe également à Laval, boulevard de Tours, une usine de confection, celle de M. de la Vaissière quî fondée en 1901, fait, outre le commerce des toiles et la confection de vêtement en draps.

Nombreux sont les tissages possédant leurs ateliers de teinturerie. Toutefois il existe alors à Laval deux importantes teintureries :

  • Celle d'Adolphe Beck, située à la Fournière, qui abrique les produits spéciaux pour l’apprêt des tissus, la préparation de mordants pour la teinture et l'impression des textiles, des produits pour l'imperméabilisation des tissus, etc
  • Celle de la famille Boissel est spécialisée dans l'apprêt, et la teinture des tissus en pièces.

En 2005, Les Coutils de Laval étaient les derniers à fabriquer des toiles à matelas, cette entreprise a cessé de produire à Laval en . La mondialisation a raison d'un secteur autrefois florissant (concurrence venue de Chine, de Turquie, d'Espagne. Des pays à la main-d'œuvre bon marché, où les entreprises délocalisent désormais leurs sites de production).

De nos jours, les Tissus d'Avesnières[45] restent l'exemple de la production textile à Laval.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description du comté de Laval, etc., p. 67.
  2. On en peut juger par les statuts de cette manufacture qui sont les plus anciens de tous ceux que les comtes de Laval paraissent avoir faits.
  3. Si l'on compare le prix des fermages des moulins draps, de cette époque, avec celui des fermages des moulins à blé de la ville de Laval. Les comptes de l’année 1400 et des années suivantes font connaitre que les moulins à draps étaient affermés 276 livres par an, pendant que les trois moulins à blé de la ville, les trois moulins de Bellaillé et les deux moulins de Barbé n'étaient affermés que 192 livres 3 sous.
  4. Les Berset vinrent, dit-on, des Flandres, en 1290, à la suite de Béatrix de Gavre, lorsqu'elle épousa Guy IX de Laval. Ce qui est certain, c'est qu'on trouve leur famille installée dès cette époque à Laval, où leur postérité s'est continuée jusqu'au XIXe siècle. Les Armes des Berset étaient: d'azur à la bande de gueules chargée d'une rangée de losanges d'argent, accomp. en chef de trois étoiles d'or en orle et en pointe d'un lion d'argent.
  5. Gavere est une commune de Flandre-Orientale liée au comté d'Alost, à ne pas confondre avec Le Gâvre, près de Nantes.
  6. Situées au nord du ruisseau de Saint-Etienne.
  7. Le Clerc du Flecheray, Description du comté de Laval, p. 68.
  8. Couanier de Launay, Histoire de Laval, p. 85.
  9. Elles sont indiquées sur le plan de la ville de Laval de 1754 - Ce plan a ete reproduit dans la Notice historique sur les grands travaux exécutés à Laval, etc., par Gustave Vigneron.
  10. Archives de M. Le Segretain, Titres du Grand-Dome.
  11. On peut y voir une référence à un membre de la famille Duchemin.
  12. Archives de M. Roger du Bourg, Généalogies manuscrites, etc. - Projet d'aveu à rendre au comte de Laval par le seigneur de Poligné. (Cabinet de Louis Garnier, architecte à Laval)
  13. Appelé au XIXe siècle, le Fresne
  14. Couanier de Launay indique qu’Il fallait traverser la chênaie de la Coconnière, où les fâcheuses rencontres n'étaient pas rares. Une fois, pendant l'office, des malfaiteurs avaient pénétré dans le faubourg, en avaient pillé les maisons et s'étaient retirés, emmenant plusieurs prisonniers. Avec une église plus centrale, pareil malheur ne pourrait plus arriver.
