Fontaine-Daniel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Mayenne
Cet article est une ébauche concernant la Mayenne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Fontaine-Daniel
Le moulin
Le moulin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Arrondissement de Mayenne
Canton Canton de Mayenne-Ouest
Commune Saint-Georges-Buttavent
Code postal 53100
Code commune 53219
Démographie
Population 180 hab. (2014)
Densité 4,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 42″ Nord 0° 40′ 26″ Ouest / 48.2783322, -0.6739048
Altitude Min. 95 m – Max. 221 m
Superficie 36,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 15.svg
Fontaine-Daniel

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 15.svg
Fontaine-Daniel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Fontaine-Daniel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Fontaine-Daniel

Fontaine-Daniel est un village français situé dans le département de la Mayenne et la région Pays-de-la-Loire, qui dépend de la commune de Saint-Georges-Buttavent située à 7 km. C'est un village ouvrier né de l'activité textile dont l'organisation et l'architecture sont remarquables.

Durant quelques années[Lesquelles ?], le village de Fontaine-Daniel a été classé Petite Cité de Caractère[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Il se situe à 5 km au sud ouest de la ville de Mayenne dans le bois de Salair à l'écart des grands axes de circulation. L'Anvore, ruisseau traversant la vallée et alimenté par l'étang que les moines créèrent par une digue, faisait tourner le moulin monastique. L'étang fournissait par la pêche les poissons des jours "maigres", pratique réservée aux habitants du village jusqu'à aujourd'hui encore.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Fontaine-Daniel est indissociable, de 1204 à aujourd'hui, en deux périodes distinctes et successives, de l'abbaye qui consacra le lieu, et de l'industrie textile qui fit émerger le village (1806).

Origine[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit Fontaine-Daniel trouve son origine dans la construction d'une abbaye cistercienne fondée en 1205 par le seigneur de Mayenne Juhel III.

Article détaillé : Abbaye de Fontaine-Daniel.

Cette abbaye était dotée d'une église, détruite après la Révolution, de la taille de la cathédrale Saint-Julien du Mans.

L'activité textile qui débute en 1806, sera la cause de la création du village autour de l'abbaye, avec la construction de bâtiments collectifs, puis de maisons individuelles, tous en pierre locale issue d'une petite carrière à l'entrée Est du village.

En 1939, une chapelle, dessinée par Jean Denis et dédiée à Saint-Michel, est construite pour les habitants du village. Construite sur le rocher (symbole biblique), elle domine l'étang et la place du village en perspective.

La filature et le tissage[modifier | modifier le code]

Vendue comme bien national en 1796, l'abbaye devient en 1806 la propriété de Pierre Horem et de Sophie Lewille, veuve de Louis Biarez : ces industriels parisiens du textile convoitaient les vastes locaux de l'abbaye pour y établir une filature. Ils voient tout l'avantage du lieu : la force motrice de l'eau (étang alimenté par le Fauconnier), les vastes locaux de l'abbaye aptes à recevoir la première filature mécanique du département, ainsi que 100 métiers à tisser, et le savoir-faire régional en textile (3/4 de la population). Leur entreprise se développe : 560 ouvriers en 1810 et 760 en 1812. À la mort de Pierre Horem (1828) sa femme Sensitive Armfield (fille de Thomas) dirige seule l'entreprise[2].

Article détaillé : Toiles de Mayenne.

Les Denis[modifier | modifier le code]

En 1830, Martin Denis épouse Élisabeth Armfield, nièce de Sensitive Armfield, et accède à la direction de l'entreprise familiale. Martin Denis, 1er du nom, fait agrandir les ateliers et construire des bâtiments collectifs pour loger ses ouvriers (à partir de 1832). Son fils Gustave Denis (1833-1925) rachète l'entreprise à Sensitive Armfield, développe le village, innove dans la régulation des machines à vapeur[3], fait construire une école (« Il était socialement avant-gardiste. Il a créé une école et rendu la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans, bien avant Jules Ferry ») et une boulangerie (1862).

La fontaine et le bâtiment La Cour.

