Le Noyer-en-Ouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Noyer-en-Ouche
L'église Notre-Dame et le centre du village.
L'église Notre-Dame et le centre du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Bernay
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire
Mandat
Lydie Pottier
2014-2020
Code postal 27410
Code commune 27444
Démographie
Gentilé Noyerois
Population
municipale
227 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 21″ nord, 0° 46′ 24″ est
Altitude Min. 110 m – Max. 183 m
Superficie 10,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Noyer-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Le Noyer-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Noyer-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Noyer-en-Ouche

Le Noyer-en-Ouche est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Noyer-en-Ouche est une commune du centre du département de l'Eure. Elle appartient à la région naturelle du pays d'Ouche[1].

Communes limitrophes du Noyer-en-Ouche[2]
Mesnil-en-Ouche (comm. dél. de Gouttières), Beaumont-le-Roger Grosley-sur-Risle
Mesnil-en-Ouche (comm. dél. de Beaumesnil) Noyer-en-Ouche[2] Grosley-sur-Risle
Mesnil-en-Ouche (comm. dél. de Thevray) Mesnil-en-Ouche (comm. dél. de Thevray) Mesnil-en-Ouche (comm. dél. de Ajou), La Houssaye

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est attesté sous la forme latinisée de Nuccario au XIIe siècle[3]. Ce nom est une latinisation médiévale savante du lieu nommé [nuɛje] par la population, issu du vieux français, mentionné pour la première fois vers 1150 sous la forme noiers (au pluriel).

Le toponyme est sans doute peu ancien et évoque un arbre remarquable. Les noyers étaient beaucoup plus fréquents autrefois en Normandie qu'ils ne le sont de nos jours[4].

Après s'être appelée « Noyer » tout court, la commune a pris le nom de Noyer-près-Beaumont à la Révolution.

Les anciennes paroisses du Châtelier-Saint-Pierre et de Châtel-la-lune ont été rattachées au Noyer-en-Ouche en 1792.

  • Le Châtelier-Saint-Pierre (Chasteler 1215) évoque un endroit fortifié, homonyme des nombreux Catelier / Câtelier de type normand au nord de la ligne Joret. Ce nom n'a bien évidemment aucun rapport avec des fortifications romaines, inexistantes dans les campagnes normandes.
  • Châtel-la-Lune (Castrum Lune XIIe) évoque un château, forme du normand méridional équivalent de Catel (cf. Radicatel) ou Câtel au nord de la ligne Joret. Le sens du mot « lune » en toponymie est obscur[5], mais pourrait venir du terme demi-lune : Dans l’architecture militaire, construction retranchée, placée devant la courtine d’un front bastionné ou d'une motte féodale. Elle est généralement formée de deux faces en angle aigu[6].

Il existe aussi treize hameaux : Le Village, la Godinière (anciennement la Gaudinière, d'une famille Gaudin, avec suffixe -ière, caractéristique des formations médiévales tardives dans le sud de la Normandie notamment), le Long-Bois, Bois-Chevreuil, le Milan, le Hamel, la Jouannière (chez les Jouanne), la Brunetière (chez les Brunet), le Fouesnard, la Hermeraye, Quatre-Houx, la Noë et Grammont.

Le nom du Milan est obscur. En l'absence de formes anciennes, il est difficile de le déterminer. On peut cependant le rapprocher de Guettelan, lieu-dit au Fidelaire (à 9 km), où l'on note la même terminaison -lan, que Jean Renaud considère comme étant le vieux norrois land « terrain »[7], bien qu'on ne dispose également d'aucune forme ancienne. Le mot land étant commun aux langues germaniques, il est impossible de déterminer de quelle langue il s'agît précisément.

Le Hamel représente le mot normand d'origine anglo-saxonne hām, diminutif en -el d'un ancien terme ham « village » et qui a donné le français hameau.

Le Fouesnard peut être interprété de manière conjecturelle, en l'absence de formes anciennes et d'homonymes, comme un composé fou-esnard, c'est-à-dire fou hêtre, forme ancienne du nom de cet arbre utilisée en Normandie, parallèlement à son dérivé futel (cf. le Futel) et foutel. Le second élément -esnard est peut-être le nom de personne d'origine germanique Esnard (germ. Eginhard. cf. Éginard) que l'on retrouve par exemple dans Champenard dans l'Eure ou Mesnil-Esnard en Seine-Maritime. Ce genre d'association d'un nom d'arbre avec un nom de personne se retrouve ailleurs. Fauguernon (Calvados) présente peut-être un parallèle.

Le nom de Quatre-Houx (Catehou 1174, Cathoux s. d.) semble le plus ancien, on est tenté d'y reconnaître un nom en -hou, fréquent en Cotentin, mais plus rare en Haute-Normandie, où l'on dénombre cependant le Conihout (Conihou fin XIIe) à Jumièges et plusieurs le Hou[8]. Il s'agit probablement de l'appellatif vieil anglais hōh signifiant « talon », puis « promontoire en forme de talon, escarpement rocheux, rivage abrupt », ou encore « légère élévation »[9],[10],[4]. Le premier élément semble s'expliquer par le nom de personne norrois Kati que l'on rencontre dans Flancourt-Catelon (Catelunti XIIe siècle) ou Catteville (Manche Catevilla vers 1090) aussi nom de plusieurs hameaux en Seine-Maritime[4].

