Georges Tardif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Tardif
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Georges Tardif, né le 16 février 1864 à Paris, où il est mort le 26 décembre 1933, est un peintre aquarelliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1880, Georges Tardif entre à l'École nationale supérieure des arts décoratifs où il se lie d'amitié avec Jules Antoine[1].

Puis il entre à l'Académie de Charles Suisse. Il y rencontre Maximilien Luce et Léo Gausson. Il est employé dans l'atelier de l'architecte Albert Besnard pour participer, entre autres, aux dessins des monographies de l'église et de l'abbaye de Saint-Georges de Boscherville (Seine-Maritime) et Saint-Germer de Fly (Oise). Il rencontre Émile-Gustave Cavallo-Péduzzi dans cet atelier. Ils fréquentent les soirées du Chat Noir et du Théâtre-Libre où il retrouvent leurs amis artistes : le graveur Frédéric Jacque, les peintres Henri-Gabriel Ibels, Hippolyte Petitjean, Augustin Grass-Mick, le dessinateur-humoriste Henri de Saint-Halary et le sculpteur Alexandre Charpentier.

En 1885, il entre à l'École des beaux-arts de Paris dans la section architecture du professeur Eugène Train. En même temps il suit les cours à l'atelier du peintre Jean-Léon Gérôme.

En 1887, 1895 et 1896, il participe, en qualité d'architecte, au Salon des artistes français.

En 1890, il participe à l'Exposition Lyonnaise des beaux-arts.

Georges Tardif effectue toute sa carrière à la Compagnie du Gaz et peint plus d'une centaine d'aquarelles pendant ses loisirs dominicaux.

Il se marie en 1891. Le peintre Louis Hayet est un des témoins du mariage. Il vient habiter Montmartre jusqu'à la fin de sa vie.

Dès le début de l'Affaire Dreyfus, il se rallie aux idées de Zola. Il est parmi les premiers artistes à signer la pétition pour la réhabilitation de Dreyfus.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jusqu'en 1890, il peint surtout des vues de la Seine, de ses ponts et des vues de banlieue :

  • Le Pont-Neuf, vers 1886-88
  • Le Pont des Arts,1888-90
  • Le Pont Marie, 1888-90
  • Le port Henri IV
  • Charenton, 25 avril 1886
  • Ivry, 1886 et 1887
  • Arcueil, 1887, 9 août 1887 et 11 août 1887 et mai 1888 et 1890
  • Issy-les-Moulineaux, 1888 et 1888-90

À partir de son installation à Montmartre (1891), il aime à peindre dans ce quartier :

  • Le manoir de Claude de Rosimond
  • La rue Damrémont, 1891
  • La rue Saint-Vincent, mars 1898, 1902, 1900-02, 1904
  • La rue du Mont Cenis, 1902
  • La rue de l'Abreuvoir, vers 1900-10
  • Le percement de l'avenue d'Eylau
  • Le campanile du Sacré-Cœur en construction, 1909-10

Ensuite il peint en Seine-et-Marne et lors de quelques séjours au bord de mer:

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Mantes-la-Jolie, 1978, Musée Maximilien Luce: Corot et quelques grands impressionnistes.
  • Marcq-en-Barœul, Fondation Septentrion, 1887-88: Chefs-d'œuvre Néo-impressionnistes.
  • Musée de Montmartre, 9 janvier-4 mars 1990: Georges TARDIF, peintre de Montmartre
  • À Briare en 1993

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le frère d’André Antoine.