Gianni Versace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Versace (homonymie).
Gianni Versace
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
Miami BeachVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Giovanni Maria Versace
Nationalité
Activités
Fratrie
Parentèle
Autres informations
Domaine
Site web

Giovanni Maria Versace, dit Gianni Versace, né le à Reggio de Calabre et mort le à Miami Beach, est un styliste italien et le fondateur de la marque Versace, réputée internationalement pour ses créations vestimentaires et cosmétiques. Ami de vedettes de son époque comme Naomi Campbell, Elton John ou Madonna, il est l'un des premiers stylistes à lier le monde de la mode à celui de la musique.

Son style flamboyant et original en fait l'opposé de son rival Giorgio Armani. Il meurt assassiné par le tueur en série Andrew Cunanan devant son domicile en Floride.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gianni Versace naît à Reggio de Calabre en Italie le et acquiert sa vocation de créateur de mode et ses premières connaissances dans l'atelier de mode de sa mère à Reggio de Calabre dans le sud de l'Italie[1].

En 1972, âgé de 26 ans, après quelques stages à Paris et à Londres, il s'installe à Milan, la Capitale de la mode italienne, où il est embauché comme styliste chez un confectionneur, Florentine Flowers[2]. Dessinateur indépendant, il travaille pour différentes maisons de prêt-à-porter milanaises et notamment sur les collections de la marque mode italienne Genny (en)[1].

Photographie de la façade de la villa de Gianni Versace à Miami Beach en Floride
Villa de Gianni Versace à Miami Beach en Floride.

En mars 1978, il crée l'entreprise familiale Versace avec son frère Santo Versace, président et sa sœur Donatella, directrice artistique. Cette maison de couture pour femmes et hommes porte son nom Gianni Versace et présente sa première collection féminine dans sa boutique permanente de Milan. Il fabrique ses vêtements dans son usine, Alias, située à Novara[2]. Les réussites de ses collections lui permettent de prendre le contrôle de différentes marques et de se diversifier[2]. Il crée successivement des lignes de produits de luxe de parfums avec Versace Profumi, de produits cosmétiques, d'accessoires de mode, de lunettes, de sacs, de bijoux, de montres, d'articles pour l'habitat d'intérieur linge, vaisselle ou encore d'ameublement. En 1992, il s'associe à l'entreprise allemande de porcelaine Rosenthal[2],[3].

Gianni Versace dessine de nombreux costumes et décors pour le monde du spectacle, le théâtre et les ballets entre autres pour Maurice Béjart, William Forsythe et pour Elton John. Dès le milieu des années 1980 il propose une mode flamboyante en adéquation avec cette époque. Il atteint l'apogée de sa carrière dès le début de la décennie suivante.

Il est rapidement reconnu et reçoit de nombreuses distinctions tout au long de sa carrière. Ses collections sont originales, luxueuses, voire légèrement exhibitionnistes, baroques et largement colorées. Il est l'un des premiers à utiliser les épaulettes et à faire du cuir une matière de la mode[1].

En 1986, il est fait commandeur de l'ordre du Mérite de la République italienne par le président de la République italienne, Francesco Cossiga, et reçoit la Grande médaille de vermeil de la ville de Paris par le maire de Paris Jacques Chirac.

Le , le jury du Cutty Sark élit le styliste comme homme le plus créatif et innovateur du monde.

Il installa ses bureaux et ateliers dans un ancien couvent de franciscaines du XVIIe siècle de Milan, réservant le premier étage à son appartement et à son importante collection d'art ancien, dont de nombreuses oeuvres antiques en marbre et en bronze[4].

Dans une maison du bord du lac de Côme, il installa mobilier, tableaux et objets d'arts décoratif de style néo-classique italien.

En 1992, Versace achète la Casa Casuarina (en) pour 2,95 millions de dollars et promet de rénover l'historique bâtiment de Miami Beach en Floride dans son état original[5].

Un an plus tard, il achète également le Revere Hotel, voisin de la villa, dans le but de le détruire bien qu'il soit sur la liste des bâtiments historiques, afin de construire une piscine et un garage[5].

En 1994, Elizabeth Hurley porte That Dress, c'est la consécration après ses défilés avec les Supermodels.

Le , Elton John lui remet le prix « VH1 Fashion and Music Award » à New York pour sa contribution spéciale du monde de la mode à la musique.

En 1996, le styliste est touché par un cancer de l'oreille qu'il soigne par une chimiothérapie[6].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le , Gianni Versace sort à pied de son domicile pour prendre son petit déjeuner à la terrasse du café de la rue[7]. Il achète un journal italien et le dernier numéro de Vogue, passe devant une boutique de prêt-à-porter qui vend ses créations puis rentre chez lui[7]. Alors qu'il met la clé dans la serrure du portail de la Casa Casuarina, un homme lui tire deux balles dans la tête à bout portant, une dans la joue gauche, l'autre se logeant derrière l'oreille droite[7],[8]. Au sommet de la gloire et du succès artistique, Gianni Versace est assassiné à l'âge de 50 ans[7]. Dans les jours suivant le drame, les empreintes digitales révèlent l'identité de son meurtrier, le tueur en série américain Andrew Cunanan[9]. Encerclé par la police, celui-ci se suicide quelques jours plus tard sans expliquer le meurtre du styliste qu'il ne connaissait pas personnellement[9].

Sa sœur Donatella Versace, qui le seconda durant de nombreuses années, a repris le flambeau en tant que créatrice-styliste de la maison de couture familiale Gianni Versace et son frère Santo Versace en est toujours le PDG.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il était ouvertement homosexuel[10]. De 1982 à sa mort, il est en couple avec le mannequin et styliste italien Antonio D'Amico (en)[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Bernadine Morris, « In Versace Shop, Theater Lives », The New York Times, (consulté le 12 décembre 2017).
  2. a, b, c et d Chantal Bialobos, « Versace, une famille cousue d'or », L'Express, (consulté le 12 décembre 2017).
  3. (en) Elaine Louie, « Have Your Plate and Wear It, Too », The New York Times, (consulté le 12 décembre 2017).
  4. Alexandra d'Arnoux, « Versace le Magnifique », Maison et jardin, no 420,‎ , p. 74-84
  5. a et b (en) Larry Rohter, « A Designer's Inspiration Is Booed in Miami Beach », The New York Times, (consulté le 12 décembre 2017).
  6. (en) Andrea Lee, « The Emperor of Dreams », The New Yorker,‎ , p. 42 (lire en ligne).
  7. a, b, c et d Christian Lionet, « Gianni Versace succombe à Miami Vice : Le grand couturier italien assassiné par balles en Floride », Libération, (consulté le 12 décembre 2017).
  8. (en) Deborah Ball, House of Versace: The Untold Story of Genius, Murder, and Survival, Crown Publishing Group, (lire en ligne), p. 204.
  9. a et b Christian Lionet, « Cunanan emporte son secret dans la mort. Repéré dans une maison de Miami Beach, le meurtrier de Versace s'est suicidé », Libération, (consulté le 12 décembre 2017).
  10. Christian Lionet, « Versace : la piste du tueur en série. La police traque un prostitué homosexuel, déjà soupçonné de 4 meurtres », sur liberation.fr,
  11. « "American Crime Story" saison 2: "The Assassination of Gianni Versace" face à la vraie famille héritière de l'empire »,
  12. (en) « ‘My life was torn in two when Gianni was shot’ – Versace’s lover breaks silence »,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gianni Versace, Men Without Ties, Abbeville Press, , 274 p. (ISBN 978-0789200013).
  • (en) Gianni Versace, The Art of Being You, Abbeville Press, , 244 p. (ISBN 978-0789204363).
  • (en) Gianni Versace, Rock and Royalty, Abbeville Press, , 276 p. (ISBN 978-0789204899).
  • (en) Maureen Orth, Vulgar Favors : Andrew Cunanan, Gianni Versace, and the Largest Failed Manhunt in U.S. History, Dell, , 560 p. (ISBN 978-0440225850).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]