Glacis (fortification)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Glacis (militaire))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Glacis.

En jargon militaire, le glacis est un terme désignant à l'origine un terrain découvert, généralement aménagé en pente douce à partir des éléments extérieurs d'un ouvrage fortifié, sur la contrescarpe. Il avait notamment pour fonction de n'offrir aucun abri à d'éventuels agresseurs de la place forte et de dégager le champ de vision de ses défenseurs. Il était suivi par le chemin couvert, qui permettait à des soldats équipés d'armes de courte portée de défendre le glacis sans être sous le feu de l'ennemi. Le glacis se trouvait donc sous la double couverture des fusils d'une part et de l’artillerie d'autre part, placée sur les bastions et les courtines de la forteresse.

Par extension, le terme est employé pour désigner un espace-tampon ménagé par une puissance autour de ses frontières par le contrôle de régions, voire de pays, limitrophes, afin d'optimiser la défense de son territoire. Il peut être dans ce cas nommé « zone démilitarisée » :

  • c'est ainsi que la démilitarisation de la rive droite du Rhin en Allemagne et le contrôle par la France des régions frontalières devait servir de glacis à cette dernière au sortir de la Première Guerre mondiale ;
  • de même, dans la doctrine militaire soviétique, l'ensemble des États satellites voisins fournissait le recul nécessaire au commandement pour organiser la défense du pays. L'obsession du commandement militaire de disposer d'une zone tampon en Europe renvoie au traumatisme suscité par l'invasion de l'URSS par les armées allemandes en (opération Barbarossa). La soviétisation de l'Europe de l'Est et la constitution du pacte de Varsovie (1955) ont donné à l'URSS un glacis défensif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]