  15. De 200 tonneaux, commandé par François Le Grout du Closneuf
  16. De 400 tonneaux, commandé par Michel Frotet de la Bardelière.
  17. Leurs nombreux bateaux amènent chaque jour d'immenses richesses.
  18. Extrait du registre de René Duchemin, curé de l'église Saint-Vénérand
  19. Taxe extraordinaire.
  20. Nommé Gondry.
  21. Cet inspecteur s'est d'abord attaché à la réduction des laises ou largeurs , et à l'observation des anciens et nouveaux règlements qui prescrivent, tout également aussi bien que les règlements du Roi, l'égalité des toiles , tant pour la matière que pour la façon , c'est-à-dire qu'il a voulu s'appliquer à empêcher l'abus qui fait principalement décrier la manufacture de Laval, qui est que l'usage étant que les pièces de toiles qui sont de cent aunes ou environ , étant portées au marché pliées , liées , attachées et percées à quatre ou cinq pouces de chaque lit, on ne peut avec facilité manier et visiter que dans les quatre à cinq pouces de chaque lit ou côté; c'est pourquoi les marchands tissiers qui les font faire affectent une montre plus fine , et ne manquent jamais d'employer du fil plus fin dans leur chaîne sur les cinq premières portées de chaque lit, et même dans la tissure , ils passent de temps en temps la navette deux fois sur les lits , ce qui les rend, comme à quatre ou cinq pouces de large , plus fins et plus forts que n'est le milieu qu'on ne visite pas si facilement. A'laquelle fin, le fil du milieu de la toile est de quarante sols la livre , celui du lit est de cinquante et de cinquante-cinq sols, sur le pied duquel ils présentent et vendent leurs toiles en écru , et dans la suite , quand on fait blanchir ces toiles , comme le gros fil se décharge et se vide plus que le fin , il se trouve que les toiles sont bien plus claires au milieu que sur les lits, et c'est ce qu'on appelle des toiles creuses. Ce à quoi il n'y a qu'un seul remède , qui est de confirmer les anciens et nouveaux règlements , et ordonner que les toiles seront de fil égal à Laval comme en Normandie et en Bretagne. Leclerc du Flecheray.
  22. Il était inspecteur pour le roi des Manufactures. Après avoir résidé à Morlaix jusqu'en 1781, il est nommé à Laval à partir du 1er janvier 1782. Il prévient et contrôle les fraudes dans la fabrication et le commerce des toiles. Avant la naissance de son fils, il est nommé à Dijon.
  23. Étienne-Louis Couanier de Launay, Histoire de Laval 818-1855, Godbert, [détail des éditions]
  24. Julien Leclerc du Flécheray : Les marchands de Laval qui trafiquaient pour l'Espagne ont depuis la guerre été réduits à la dernière extrémité, ayant été cinq ans sans faire aucun envoi, jusqu'à ce qu'il y ait eu la liberté d'envoyer par terre en 1684.
  25. Histoire des réfugiés protestants de France.
  26. Il cite Julien Leclerc du Flécheray, qui écrivait en 1685, qu'il n'y avait pas dans la ville de Laval un seul huguenot.
  27. C'est-à-dire entièrement tissues de fin lin ou de fil de chanvre, sans mélange de ces deux fils dans la même pièce.
  28. Ils les assimilent aux toiles de Hollande qui se vendent 5 et 6 livres l'aune, tandis que les toiles de Laval ne sont cotées qu'à 20 ou 30 sous. Il se produit un fait assez étrange : les toiles fabriquées à Laval que l'on envoie blanchir à Troyes, ne payent que 3 livres 10 sous de traite, et que les mêmes, blanchies à Laval, acquittent comme droit de sortie 10 livres du cent pesant. Les commerçants réclament auprès du juge des traites de Laval et celui-ci les renvoie par devant le Conseil-d'État. Ils demandent que la taxe fût réduite à 3 livres dix sous du cent pesant, comme l'avaient déjà prescrit plusieurs arrêtés, et consentent à ne pas recevoir diminution de moitié sur les pièces déclarées pour l'étranger et qui n'y seraient pas expédiées, à condition que les fermiers n'exigeraient d'eux aucuns acquits à caution. Ces acquits avaient pour objet de justifier de la sortie effective des marchandises et les fermiers voulaient qu'ils leur fussent rapportés six mois après la déclaration; mais les marchands ne pouvaient se plier à cette exigence, car leurs envois demeuraient souvent une année entière en entrepôt à attendre le départ des navires. Pour s'y soustraire, ils aimaient mieux consentir à un sacrifice d'argent. Le Conseil-d'État se prononçe en leur faveur le 28 août 1703. Ils obtinrent même la restitution de tout ce qui avait été antérieurement perçu en sus des trois livres dix sous de traite.
  29. Il y avait eu un arrangement conclu en 1658 selon lequel ces derniers se soumettaient à un impôt de 4 sous par toile, à la condition que le comte leur bâtirait une halle pour la tenue du marché. Le duc de La Trémoille se soustrait à l'engagement pris par l'un de ses devanciers; et l'affaire après avoir été longtemps débattue au conseil est jugée contre lui.
  30. On songea d'abord à l'élever près de Sainte-Catherine. On se détermine enfin à la placer dans la partie du Gast la plus rapprochée du monastère des Bénédictines de Laval.
