Grosley-sur-Risle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grosley-sur-Risle
La mairie
La mairie
Blason de Grosley-sur-Risle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Brionne
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire
Mandat
Dominique Civel
2016-2020
Code postal 27170
Code commune 27300
Démographie
Gentilé Grosleyen
Population
municipale
527 hab. (2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 48″ nord, 0° 48′ 14″ est
Altitude Min. 90 m – Max. 162 m
Superficie 13,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Grosley-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Grosley-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grosley-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grosley-sur-Risle

Grosley-sur-Risle est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Grosley-sur-Risle est une commune du pays d'Ouche[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Grosley-sur-Risle[2]
Beaumont-le-Roger Barc
Beaumont-le-Roger Grosley-sur-Risle[2] Le Plessis-Sainte-Opportune
Barquet
Le Noyer-en-Ouche La Houssaye Romilly-la-Puthenaye

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Risle[3]. Celle-ci disparait momentanément depuis plusieurs siècles, au moins depuis le cadastre Napoléonien, dans une bétoire, à Châtel-la-Lune, non loin du Moulin Chapelle, et qui, après un cours souterrain de 5,5 kilomètres passe sous la forêt de Beaumont-le-Roger (Eure), réapparaît près de l'ancien château de Grosley-sur-Risle, à la Fontaine-Roger, que la tradition a surnommée la Fontaine Enragée. Celle-ci ne fait que partir et revenir, notamment en 2012, une nouvelle bétoire s'est formée, faisant un trou de 4 puis 8 mètres de diamètre. La rivière a repris son cours durant l'hiver, une fois la bétoire pleine. Cet événement ne s'était pas produit depuis plus de trente ans[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg traverse la Risle sur un viaduc de 61 mètres de long et 13 mètres de hauteur construit en 1855 sur le territoire communal, au point kilométrique (P) 137,900. La gare de Beaumont-le-Roger en est distante de moins de 5 kilomètres.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Grolei en 1155[5].
Du latin gracula (corneille) et du suffixe collectif –etum, « ensemble de (corneille) »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Grosley-sur-Risle
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean Duval    
1791 1792 Jean-Baptiste Tienterre    
1792 1798 Pierre Lesage    
1798 1800 Jacques Rouzée    
1800 1820 Jean-Baptiste Tienterre    
1820 1826 Jean Léonard Baudry    
1826 1832 Eustache Duval    
1832 1837 Charles François Lothon    
1837 1854 Pierre Noël Gatine    
1854 1868 Jean Hippolyte Barbey    
1868 1870 Gerasime Lenfant    
1870 1870 Bruno Houdière    
1870 1892 Alexis Taillefer    
1892 1901 Ambroise Leguet    
1901 1905 Hippolyte Lamare    
1905 1924 Éloi Marvin    
1924 1935 Fernand Crouy    
1935 1940 René Alexandre   acteur
1940 1944 Alphonse Combes    
1944 1945 Émile Hamelet    
1945 1946 René Alexandre   acteur
1946 1948 Émile Cornu    
1948 1951 Edmond Delin    
1951 1977 Gaston Descamps    
1977 1983 Yves Ethes    
1983 1990 Édouard Albertine    
1990 2010 Jacques Delaporte    
2010 janvier 2016 Pascale Perraudin DVG Fonctionnaire
30 janvier 2016 mai 2016 Evelyne Duval    
15 juillet 2016 en cours Dominique Civel    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 527 habitants, en diminution de -6,39 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
469 494 511 578 614 623 600 588 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 550 560 513 552 467 469 454 400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
540 385 393 379 352 398 330 403 301
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
366 417 524 502 507 493 557 537 527
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Grosley-sur-Risle compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

  • L'église Saint-Léger (XIe, XVe, XVIe et XVIIe)  Inscrit MH (1954)[10]. L'église a été construite au XIIe siècle (mur sud) ; le mur nord a été reconstruit au XVe siècle ; la façade, le chevet et la charpente datent du XVIe siècle et la sacristie du XVIIIe siècle.

Par ailleurs, plusieurs autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • Un château fort au lieu-dit le Pin[11]. Ce château fort appartenait à la famille Dupin ;
  • Un château fort des XIVe et XVe siècles (?) au lieu-dit le Vieux-Château[12] ;
  • Une ferme des XVIIIe et XXe siècles au lieu-dit le Val-Gallerand[13]. Il s'agit d'une ancienne ferme du XVIIIe siècle (four à pain). Le logis, la grange et le silo ont été construits en style néo-normand entre 1930 et 1940. Il est dit que le corps principal serait constitué d'éléments de la première gare de Deauville (renouvelée en 1930 par l'architecte Jean Philippot) transportés et remodelés sur place.

Autre point d'attrait :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • "Risle, Guiel, Charentonne"[14].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Le bois de Grammont et les prairies du val Gallerand[15] ;
  • Le bois et les prairies du Hom[16].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Alexandre (1885-1946). Sociétaire de la Comédie Française, il épousa Gabrielle Robinne, elle aussi sociétaire de la Comédie Française, en 1912. Il fonda, à Grosley, la maison de repos des acteurs anciens combattants. Lui-même fut ancien combattant de la Première Guerre mondiale.
  • Gabrielle Robinne (1886-1980). Actrice de cinéma, dès l'époque du "muet" au début du XXe siècle, jusqu'à la seconde moitié du siècle. Elle fut aussi une actrice de théâtre de renom. La ville de Montluçon, où elle est née, l'a honorée en baptisant son théâtre de son nom. Tous deux vécurent à "La Coletterie", chaumière au bord de la Risle à Grosley. Celle-ci existe encore.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople au chevron ondé brisé d'argent, accompagné en chef d'une feuille accostée de deux biches passantes affrontées et en pointe d'une roue de moulin le tout d'or

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le pays d'Ouche », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 22 mars 2017).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Risle (H6--0200) ».
  4. De nombreux auteurs signalent cette particularité, notamment : Auguste Le Prevost, dans ses Notes pour servir à la topographie et à l'histoire des communes du département de l'Eure, 1849, Jean François Gabriel Vaugeois, dans son Histoire des antiquités de la ville de Laigle et de ses environs, 1841, CH. Piquet, géographe du Roi et S.A.R. Mgr le Duc d'Orléans, dans leurs Notes pour servir à la topographie et à l'histoire des communes du département de l'Eure par Dictionnaire géographique universel contenant la description de tous les lieux du globe intéressants sous le rapport de la géographie physique et politique, de l'histoire, de la statistique, du commerce et de l'industrie, par une société de géographes, tome huitième, à Paris chez les éditeurs A.J. Killian, libraire, rue de Choiseul no 3, quai de Conti no 17".
  5. a et b Ernest Nègre, générale de la France - Page 343
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Église », notice no PA00099439, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Château fort », notice no IA00018813, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Château fort », notice no IA00018811, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ferme », notice no IA00018812, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Risle, Guiel, Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 17 janvier 2016).
  15. « Le bois de Grammont et les prairies du val Gallerand », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 17 janvier 2016)
  16. « Le bois et les prairies du Hom », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 17 janvier 2016).
  17. « La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 17 janvier 2016).