René Alexandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur français
Cet article est une ébauche concernant un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexandre.
René Alexandre
Description de l'image Image manquante.jpg.
Naissance
Reims, Champagne-Ardenne (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 60 ans)
Vitré, Ille-et-Vilaine (France)
Profession Acteur

René Alexandre, né à Reims (Ille-et-Vilaine) le et mort à Vitré (Ille-et-Vilaine) le [1], est un acteur français, sociétaire de la Comédie-Française. Il fut également maire de Grosley-sur-Risle de 1935 à 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprit son métier de comédien en tant qu'élève de Paul Mounet et sortit du Conservatoire en 1908 avec deux premiers prix (tragédie et comédie). Il interpréta Ramuntcho de Pierre Loti à l'Odéon, puis entra à la Comédie-Française en 1908. Il en fut sociétaire de 1920 à 1944 où il fut nommé sociétaire honoraire en 1945.

Président fondateur de l'Association des Comédiens combattants, il fut commandeur de la Légion d'honneur. En 1912, il fonda à Grosley-sur-Risle, dont il fut maire de 1935 à 1940, la maison de repos des acteurs anciens combattants, lui-même fut ancien combattant de la première guerre mondiale.

Au cinéma, il tourna dans 53 films de 1909 à 1940. Il épousa à Limeil-Brévannes (Seine-et-Oise), en 1912, Gabrielle Robinne (1886-1980), sociétaire de la Comédie-Française et actrice de cinéma. Ils reposent tous deux à Saint-Cloud.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien
Metteur en scène

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Marx : René Alexandre, biographie critique, Éditions Sansot, 1924

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.