  31. La fraude toujours poursuivie reparaît sous quelque nouvelle forme. L'arrêt de 1730 fixe la longueur de l'aune de Laval à 4 pieds, 4 pouces, 7 lignes et 1/5 de ligne; 100 aunes de Laval équivalent ainsi à 120 aunes de Paris. Il crée aussi un inspecteur marchand qui doit être présent à la visite des toiles. Les pièces tissues de fils de lin et de chanvre mélangés, inégaux en grosseur, ou de mauvaise qualité sont coupées de 2 aunes en 2 aunes, confisquées au profit des pauvres des hôpitaux et les tisserands sont passibles de 50 livres d'amende.
  32. Le règlement par lequel on s'était proposé d'amender et de compléter celui de 1730 avait été préparé avec maturité. Depuis plus de 2 ans, on travaillait à le rédiger de telle manière qu'en atteignant son but, qui était avant tout de protéger le commerce et de le maintenir à un haut degré de prospérité, il fût en même temps accepté par les marchands et fabricants, et strictement exécuté. Pour cela, le membre du conseil chargé de le proposer, l'avait soumis à l'examen des intéressés; ceux-ci, dans plusieurs réunions tenues en sa présence, avaient présenté leurs observations. Ses 99 articles renouvelèrent ou innovèrent toutes les précautions prescriptions, ordonnances et défenses qui parurent propres à assurer une bonne fabrication ; le dernier, en abrogeant tous les statuts antérieurs, dans ce que leurs dispositions contenaient de contraire au présent, laissait subsister celles qui pouvaient avoir été omises ou oubliées.
  33. L'écusson de la famille est d'or au chevron engrêlé de sable, au chef d'azur chargé de 3 losanges d'or.
  34. Un imprimeur d'indienne suisse établit une fabrique de mouchoirs et de toiles peintes qui connait une certaine importance.
  35. [1]
  36. The Papers of Benjamin Franklin: January 21 through May 15, 1783, Volume 39, p. 310.
  37. Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, p.33.
  38. Manufactures et arts, t. II, p. 292.
  39. « On trie ces lins, écrit l'auteur, grossièrement broyés et liés en grosses bottes, ce qui les fait nommer lins de bottes, et ils reçoivent dans le pays les préparations nécessaires pour les rendre propres à la filature : tous ces lins se filent au rouet. Le fil qu'on destine à former la chaîne des toiles doit être plus tors que celui de la trame, afin de le rendre capable d'une plus grande résistance. Ces fils devroient être lessivés à plusieurs reprises, lavés et battus avec ménagement entre chaque lessive, comme le linge de ménage. Au lieu de cela, on fait communément bouillir les écheveaux dans des chaudières mêlés avec l'eau et les cendres et, au sortir de là, on les lave en eau courante en les frappant sans précaution sur de grosses pierres. Une méthode si grossière ne peut qu'avoir de grands inconvéniens : les fils se brûlent quelquefois contre les parois de la chaudière ; ils s'usent toujours par les frottemens violens qu'ils éprouvent au lavage, de manière qu'on a bien de la peine à les dévider et à les employer en toiles. Ces fils ainsi écrués par les femmes mêmes qui les filent dans les campagnes, sont portés dans les foires et marchés du pays où les fabricans les achètent. Ils doivent observer d'en assortir les qualités, relativement à chaque espèce de toiles qu'ils veulent obtenir. « Les toiles fabriquées sont remises en écru au blanchisseur. On commence par les faire tremper et on les bat pour les dégorger, soit à la main avec de grands battoirs, soit même au moulin à foulon. Ces toiles reçoivent quinze lessives et même jusqu'à dix-huit et vingt pour les plus fortes. Dans l'intervalle de chaque lessive, on les lave en eau courante, on les bat et on les étend pendant quatre à cinq jours sur le pré. Les toiles blanchies sont mises à tremper dans des cuviers pleins de lait pour leur donner plus d'éclat; on les y laisse quatre à cinq jours à deux reprises, après quoi on les passe à l'amidon et au bleu et on les calandre, ce qui est la dernière opération qu'elles reçoivent. « Il n'y a point de règle générale pour la composition des lessives : chaque blanchisseur fait entrer dans les siennes les ingrédiens alkalins qu'il juge à propos, tels que les cendres ordinaires, la soude, la potasse, les cendres gravelées et même la chaux, quelque danger qu'il y ait à l'employer pour cet usage ; on y fait aussi entrer le savon noir. Mais une grande partie de ces toiles est transportée à Beauvais, à Senlis et principalement à Troyes, où elles reçoivent un plus beau blanc que sur les lieux de leur fabrication. »
  40. Toiles royales et demi-Hollande ou non battus et Pontivis, pliées sur leur largeur et lisière contre lisière ou à plat dans toute leur largeur, étaient dites de laise ordinaire et servaient généralement à faire des chemises d'hommes. Les grands laisots étaient employés aux chemises d'enfants et les petites taises aux taies d'oreillers, aux coiffes de bonnets d'hommes; il se faisait aussi des toiles grises pour les vestes et les culottes d'été, les corsets de femmes, les doublures. Les pauvres gens usaient des toiles fortes, parce qu'elles étaient moins chères et de plus longue durée. Ces dernières toiles, qui se fabriquaient depuis onze jusqu'à vingt-deux douzièmes d aunes, pouvaient être en chaîne et en trame de fd de brin de chanvre ou de lin.
