Gries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gries (homonymie).

Gries
Gries
Mairie de Gries.
Blason de Gries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Brumath
Intercommunalité C.C. de la Basse Zorn
Maire Eric Hoffstetter
Code postal 67240
Code commune 67169
Démographie
Gentilé Griesois, Griesoises
Population
municipale
2 747 hab. (2015 en diminution de 0,43 % par rapport à 2010)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 20″ nord, 7° 49′ 02″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 169 m
Superficie 12,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gries

Gries est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace près de la ville de Haguenau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier document mentionnant le nom du village est daté du . Gries y est citée pour la première fois sous le nom de Gerareshusa. En 830, ce même village est appelé Gerireshusa.

D’après le pasteur Guggenbühl, cette dénomination viendrait du prénom « Gerhard ». Le nom du village serait donc en hochdeutsch Gerhardshausen, ce qui permet de penser qu’il aurait été la propriété d’un certain « Gerhard », personnage dont l’identité n’a pas été découverte jusqu'à ce jour.

Dans un document de 974, on peut déjà lire le nom de « Grioz » qui ressemble davantage au nom actuel du village. Le pasteur Guggenbühl explique cette évolution du nom de la façon suivante : très vite le suffixe hausen de « Gerireshausen » a été abandonné, donnant ainsi « Gerires », mot transformé au cours des années en « Grioz », puis en « Griez » et enfin en « Gries ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie.

Localisation dans le Bas-Rhin[modifier | modifier le code]

Le village de Gries se trouve à proximité de la ville de Haguenau et des villages de Weitbruch, Bischwiller, Marienthal et Kurtzenhouse. Gries se situe en Alsace du Nord, dans le Bas-Rhin. Le village est entouré principalement de champs mais aussi du bois de Gries, la petite forêt communale. Une partie de Marienthal appartient à la commune (« Marienthal commune de Gries, 67240 »).

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude minimum de Gries est de 125 m et son altitude maximum est de 169 m, soit un relief relativement plat. Gries est entourée de cultures diverses (maïs...).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruisseaux traversent le village :

  • ruisseau l'Hellergraben ;
  • ruisseau le Kesselgraben ;
  • ruisseau le Rothbach ;
  • ruisseau le Waschgraben ;
  • ruisseau le Weihergraben ;
  • ruisseau la Vieille Zorn ;
  • ruisseau l'Erlengraben ;
  • ruisseau le Mostgraben ;
  • ruisseau Waschengraben.

Il y a aussi un risque d'inondations dans certaines parties de Gries mais il reste moindre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Gries est celui de l'Alsace du Nord : semi-continental.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les départementales D 48 et D 37 traversent la commune. Gries dispose de trois arrêts de bus : un à la mairie, un « rue Siedel » et un « rue des Roses », tous les trois desservis le plus souvent par le Réseau 67. Pour les autres types de transport, Gries se trouve juste à côté de la petite gare de Kurtzenhouse et à 2,8 km de la gare de Bischwiller. L'aéroport de Karlsruhe se situe à 19,6 km et celui de Strasbourg à environ 25 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Propriété des landgraves de Basse-Alsace jusqu’en 1332, la localité passa par la suite aux Lichtenberg, puis aux Bitche-Zweibrücken, avant d’appartenir aux Hanau-Lichtenberg qui y introduisirent la Réforme, ceci au sein du Saint-Empire romain germanique. Le village devint ainsi protestant, en vertu du principe cujus regio, ejus religio. En 1622, Gries fut totalement détruit par les troupes de Mansfeld pendant la guerre de Trente Ans, mais les habitants avaient trouvé refuge à Strasbourg.

Le , le village est pillé par les Français, et des pertes humaines sont à déplorer.

Afin de repeupler la région, des émigrés de Suisse alémanique vinrent s'implanter dans la commune. C'est là par exemple l'origine des familles Wiedemann, Berger et bien d'autres encore. Les Hesse-Darmstadt furent les derniers maîtres du village, de 1736 jusqu’à la Révolution française, date de son annexion par la France. Ils contribuèrent considérablement à son développement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[1]
(démission)
Claude Kern[2] DVD puis UDI Enseignant
Sénateur du Bas-Rhin (2014 → )
Président de la CC de la Basse Zorn (2001 → 2014)
7e vice-président de la CC de la Basse Zorn (2014 → 2017)
[3] en cours Éric Hoffstetter DVD Directeur d'usine
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune de Gries, en collaboration avec le SMITOM de Haguenau-Saverne, entreprend une campagne de sensibilisation aux traitements des déchets. Depuis 2012-2013, la commune est à l'heure du tri sélectif : tous les habitants ont une poubelle à ordures ménagères et une de recyclage (papier, carton...). La déchèterie de la commune se situe sur la route de Gries vers Weitbruch.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 2 747 habitants[Note 1], en diminution de 0,43 % par rapport à 2010 (Bas-Rhin : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8558811 0261 1661 3981 2961 2911 4051 454
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 4701 5741 8221 7481 6951 6141 6851 6041 631
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6561 7481 8151 6921 7741 8241 8941 8081 856
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 9082 0932 2812 3192 4642 6882 7632 7592 747
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs établissements :

  • l'école maternelle ;
  • l'école élémentaire.

Les deux écoles sont situées derrière la mairie, côte à côte. Le collège de secteur est à Bischwiller, le collège « Saut-du-Lièvre ». (Académie de Strasbourg).

Culte[modifier | modifier le code]

Gries dispose de deux églises : l'église Saint-Jacques (catholique) et l'église protestante. Les deux églises ont été rénovées aux environs de 2011-2012. L'église catholique a fêté ses 100 ans en 2010.

L'église protestante servit d'église « simultanée » jusqu’en 1910, date de la consécration de l’église catholique Saint-Jacques.

L'orgue de l'église protestante est la dernière œuvre de Jean-André Silbermann (1781). Il est classé monument historique en 1977 pour le buffet et en 1985 pour la partie instrumentale.

Il a fait l'objet d´un relevage en 1967 par la manufacture Kern et en 2016 par la manufacture Blumenroeder.

La chorale Sainte-Cécile de Gries est basée dans l'église catholique. Elle est dirigée par Mme Gaby Foeller.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sport[modifier | modifier le code]

Le basket et le BCGO[modifier | modifier le code]

Le BCGO (basket club Gries Oberhoffen) est la fierté sportive de la commune. Le village est « marqué » par ce sport puisque le BCGO est en essor depuis quelques années déjà.

L'équipe 1 du club évolue en Pro B (2e division française de basket) lors de la saison 2018-2019.

Le club est dirigé par M. Roeckel.

Autres sports[modifier | modifier le code]

On trouvera aussi à Gries un club de lutte, plutôt performant dans la région, un club de Football évoluant en District 5, ainsi que d'un club de tennis, du club pleine forme (gym, zumba,...) et plusieurs autres activités...

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

On citera notamment l'espace La Forêt, qui est comme son nom l'indique à la frontière entre Gries et la forêt communale. L'espace La Forêt, plutôt récent (environs 2010) dispose à l'intérieur d'une salle de basket, d'une salle des fêtes, d'une salle des associations et d'une salle de lutte. À l'extérieur, il y a aussi des courts de tennis et un terrain de football.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture locale[modifier | modifier le code]

L'Harmonie municipale[modifier | modifier le code]

Musique Municipale de Gries (MMG).

La MMG lors d'une manifestation en 2014.

Créée en 1911 par quelques passionnés, l'harmonie a fêté ses 100 ans d'activité en 2012. Elle organise chaque année plusieurs concerts, notamment un « grand » concert de printemps. Elle était dirigée par Julien Beisecker (jusqu'en mi-2015) et actuellement par Olivier Saenger et est présidée par Marion Noletta.

Groupe folklorique alsacien Gries-Kurtzenhouse[modifier | modifier le code]

Le groupe folklorique de Gries-Kurtzenhouse, typiquement alsacien, comporte une section adulte et une section jeune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]


Blason de Gries

Les armes de Gries se blasonnent ainsi :
« D'or aux trois grues de sable, tenant chacune de sa griffe une vigilance de gueules. »[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Au sud-est du village se trouve une motte, seul témoin d’un ancien château, résidence de l'évêque de Strasbourg, qui resta occupé jusqu'à la fin du XVe siècle, période de sa destruction. D'après de récentes recherches, il s'agirait d'un charnier datant de la guerre de Trente Ans puisqu'il n'est absolument pas fait mention de la présence d'un château à cet endroit. Plus de renseignements sont disponibles à la mairie du village.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le sénateur Claude Kern cède son fauteuil de maire », Dernières nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne)
  2. Notice NetDBA de KERN Claude, alsace-histoire.org, Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace.
  3. « Eric Hoffstetter, nouveau maire de la commune », Dernières nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Willy Guggenbühl - Gries: Chronik einer unterelsässischen Landgemeinde. Imprimerie savernoise, 1957
  • Andreas Thürmann: d'après M. Gerhard Schildberg + A.B.R.:5Mi168/1
  • Adolphe Foerster, Légion d'honneur - LH/988/50 + A.B.R.:4E168/5 (Gries - D 1890)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :