Cette page est en semi-protection longue.

Gregory Chelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chelli.
Gregory Chelli
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Grégory Chelli
Alias
Ulcan
Naissance
Paris (Île-de-France)
Nationalité Drapeau : France Française
Drapeau d’Israël Israélienne
Activité principale
Auteur de canulars
Militant politique
Hacktiviste

Gregory Chelli (en hébreu : גרגורי שלי), connu sous le pseudonyme d'Ulcan (en hébreu : אולקן'), né à Paris en 1982, est un « hacktiviste » franco-israélien[1] se présentant comme un « militant sioniste » ; il est principalement connu pour ses attaques informatiques contre divers médias, et son harcèlement de personnes qu'il considère comme ses ennemis politiques[2]. Ulcan est un expert en social engineering, Zataz le compare à Kevin Mitnick et Ehud Tenenbaum[3].

À la fin des années 2000, il est un temps membre de la Ligue de défense juive[4]. Il se fait par la suite connaître sur Internet en réalisant des canulars téléphoniques et en les publiant sur un site Web intitulé Viol Vocal, qui héberge également des impostures commises par d'autres participants. À partir de 2013, il utilise ces méthodes dans le cadre de son militantisme politique[5],[6]. Durant l'été 2014, en réaction à des critiques émises par la presse française sur l'offensive israélienne sur le territoire de la bande de Gaza, il s'attaque à divers médias français, d'une part par techniques de piratage informatique comme le DDoS ou le defacing[7],[8], et d'autre part en s'en prenant personnellement à des journalistes et à leurs familles, qu'il harcèle par téléphone et sur Internet[9].

Biographie

Gregory Chelli est né en 1982, dans le seizième arrondissement de Paris[10]. Ses parents sont des Tunisiens de confession juive[11]. Il va à l'école du Val d'Or, à Saint-Cloud (1988-1992) puis à l'École des Roches à Verneuil-sur-Avre (1992-1993).

En 2007, Ulcan publie une vidéo dans laquelle il s'en prend à un joueur de World of Warcraft sur un serveur TeamSpeak, logiciel de chat audio utilisé par les joueurs de jeu vidéo. À la suite du succès de cette vidéo, il décide de mettre en ligne plusieurs clashes ou canulars dits « hardcore », dans le but de choquer et d'amuser les auditeurs.

Fin 2008, il s'associe à la Ligue de défense juive[4] pour s'attaquer à diverses personnalités qu'ils jugent antisémites. Avec l'aide de membres de la LDJ, ils mettent le feu à la moto de Thomas Werlet, le président du Parti solidaire français. Pour cette affaire, il sera jugé et condamné à 18 mois de sursis avec mise à l’épreuve avec soin obligatoire, interdiction de sortir du territoire et de fréquenter tout membre de la LDJ. En 2009, Gregory Chelli a notamment été condamné à quatre mois d’emprisonnement avec sursis après avoir participé, avec la LDJ, au saccage d'une librairie « pro-palestinienne ».

Il crée en 2010 un « site internet pour adultes » en Roumanie[5],[10].

Il fonde en 2011 un site de chat en ligne, ViolVocal où Ulcan et les utilisateurs du site appellent en direct pour réaliser des canulars téléphoniques, et les rediffusent par la suite.

Il quitte la France et s'installe à Ashdod, station balnéaire en Israël[10].

Durant l'année 2014, Gregory Chelli se lance dans une campagne de cybermilitantisme et de harcèlement contre divers médias français et des personnes qu'il considère comme des ennemis d'Israël[12] : une information judiciaire est ouverte contre lui en août 2014 à la suite de ses attaques contre des sites Web[10]. La France accuse Israël de ne pas coopérer en matière judiciaire dans cette affaire. Le week-end du 25 et 26 octobre 2014, Gregory Chelli est entendu par la police d'Ashdod, information démentie par la Ligue de défense juive[13],[14].

Le 31 janvier 2019, le parquet de Paris demande son renvoi en cour d'assises[15].

Pratiques et méthodes

ViolVocal

ViolVocal, parfois orthographié « Viol Vocal », est un salon de chat audio et vidéo, hébergé sur Camfrog (en), lancé par Ulcan en 2011.

Ulcan et les participants, parfois mineurs, effectuent des clashs ainsi que des canulars téléphoniques en direct, dont du swatting, et écoutent ceux-ci.

Dans le cadre de ce site, Gregory Chelli met en place une technique permettant de se faire transmettre par un service de police les renseignements du système de traitement des infractions constatées, en se faisant passer pour un policier. Il publie ainsi les renseignements concernant plusieurs rappeurs français, dont Booba, La Fouine et Rohff[16],[17].

Le site connaît plusieurs fermetures et réouvertures.

Militantisme politique

Dans le cadre de son engagement politique, Gregory Chelli emploie des techniques de piratage informatique, et des méthodes téléphoniques comparables à celles utilisées lors des canulars publiés sur son site ViolVocal. Il s'en prend ainsi aux sites internet dont le contenu politique lui déplaît, mais aussi directement à certaines personnes, voire aux familles de ces dernières. Pour mener ses opérations, il reprend les techniques de ViolVocal afin d'obtenir des informations auprès de la police. Il tente ainsi de se procurer les antécédents judiciaires des personnes qu'il vise, parmi lesquelles le journaliste Pierre Haski (également d'origine juive tunisienne), l'islamologue Tariq Ramadan ou l'écrivain d'extrême droite Hervé Ryssen[10]. Pour abuser ses victimes ou les forces de l'ordre, il utilise notamment le phreaking — qui lui permet de falsifier le numéro de l'appelant[5] — ou se procure des codes radio utilisés pour l'identification des commissariats de police[18].

Attaques contre des sites internet

Pendant la Guerre de Gaza de 2014, Ulcan multiplie les attaques contre les médias qu'il juge pro-palestiniens[19] : il effectue, avec plusieurs des membres de ViolVocal, des attaques DDoS contre Rue89[20],[21],[22], Libération, Médiapart, Arrêt sur images ainsi que plusieurs sites politiques à qui il reproche leurs positions sur le conflit israélo-palestinien[23], comme le site du NPA Franche-Comté ou du député socialiste Yann Galut[24]. En octobre, il s'attaque aux sites de France Inter et de France Info qu'il rend brièvement inaccessibles[25]. Il diffuse un message revendiquant ces attaques et accusant les médias qu'il a visés de ne respecter « ni la présomption d'innocence, ni les droits de réponse », de « mentir » ou de « diffamer » quand « il s'agit des juifs, d'Israël ou de [lui] »[26].

En 2013, le site de Dieudonné est piraté et la base de données de ses membres est divulguée par un hacker anonyme[27]. Ulcan revendiquera plus tard être l'auteur de ce hack[28]. En 2016 c'est au tour du site d'Alain Soral de subir le même sort[29].

Harcèlement de journalistes

Outre les sites des médias, Gregory Chelli prend également pour cible des journalistes, dont Pierre Haski, de Rue89 : en août 2014, il appelle la police en se faisant passer pour ce dernier et déclare avoir tué son épouse et s'être retranché armé à son domicile. Le journaliste a par ailleurs fait l'objet sur Twitter de menaces de mort de la part d'« Ulcan », qui a également dévoilé ses coordonnées personnelles[9].

Il s'en prend également à un autre journaliste de Rue89, Benoît Le Corre, dont il appelle les parents pour leur faire croire que leur fils est mort. Il utilise également la technique du swatting en appelant la police pour déclarer un meurtre à l'adresse des parents du journaliste, afin d'y provoquer un assaut du GIGN. Quelques jours plus tard, le père de Benoît Le Corre subit un infarctus dont il meurt deux semaines après. Un des médecins réanimateurs cité par Rue89 a estimé qu'« On ne peut pas clairement établir une corrélation entre le stress et l'infarctus, mais on a envie de dire que ce n'est pas étranger »[30],[31], cependant le rapport d'expertise médicale de deux cardiologues, figurant au dossier des juges d’instruction saisis dans cette affaire, établit que « le stress a été un facteur déclenchant direct et certain, révélant son état antérieur »[32]. « Ulcan » a ensuite téléphoné au journaliste pour le narguer[33].

Selon un article d'Arrêt sur images du 5 octobre 2014, la personne chargée de l'enquête de police concernant Ulcan, Michel Thooris, par ailleurs secrétaire général du syndicat policier d’extrême droite France Police, serait un proche de la Ligue de défense juive[34]. Selon le magazine Le Point, Ulcan « bénéficierait de complicités en France au sein de la police et dans une partie de la communauté juive »[35].

Le 18 juin 2015, Gregory Chelli réitère ses attaques contre Pierre Haski. Il appelle un commissariat en se faisant passer pour ce dernier, déclarant avoir « poignardé sa femme » et « ouvert le gaz dans l'immeuble », ce qui provoque une intervention des forces de l'ordre en pleine nuit au domicile du journaliste[36].

L'Agence France-Presse révèle, le 18 juin 2019, que le juge d'instruction ordonne le renvoi de Gregory Chelli aux assises, notamment pour « violences volontaires avec préméditation ayant entraîné la mort sans intention de la donner »[37], comme le demandait, en février 2019, le parquet de Paris[38].

Bassem Braïki

Bassem Braïki est un blogueur lyonnais qui se fait connaître avec une vidéo à la suite des attentats du 13 novembre où il appelle les musulmans de France à s'unir contre les terroristes[39]. Par la suite, il s'en prend à Booba qui, selon lui, dégrade l'image de la femme musulmane dans ses textes et fait annuler son concert du 25 mars 2016 à Lyon[40].

Ulcan, qui soutient Booba, provoque Bassem sur ViolVocal et celui-ci lui répond : « On va refaire une Ilan Halimi, appelez-moi Youssouf Fofana. » Il est interrogé par la police pour ses propos[41],[42].

Liens avec d'autres faits similaires

Après les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban, un jeune participant à ViolVocal, Foued M., passe environ 1 350 appels répartis à travers la France, antisémites et faisant l'apologie de Mohammed Merah auteur des tueries, et envoie plusieurs mails de menaces aux responsables de l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse[43],[44]. Il est condamné à trois mois de prison ferme en novembre 2013 par le tribunal correctionnel de Toulouse[45]. Cet individu a été identifié puis dénoncé par Gregory Chelli. À ce propos il déclare ː

« Étant donné que j’ai un site de chat, sur lequel les consommateurs s’amusent et font des canulars, on me fait porter le chapeau pour tout ce qui est dit et fait. Un peu comme si Mark Zuckerberg était personnellement responsable de tout ce qui est écrit sur Facebook[46]. »

Selon un journaliste, « la motivation […] résidait dans la volonté de faire rire un groupe qui se retrouve le soir sur internet »[43], et un policier décrit le fonctionnement du chat : « [Les participants] ne se connaissent pas, se retrouvent via le net à dix, quinze ou vingt et se lancent des défis. Un des participants appelle, les autres écoutent[43]. »

Le 17 septembre 2016, une fausse alerte attentat est déclenchée à Paris, concernant l'église Saint-Leu-Saint-Gilles. Elle est revendiquée par deux personnes se disant mineures, désignés sous les pseudonymes de « Tylers Swatting » et « Zakhaev Yamaha » et présentés comme des admirateurs de Grégory Chelli. Selon leurs propos[47], tels que rapportés par le site web de L'Obs, « Le projet initial était de swatter une mosquée mais après Saint-Étienne-du-Rouvray on s'est dit que ça marcherait mieux avec une église ». Ulcan a condamné cet acte et identifié un des suspects. Il affirme n'avoir aucun lien avec ces individus[48],[49].

The Patriot

En 2017, Grégory Chelli fait l’objet d’un documentaire israélo-canadien, d'une durée de 72 minutes, réalisé par Daniel Sivan[50], The Patriot, présenté au festival international DocAviv en Israël, dans lequel il relate son combat contre l'antisémitisme[51],[52], qui a fait d'ailleurs l'objet d'une vive polémique lors du Fipa de Biarritz[53],[54],[55]. Une lettre ouverte signée de Pierre Haski, Daniel Schneidermann et Denis Sieffert, visés par des actions d'Ulcan, est publiée le 16 janvier 2018 sur le site de Politis.fr[56].

Références

  1. Philippe Pascot, “Du goudron et des plumes”: Délits d’élus Tome 2 - Essais - documents, Max Milo, (ISBN 9782315007776, lire en ligne), p. 265
  2. L’escalade d’Ulcan, hacker sans foi ni loi, Libération, 5 octobre 2014
  3. Le Social Engineering : quand le pirate ne compte que sur la ruse
  4. a et b Willy le devin, « Rue89 dans le viseur de l’ex-LDJ «Ulcan» », sur Libération, (consulté le 5 octobre 2014)
  5. a b et c Éric Landal et Pamela Chatain, « Ulcan, un hacker sioniste au téléphone sans filtre », sur Libération, (consulté le 21 août 2014).
  6. « Le site Internet du « Parisien » visé par une attaque », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2014)
  7. « Comment Ulcan attaque Mediapart : @si a écouté », sur arretsurimages.net, (consulté le 5 octobre 2014)
  8. « «Ulcan» et Violvocal : au tour de Mediapart », sur liberation.fr, (consulté le 5 octobre 2014)
  9. a et b « Rue89: menacé sur Twitter par le hacker Ulcan, Pierre Haski porte plainte », sur L'Express, (consulté le 13 octobre 2014)
  10. a b c d et e Soren Seelow, « Qui est le hackeur sioniste soupçonné d'avoir piraté Rue89 ? », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2014).
  11. « Le jeune Hacker français Grégory Chelli s'exprime sur la chaîne israélienne Keshet - © Infos-Israel.News », © Infos-Israel.News,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  12. Jérôme Jadot, « L'activiste pro-israélien Ulcan visé par une enquête de police », sur France info, (consulté le 7 octobre 2014)
  13. Laurent Doulsan, « Le hacker Ulcan placé en garde à vue en Israël », sur France info, (consulté le 6 mars 2015)
  14. « Israël : le hacker Ulcan aurait été placé 48 heures en garde à vue », sur leparisien.fr, (consulté le 6 mars 2015)
  15. « Le parquet de Paris veut renvoyer aux assises le hacker Ulcan pour "menaces de mort" et "appels téléphoniques malveillants" », sur francetvinfo.fr, (consulté le 26 février 2019)
  16. « Les fiches de police de rappeurs français diffusées sur Internet », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2014).
  17. Marc Rees, « Comment pirater le fichier STIC par un simple coup de fil », sur PC INpact, (consulté le 5 octobre 2014).
  18. Pierre Haski, « « Tu es une merde, tu vas payer ce soir » : ma conversation avec Ulcan », sur Rue89, (consulté le 10 octobre 2014)
  19. Le Scan politique, « Un hacker prend pour cible les socialistes qui ont appelé à manifester pour Gaza », sur Le Figaro, (consulté le 7 octobre 2014)
  20. Robin Andraca, « "Ulcan" : le père du journaliste de Rue89 dans le coma », sur Arrêt sur images, (consulté le 7 octobre 2014)
  21. Marc-Antoine Bindler avec AFP, « Attaques informatiques contre Rue89 : une information judiciaire ouverte », sur Europe 1, (consulté le 7 octobre 2014)
  22. « Rue89 porte plainte contre un hacker après des attaques sur son site », sur L'express, (consulté le 7 octobre 2014)
  23. Benoît Le Corre, « Ulcan, le hacker sioniste qui fait tomber les sites pro-Palestiniens », sur Rue89, (consulté le 7 octobre 2014)
  24. Éric Hacquemand, « Israël-Gaza : un hackeur s'en prend au PS », sur Le Parisien, (consulté le 7 octobre 2014)
  25. Le pirate Ulcan s'attaque aux sites de France Info et France Inter, Europe 1, 10 octobre 2014
  26. Ulcan revendique le piratage de France Info et France Inter, Le Nouvel Observateur, 9 octobre 2014
  27. Le site de Dieudonné piraté: les noms de milliers d'utilisateurs révélés
  28. The Patriot
  29. Le site d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation, piraté par le hackeur Ulcan
  30. « Mort du père d'un journaliste de Rue89, harcelé par un hacker », sur Le Monde, (consulté le 5 octobre 2014)
  31. Ulcan revendique des attaques contre les sites de France Inter et France Info, article sur le site lemonde.fr, daté du 9 octobre 2014.
  32. « Le rapport qui fait le lien entre Ulcan et la mort de Thierry Le Corre », sur Rue89, (consulté le 26 juin 2015)
  33. Mort du père d'un journaliste de Rue89 harcelé par un pseudo-hacker, Le Nouvel Observateur, 1er octobre 2014
  34. « Mort du père d'un journaliste de Rue89, harcelé par un hacker », sur Arrêt sur images, (consulté le 10 octobre 2014)
  35. Ulcan a-t-il fait intervenir la police chez Daniel Schneidermann ?, Le Point, 17 juin 2015.
  36. « « J’ai tué ma femme » : quand la police déboule chez moi à 3 heures du mat’ », sur Rue89 (consulté le 18 juin 2015)
  37. Le Parisien et AFP, « Le hacker franco-israélien Ulcan renvoyé aux assises pour un canular mortel », sur leparisien.fr, (consulté le 18 juin 2019).
  38. L. P. et AFP, « Accusé d'un canular mortel, le hacker franco-israélien Ulcan risque les assises », sur leparisien.fr, (consulté le 18 juin 2019).
  39. « À tous les muslims de France, c'est à nous de faire le ménage » sur lyoncapitale.fr.
  40. « À Lyon, le conflit dégénère entre Booba et Bassem Braiki » sur lefigaro.fr.
  41. Bassem Braiki : « On va refaire une Ilan Halimi, appelez-moi Youssouf Fofana » sur fr.timesofisrael.com..
  42. Voir sur lci.tf1.fr.
  43. a b et c « Il avait passé 1 350 appels antisémites à l'école Ozar Hatorah - 05/07/2012 », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 13 octobre 2014).
  44. « Il avait passé plus de 1300 appels antisémites », sur Le Parisien, (consulté le 13 octobre 2014).
  45. « Trois mois de prison ferme pour avoir glorifié la tuerie de Merah », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 12 juin 2015).
  46. « Ulcan : le Hacker-justicier sans masque ».
  47. Lucas Burel, « L'appel irresponsable qui a provoqué l'alerte attentat à Paris samedi », tempsreel.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne).
  48. Fausse alerte à Paris : les auteurs identifiés par le hacker Ulcan
  49. Fausse alerte attentat : l'identité du suspect dévoilée par le hacker Ulcan
  50. name="Télérama"> Olivier Tesquet, « Au Fipa, un documentaire aussi glauque que glaçant sur le hacker franco-israélien Ulcan », sur Telerama.fr, (consulté le 29 janvier 2018).
  51. « France seeks arrest of hacker who declared war on Jew-hate ».
  52. « The French Hacker Who Took His 'Hack Back' Against anti-Semites Too Far ».
  53. V. F., « Fipa à Biarritz : polémique autour de la présentation du documentaire sur le hacker Ulcan », sur Sudouest.fr, (consulté le 29 janvier 2018).
  54. n. c., « Des victimes du hacker Ulcan interpellent un festival à propos d'un documentaire », sur Liberation.fr, (consulté le 29 janvier 2018).
  55. Bixente Vrignon, « FIPA de Biarritz : un film sur le hacker extrêmiste Ulcan fait polémique », sur France Bleu Pays Basque, (consulté le 29 janvier 2018).
  56. Pierre Haski, Daniel Schneidermann et Denis Sieffert, « Une lettre ouverte à la présidente du Festival international de programmation audiovisuelle », sur Politis.fr, (consulté le 29 janvier 2018).

Liens externes