Gare de Grenoble-Universités-Gières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grenoble-Universités-Gières
Image illustrative de l'article Gare de Grenoble-Universités-Gières
Localisation
Commune Gières
Coordonnées géographiques 45° 11′ 06″ nord, 5° 47′ 05″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Auvergne-Rhône-Alpes
Caractéristiques
Ligne(s) Grenoble à Montmélian
Voies 4
Transit annuel 603 878 voyageurs (2015)[1]
Altitude 216 m
Correspondances
Tramway B
Autobus 14 23 43
Transisère 6010 6051 6052 6070

Géolocalisation sur la carte : Grenoble-Alpes Métropole

(Voir situation sur carte : Grenoble-Alpes Métropole)
Grenoble-Universités-Gières

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grenoble-Universités-Gières

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Grenoble-Universités-Gières

La gare de Grenoble-Universités-Gières est une gare ferroviaire française de la ligne de Grenoble à Montmélian, située sur le territoire de la commune de Gières, dans la métropole grenobloise et dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1864 par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM). C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 216 mètres d'altitude[2], la gare de Grenoble-Universités-Gières est située au double point kilométrique (PK) 141,998 et 6,852 de la ligne de Grenoble à Montmélian, entre les gares ouvertes d'Échirolles et de Lancey. Elle est séparée de cette dernière par la gare aujourd'hui fermée de Domène.

Historique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le , mise en service de la ligne Grenoble - Montmélian (50 km), et de la gare de « Gières-Uriage », construite par le PLM au plus près de Saint-Martin-d'Hères, à l'époque cette dernière commune ayant refusé l'implantation d'une gare sur son territoire. En 1962, la gare de « Gières-Uriage » ne porte plus que le nom de « Gières ». Après la déviation de la ligne Grenoble-Montmélian, en octobre 1967, l'une des 2 voies d'origine a été déposée. La seconde a été déposée seulement en 1975, entre le quartier de la Capuche et Saint-Martin-d'Hères, après la fermeture des embranchements particuliers des industries de cette commune (Neyrpic, Brun). Seule a subsisté jusqu'en 2008 la desserte des embranchés de la Capuche qui est utilisée en 1986 pour l'acheminement par wagons des rails et traverses destinés à la ligne A du tramway alors en construction.

La gare devait fermer à la fin des années 1970 avec seulement 1900 francs de l'époque (un peu moins de 290 euros) de recettes mensuelles. C'est l'action des associations d'usagers qui a permis non seulement de maintenir la gare, mais de la développer pour en faire la gare du domaine universitaire. La rénovation du bâtiment voyageurs est inaugurée en octobre 1988. Cette rénovation est financée par la commune de Gières avec des coloris choisis par des étudiants en architecture. La gare prend le nom de « Gières-Campus ». Lors de la réfection de la gare, les inscriptions « Gières-Uriage » sont réapparues sous les anciennes couches de peintures.

Le , la gare prend le nom de « Grenoble-Universités-Gières ». C'est alors la seconde gare de l'agglomération grenobloise. À cette occasion, tous les trains TER s'y arrêtent, y compris les trains Valence - Grenoble - Annecy et les trains Valence - Grenoble - Genève.

La nuit du 4 au 5 août 2005, deux ponts rails de 120 tonnes sont posés à l'aide d'une grue de 700 tonnes afin de supprimer le passage à niveau de la gare. En 2007, des travaux ont permis d'ajouter une voie à quai (passant alors de 3 à 4) dans le but d'accueillir les rames réversibles en provenance de Lyon-Perrache et de Rives. Une vélo-station (Métrovélo) est créée en mai 2008.

La gare de Grenoble-Universités-Gières voit transiter 2 000 voyageurs par jour[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Desserte[modifier | modifier le code]

Deux X-TER jumelés bi-tranches Annecy/Genève venant de Valence-Ville arrivent pour marquer
Les quais de la gare.
l'arrêt en gare de Gières en 2008.

Depuis le 9 décembre 2007, la gare est desservie par des TER Auvergne-Rhône-Alpes cadencés aux 20 minutes en heures de pointe entre Rives et Grenoble-Universités-Gières.

Les autres relations desservant la gare sont les suivantes :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Cette gare est un pôle multimodal desservi par le réseau TAG avec la ligne B du tramway de Grenoble (dont le prolongement jusqu'à la gare est inauguré le [réf. nécessaire])et les lignes de bus 14, 23 et 43, ainsi que par les lignes de bus 6010, 6051, 6052 et 6070 du réseau Transisère. Il existe une consigne à vélos pour les abonnés (vélo-station) et des parcs à vélos. La ligne B du tramway permet un accès rapide au campus grenoblois (Grenoble Universités) de Saint-Martin-d'Hères et Gières, puis au centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes à La Tronche.

Les lignes 14, 23 ou 43 desservent le centre ville de Gières.

Schéma[modifier | modifier le code]

plan de la gare Grenoble-Université-Gières

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fréquentation en gares – Grenoble-Universités-Gières », sur SNCF Open Data, traitement du 10 février 2017 (onglet informations) (consulté le 13 avril 2017).
  2. « La modernisation du Sillon alpin nord », Rail Passion n°166 d'août 2011, page 31.
  3. source : comptages SNCF d'octobre 2008, Direction TER de Chambéry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
(Avignon-Centre ou) Valence-Ville
ou Grenoble
Grenoble TER Rhône-Alpes Pontcharra-sur-Bréda - Allevard Chambéry - Challes-les-Eaux
ou Annecy
ou Évian-les-Bains
Valence-Ville
ou Grenoble
Grenoble TER Rhône-Alpes Pontcharra-sur-Bréda - Allevard
ou Chambéry - Challes-les-Eaux
Genève-Cornavin (CFF)
Saint-André-le-Gaz ou Rives Échirolles TER Rhône-Alpes Terminus Terminus
Valence-Ville ou Saint-Marcellin
ou Grenoble
Échirolles TER Rhône-Alpes Terminus
ou Lancey
Terminus
ou Chambéry-Challes-les-Eaux