  41. Intégrée en 1966 aux Textiles du Vermandois, elle fermera ses portes en 1977
  42. Un rapport de la Banque de France rédigé en 1870 indique : Depuis la création de la succursale de Laval (autorisée par décret du 17 juin 1857), l'état industriel et agricole du département de la Mayenne a subi une transformation complète. L'industrie des toiles, qui avait fait la fortune du pays il y a une dizaine d'années, n'existe plus. Elle a été remplaçée par la fabrication des coutils. Le peu de ressources des fabricants actuels ne permet pas d'espérer un grand développement dans cette nouvelle partie industrielle et au contraire les Lavallois travaillent dans des conditions déplorables pour soutenir la concurrence du Nord et de l'Angleterre. L'absence de capitaux chez les petits fabricants et l'esprit de routine et de concurrence qui les animent ne leur permettent aucune association profitable ; ils restent divisés et livrés à leurs propres ressources. De plus ils reculent devant les dépenses d'une installation mécanique, les métiers à la main sont encore en usage dans tout le département, seul le bas prix des salaires leur permet de soutenir leur fabrication ; les ouvriers, disséminés dans la campagne, gagnent 1f50 à 2f par journée de 12 à 14h de travail. Ils ne forment plus d'apprentis et abandonnent un métier qui ne les fait plus vivre. C'est devant cette grave question ouvrière que se trouve l'industrie des coutils et il faut bien reconnaître qu'elle doit forcément disparaitre comme celle des toiles si les fabricants ne parviennent pas à comprendre que l'avenir est dans le tissage mécanique.. (http://gabriel.bougrain.free.fr/descendance_piednoir/auguste2.php]
  43. Adolphe Masseron.
  44. Louis Chevrier
  45. [2]
  • Citations de Guillaume Le Doyen, (° ~ 1460 Laval - † ~ 1540 Laval), notaire, chroniqueur, poète mayennais du XVe siècle :
  1. Et quand Angloys furent dehors,
    Chascun se mit en ses efforts
    De bastir et marchander
    Et en biens super abunder.
    Plus n'estoit nouvelle de guerre.
    Puys, peu à peu, bourgeoys et marchants,
    Gentilzhommes, qui, tous tenoient les champs,
    Firent, en Laval, maintes maisons construire
    En plusieurs plans que chasçun fist eslire.

    Guillaume Le Doyen.
  2. : Dont il demouroit grans argens
    Qui soustenoient beaucoup de gens.. Guillaume Le Doyen, notes de Louis Morin de la Beauluère, p. 28).
  3. :
    Mais les haulx bonnets et jacquettes
    Pour lors si avoicnt leurs requestes;
    Pallctocz, pourpoints abourrés
    Estoient sur espaulles fourrés.
    Chapperons rons avoient les femmes;
    Hault couëffées si estoient les dammes;
    Cornectes de deux doiz avoient;
    Large tissu aussi portoient;
    Grant collet fourré sur l'espaulle
    Par derrière long qu'une gaulle.
    Cothes à godet hault monté
    Juc es rains estoit surmonté.
    Les gentilz soulliers à poullaine
    Et d'aultre estât comme à bec d'enne.
    Tous gens d'église au lignolet
    ...
    Portoient chapperons a rolet,
    Qui estoit chose très honneste.
    Maintenant l'on ne cognoest maistre
    Marchans et prestres c'est tout ting
    Tous sont vêtus l'aultre que l'ung.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..