La Noë s'explique par le vieux français noë, noue qui signifie « terre grasse et humide », terme issu du gallo-roman NAUDA, d'origine gauloise *(s)nauda « terrain marécageux »[11]. On retrouve ce mot dans la Noë-de-la-Barre, ancienne paroisse rattachée à la Barre-en-Ouche en 1792[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Châtel la Lune était au XIIe siècle un château fort, placé au bord de la terre qui appartenait à Robert Ier de Meulan, il existait encore en 1526, et il a été ruiné depuis. Robert de Meulan donna vers 1180 le moulin de Châtel la Lune au prieuré de la Trinité [13] de Beaumont. En 1320, on comptait 80 feux dans la paroisse.

Son ancienne église paroissiale, sous le patronage de la Trinité de Beaumont puis de l'Abbé du Bec, dédiée à saint Jacques et saint Christophe a été construite par Roger de Beaumont peu avant 1168. Elle a subi d'importants travaux au XVIe et au XVIIe siècle. Elle fut démolie en 1847.

Les amas considérables de laitier, que l'on voit encore au Châtel-la-Lune, prouvent l'existence et l'importance de ses anciennes forges ; mais d'autres documents nous démontrent en outre, qu'au milieu de cette petite agglomération d'habitants, se trouvait le centre d'une fabrication de poteries dont les échantillons anciens sont, aujourd'hui aussi rares que recherchés[14]. Les potiers de Châtel-la-Lune ont fabriqué des épis de faîtage, des pots, des soupières. Le musée des beaux-arts de Bernay possède quelques belles céramiques de Châtel-la-Lune. Une soupière serait conservée au Musée de Conches[réf. nécessaire].

En 1178, Robert II, comte de Meulan y fonda sous l'invocation de Saint Etienne, le prieuré de Grandmont lès Beaumont pour des religieux qui s'occupaient du défrichement et de la culture des terres[15]. Vers 1670, il y avait cinq ou six moines au prieuré de Grandmont et le prieuré de La Bellière (Orne) était une annexe de celui de Châtel la Lune. Elle fut détruite à la Révolution.
Aujourd'hui, il reste une cave voûtée en berceau plein cintre, renforcé par deux arcs doubleaux. Sur le mur en face de l'escalier se trouve le départ d'une fenêtre coupée au départ de l'arc ; cette fenêtre est bouchée. Il reste en outre, le pignon Ouest de l'église sur une hauteur d'environ un mètre. Une fort belle entrée du XVIIe siècle subsiste ainsi qu'un pigeonnier, mais leur état est critique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1914 1925 Charles Sainturette    
mars 2001 2014 Olivier Dorgère    
mars 2014 en cours Lydie Pottier DVD Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 227 habitants, en augmentation de 23,37 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
162 488 601 548 596 628 605 564 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525 546 510 482 450 425 421 386 376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
355 357 327 268 275 264 286 293 285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
286 232 234 147 177 200 185 217 227
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame datant du XIXe avec vestiges du XVIe : à l'intérieur se trouvaient des toiles du XVIIe de Michel Hubert Descours[20], des statues du XVIe, à l'extérieur se dresse un vieil if funéraire.
  • Église Saint-Pierre du Châtelier datant du XVe avec une façade du XVIIe (aujourd'hui transformée en grange)
  • Vestiges et crypte de l'église de Grammont
  • Ruines du moulin de Grammont
  • Restes du prieuré : porte du XVIIIe
  • Moulin du Châtel-la-Lune

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le pays d'Ouche », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 28 février 2017).
  2. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  3. François de Beaurepaire (préface Marcel Baudot), Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard 1981. p. 154.
  4. a, b et c François de Beaurepaire, op. cit.
  5. François de Beaurepaire, op. cit. p. 91.
  6. Eugène Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, 1856.
  7. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie, OREP éditions 2009. p. 58.
  8. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 46.
  9. Auguste Longnon, Les noms de lieux de la France, Paris, 1920-1929 (rééd. Champion, Paris, 1979), p. 184, § 748.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Larousse, Paris, 1963, p. 552a.
  11. Site de l'arbre celtique : (s)nauda
  12. François de Beaurepaire, op. cit.. p. 151.
  13. « Ancienne abbaye », notice no PA00099324, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Notes sur la poterie de Châtel-le-Lune par M. l'abbé Porée, H. Delesques, 1897.
  15. Cette fondation fut confirmée par une charte du Roi Richard 1er Cœur de Lion donnée à Tours le 13 novembre 1189.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. Peintre né en 1707 à Bernay (Eure), mort en 1775 à Bernay.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :