Métrovélo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Métrovélo
Image illustrative de l’article Métrovélo

Image illustrative de l’article Métrovélo
Métrovélo au pied du Téléphérique de Grenoble Bastille

Situation Drapeau de la France Agglomération grenobloise
Type Location de vélos et consigne
Entrée en service
Fréquentation 1 675 000 journées de location (2015)
Propriétaire Grenoble-Alpes Métropole
Exploitant Vélogik
Site internet http://www.metrovelo.fr/
Réseaux connexes TAG : TramwayAutobus
Réseau interurbain de l'Isère
Pays voironnais Mobilité
TouGo
TGVTER Auvergne-Rhône-Alpes
Téléphérique de Grenoble Bastille
MétrovéloCitélib

Métrovélo est un service de location et de consigne de vélos de Grenoble-Alpes Métropole mis en place le . Depuis novembre 2015, ce service est géré par la société Vélogik Alpes. Par extension, « Métrovélo » désigne la bicyclette elle-même. Le système est destiné aux habitants des 49 communes de la métropole. Au , 7 000 vélos jaunes sont en service[1] ainsi que 830 places de consigne[2].

Contrairement à la plupart des services publics de location de vélos en France, il ne s'agit pas d'un système de vélos en libre-service : les vélos sont loués en agence pour une période allant d'une journée à un an, et doivent être restitués dans la même agence.

Système[modifier | modifier le code]

Le service est présent sur l'ensemble de l'agglomération grenobloise et s'adresse aux habitants de ses 49 communes.

Métrovélo est le plus grand parc de location de vélos en France, derrière le Vélib' parisien, mais à la différence de ce dernier il ne s'agit pas d'un système de vélos en libre-service. À l'instar du système Vélhop à Strasbourg, il ne permet pas de prendre un vélo dans une station pour le déposer dans une autre. En revanche, contrairement au Vélhop, il ne comporte pas non plus de stations automatisées. Le service repose uniquement sur la location de vélos et de consigne en agences, ce qui est une singularité dans le paysage des services publics de location de vélos en France : les autres services proposant un nombre conséquent de vélos en location longue durée (au moins plusieurs centaines) comportent systématiquement une offre de vélos en libre-service en parallèle, par exemple V'Lille dans la Métropole lilloise.

Les Métrovélos sont entretenus par une équipe d'une dizaine de techniciens. La plupart des salariés sont à la fois techniciens et assurent l'accueil des usagers. Alain Montillier est le directeur d'exploitation du service depuis sa création. Victor Fonseca et David Dalban-Moreynas sont respectivement responsable technique et responsable commercial[3].

Pour faire face à la gestion d'un parc dont la taille s'accroît d'année en année, un centre technique de 550 m2 doit ouvrir ses portes sur le site de l'entrepôt TAG à Sassenage en 2017[4].

Les vélos[modifier | modifier le code]

La très grande majorité du parc est composée de vélos de ville traditionnels, mais la gamme inclut aussi des vélos pliables (depuis 2012), des vélos enfants et propose aussi quelques tandems[5].

D'un poids de 17 kilos, ils sont unisexes[6], munis de trois vitesses intégrées au moyeu arrière (avec transmission par chaîne) et de phares avant et arrière fonctionnant grâce à des dynamos. Le cadre et le pare-jupe des Métrovélos est jaune, ce qui les rend facilement reconnaissables dans l'agglomération. Ils sont d'ailleurs surnommés « les vélos jaunes ».

Les vélos sont fournis par l'entreprise Arcade Cycles, située à La Roche-sur-Yon. Ils sont assemblés en France[7].

Location d'un vélo ou d'une consigne[modifier | modifier le code]

Principe[modifier | modifier le code]

La location en agence comprend la mise à disposition du vélo et de ses équipements ainsi que l’entretien et les réglages réguliers. Un Métrovélo peut se louer sur une durée variable allant de la journée à l'année (un jour, un mois, un trimestre, un an)[8].

La personne qui souhaite s'abonner doit se munir de certaines pièces justificatives[8], en particulier si elle a droit à la tarification solidaire en cas de faible quotient familial, et déposer une caution. Le dispositif de la tarification solidaire est entré en application à la fin de l'année 2015.

Localisation des agences[modifier | modifier le code]

Les Métrovélos se louent dans les deux agences du service. Depuis 2012, l'usager peut aussi louer un Métrovélo ou renouveler sa location grâce à l’agence mobile. Ce véhicule sillonne l’agglomération et va à la rencontre de la population, d’avril à octobre.


Des rangées de Métrovélos au pôle technique de Seyssinet.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Partant de 200 vélos environ à sa création en 2004, le service ne franchit les 500 exemplaires disponibles que trois ans après. La fourniture en vélos par Grenoble-Alpes Métropole s'accroît ensuite, à raison de plusieurs centaines à plus d'un millier de vélos supplémentaires par an. En 2009, Métrovélo dépasse les 1 000 vélos à la location, puis 3 000 en 2012 et 6 000 en 2015[réf. souhaitée].

Histoire : du Véloparc gare aux 7 000 Métrovélos[modifier | modifier le code]

Métrovélo n'est pas le premier exemple de service public de mise à disposition de vélos par une collectivité, mais c'est l'un des plus anciens encore en activité puisque sa création remonte à 2004. En effet, les deux plus importants services installés par l'entreprise JCDecaux, Vélo'v à Lyon et Vélib' à Paris, ont été lancé respectivement l'année suivante et trois ans après la création de Métrovélo, avec pour différence essentielle qu'il s'agissait de systèmes de vélos en libre-service, permettant de prendre un vélo pour un court trajet et de le déposer ailleurs.

Parmi les précédents plus anciens, la municipalité de Michel Crépeau lança elle aussi des « vélos jaunes » à La Rochelle en 1976. Un système à plus grande échelle apparut en 1995 à Copenhague, trois ans avant le premier système « informatisé » au monde, les vélos à la carte de Rennes. À la suite de l'engouement et de la médiatisation du système Cyclocity de JCDecaux, des dizaines d'agglomérations se sont doté de services équivalents, parfois différents.

Mais l'histoire de Métrovélo commence en fait avec le développement de son « ancêtre », un service associatif.

1999 : une association à l'origine de l'ancêtre de Métrovélo[modifier | modifier le code]

En février 1994 est créée l'association « uN p'Tit véLo dAnS La Tête », dont le fondateur et premier président est Alain Montillier, devenu par la suite directeur d'exploitation du service Métrovélo. La volonté de cette association militante est de sensibiliser les habitants de l'agglomération grenobloise à l'usage du vélo par des ateliers de petits dépannages, des conseils, des vélo parades, des animations et concerts, etc. L'association existe toujours et compte deux ateliers, l'un rue de Londres et l'autre sur le campus[9].

En 1998, à l'initiative de l'élu municipal aux déplacements et à l'environnement Michel Gilbert (par ailleurs président du Club des villes cyclables à cette date), la ville se rapproche de l'association pour lui demander de mettre en place et de gérer un service de consigne à vélos destiné aux habitants, en particulier aux pendulaires venant travailler à Grenoble en TER. En contrepartie, la ville s'engage au financement du projet et au fonctionnement général de l'association, qui agit pour la promotion du vélo urbain, créneau délaissé par les vélocistes. L'association accepte la proposition et propose en parallèle d'aménager un point de location ainsi qu'un atelier d'entretien destiné à certains abonnés de la consigne, dans un local ouvert en janvier 1999 à la gare et baptisé « Véloparc Gare »[1].

De 50 places de consigne et d'une flotte de vingt vélos de ville au départ, l'offre atteint progressivement 262 places de consigne et plus de 140 vélos tous modèles confondus fin 2003. Pour faciliter la gestion de la location et la maintenance, le parc est alors uniformisé. Grâce à l’investissement matériel, à la notoriété du service et aux relations avec des entreprises grenobloises élaborant des plans de déplacement (PDE), les locations connaissent une hausse constante. Un pôle d'information sur les éco-déplacements (PIED) est également créé.

2004 : la création du service Métrovélo par la Sémitag[modifier | modifier le code]

La compétence vélo est transférée à la Métro lors de sa création en 2001. En 2003, en vue de la fin de l'expérimentation en gare, un appel d'offres est lancé. C'est l'offre de la compagnie grenobloise de transports en commun Société d'économie mixte des transports publics de l'agglomération grenobloise (Sémitag) qui est choisie, au détriment d'« uN p’Tit véLo dAnS La Tête ». Les salariés du Véloparc sont intégrés au nouveau service, Métrovélo, et deviennent salariés de la Sémitag[10]. La location des 200 Métrovélos disponibles s'effectue dans quatre points de location gare de Grenoble, sur le campus (Gières), au parc relais Esplanade (Grenoble) et dans le centre-ville (place Jean Achard). Ces deux dernières agences fermeront respectivement en 2005 et 2007.