Georges Denis et Paul Denis font construire de nouveaux immeubles en pierre du Pays en 1898-1900 desservis sur deux niveaux par des coursives en béton armé. En 1925, les premières maisons individuelles, proposant 2 logements pour certaines, apparaissent, toujours bâties en pierre locale, dessinées par Jean Denis, puis plus tard par Bruno Denis, son fils. Une chapelle catholique, également dessinée par Jean Denis, protestant, et consacrée à Saint-Michel, a été édifiée en 1939 sur le roc, en surplomb de l'étang du village. Les maisons individuelles et les immeubles conçus par les dirigeants successifs de l'entreprise depuis l'origine jusqu'en 1975 pour les plus récents, ont tous leurs jardins ouvriers et les rues n'ont d'autres noms que ceux des fleurs, arbres ou animaux qui peuplent les frondaisons.

Fontaine de Fontaine-Daniel

Une fontaine, sise au bord de la place du village, alimentée par une source de la forêt de Salair, a longtemps fourni en eau les habitants du village. L'eau jaillit d'un bâti en pierre, par la bouche d'une néréide en bronze sculptée par Jean Denis.

Quatre générations Denis d'Ingénieurs de l’École Centrale des Arts et Manufactures se succéderont à la tête de l'entreprise textile : Gustave, Paul, Jean, Bruno.

Jean Denis fut associé avec Bertrand Denis, son frère.

Aujourd’hui, l’école a fermé. L’entreprise et le village ont restreint leur activité, mais l’une comme l’autre poursuivent leur histoire, avec une relative sérénité, au milieu des grands arbres.

En 2006, les célébrations du bicentenaire de l'entreprise ont été marquées par l'édition du livre Tissu topique chez Gallimard qui retrace l'histoire de l'abbaye et du village, ainsi que les 200 premières années de l'entreprise.

Généalogie simplifiée[4][modifier | modifier le code]

La famille Denis est originaire du Calvados.

Tombe de Sophie Armfield au cimetière de Montmartre, à Paris

Économie[modifier | modifier le code]

  • Toiles de Mayenne, fabrication, confection et vente de tissus d'ameublement
  • Boulangerie / patisserie / salon de thé "Au pain doré"
  • Restaurant "La Forge"
  • Crêperie "Le Petit Monde"
  • Artisan coiffeur "Pascal Coiffure"
  • Ferme de Fontaine-Daniel, ancienne porterie de l'abbaye.
    Une ferme biologique (produits laitiers et viande)
  • Informaticien graphiste
  • Monastère orthodoxe de la Nativité de la Mère de Dieu de Bois-Salair
  • Agence de location à Fontaine-Daniel "Fons-Danielis"
  • Épicerie coopérative, bistroquet, point info promeneurs, librairie/bouquinerie[5],[6]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • Les Cabanons, association culturelle[7].

Culture[modifier | modifier le code]

Cour de l'ancienne école maternelle et cabanons.

La fête de Fontaine-Daniel s'est toujours déroulée le 1er week-end de septembre. Autrefois traditionnelle avec manèges forains, concours de pêche, course cycliste, bal et feu d'artifice tiré sur l'étang, elle a muté depuis plus de 10 ans, sous l'impulsion de l'association Les Cabanons, en Fête de la Terre, fête écologique qui a toujours lieu le 1er week-end de septembre, et qui réunit aujourd'hui plus de 6000 visiteurs.

L'ancienne école, transformée en galerie, accueille occasionnellement des expositions temporaires.

Hébergement[modifier | modifier le code]

  • Gite "Les Champs"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Fontaine-Daniel, un patrimoine d'exception » (consulté le 28 juin 2016)
  2. Collectif, Tissu topique, Gallimard, , 287 p. (ISBN 2-7424-1814-8)
  3. Sénat français, « Anciens sénateurs IIIème République : DENIS Gustave », sur www.senat.fr (consulté le 25 juin 2016)
  4. État-civil de Saint-Georges-Buttavent aux Archives départementales de la Mayenne.
  5. (fr) « À Fontaine-Daniel. L’épicerie coopérative d’Élise et Judith » (consulté le 18 juillet 2016)
  6. « Mayenne : une épicerie coopérative ouvre à Fontaine-Daniel - France 3 Pays de la Loire » (consulté le 18 juillet 2016)
  7. (fr) « Les Cabanons ouvrent leur association aux adhésions » (consulté le 3 juillet 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]