En 2008, le site Internet du service ouvre. Des consignes sont également inaugurées en gare de Gières - Universités en 2008 et en gare d’Échirolles en 2011.

En mai 2012, une édition spéciale de Métrovélos a été mise en circulation à l'occasion de la mise en service du 3000e Métrovélo. Les vélos de cette série limitée à 25 exemplaires sont noirs et siglés « édition spéciale »[11]. La même année, une agence mobile est conçue pour promouvoir de manière itinérante le service.

En mai 2014, le service fête ses dix ans par une campagne d'affichage, sur le tram et dans les journaux, autour du slogan « Métrovélo, j'ai 10 ans ». Une fête est organisée avec un « village Métrovélo ».

MétrovéloBOX[modifier | modifier le code]

D'août 2010 à septembre 2015, un système appelé « MétrovéloBOX », développé par l'entreprise Smoove, propose un service de location et/ou de consigne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 utilisant des consignes collectives et individuelles en bois, et sans passer par une agence[12]. L'inauguration de ce nouveau service a eu lieu après une expérimentation de plusieurs mois. Par l'intermédiaire d'une carte RFID, OùRA! ou TAG[13], ou bien par un clavier et SMS, l'abonné recevait une clé pour utiliser un Métrovélo.

126 vélos étaient alors disponibles en location automatique dans 17 des sites MétrovéloBOX. Ces vélos étaient un peu différents des traditionnels, puisqu'ils étaient munis d'une potence débrayable leur permettant de prendre deux fois moins d'espace.

Ce service, victime d'une faible utilisation, est supprimé le [14]. Les consignes automatiques sont dès lors reconverties en consignes individuelles.

2015 : la reprise du service par Vélogik[modifier | modifier le code]

En 2015, à l'occasion d'un nouvel appel d'offres, le marché d'exploitation est remporté par la PME Vélogik[15], créée à Lyon et exploitant déjà le service de location de vélo C.vélo à Clermont-Ferrand depuis 2013. L'entreprise gère le service depuis le et jusqu'à fin 2018 en remplacement d'un groupement entre la Sémitag et Transdev, gestionnaires de 2004 à 2015.

Depuis, le nombre de vélos gérés a atteint les 7 500 et le nombre de consignes dépasse les 2 000. Plusieurs nouveautés ont vu le jour, au niveau de la gamme de vélos proposés à la location (vélos à assistance électrique, vélos cargo, tandems) et des services proposés (minibox, réservation en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métrovélo : révolution en douceur », sur Particité.fr (consulté le 28 janvier 2016)
  2. Métrovélo, « Qui sommes-nous ? », sur www.metrovelo.fr (consulté le 17 septembre 2015)
  3. « La collaboration d’experts enthousiastes autour d’Une passion commune : le vélo ! », sur Vélogik (consulté le 13 juin 2016)
  4. tandem-architectes.com, Technicentre métrovélo.
  5. « Métrovélo, un exemple ? La base d'une politique qui roule », sur arcadecycles.fr, (consulté le 30 janvier 2017)
  6. « Tour de France : il monte à Chamrousse en MétroVélo », sur francebleu.fr, (consulté le 30 janvier 2017)
  7. « Le pari (un peu) fou d’un tour de France à Métrovélo », sur arcadecycles.fr, (consulté le 30 janvier 2017)
  8. a et b Métrovélo, « Comment louer un vélo dans la métropole grenobloise ? », sur www.metrovelo.fr (consulté le 14 juin 2016)
  9. « L'historique - uN p'Tit véLo dAnS La Tête », sur www.ptitvelo.net (consulté le 14 juin 2016)
  10. « L'aventure Véloparc Gare - uN p'Tit véLo dAnS La Tête », sur www.ptitvelo.net (consulté le 13 juin 2016)
  11. Métroscope de mai-juin 2012, page 4.
  12. « Les Métrovélobox débarquent en ville ! », sur 20minutes.fr, (consulté le 14 juin 2016)
  13. GRENews Les Métrovélobox sont là
  14. « Modification des MetrovéloBOX », sur metrovelo.fr, (consulté le 17 septembre 2015)
  15. « Vélogik retenu par Grenoble Alpes Métropole pour assurer la gestion du service Métrovélo », sur Vélogik (consulté le 28 janvier 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]