Sylvain Bourmeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sylvain Bourmeau
Barbage à l'Ecole normale supérieure de Lyon le 10 juin 2014 (photo La Barbe à Lyon).jpg
Barbage à l'École normale supérieure de Lyon le 10 juin 2014 - action du groupe d'action féministe La Barbe ; Sylvain Bourmeau est le premier à gauche de l'image.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Sylvain Bourmeau, né le à Nantes (Loire-Atlantique), est un journaliste et producteur de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été très longtemps directeur adjoint des Inrockuptibles, Sylvain Bourmeau a démissionné de l'hebdomadaire culturel pour participer en mars 2008 au lancement de Mediapart, un journal d'information généraliste en ligne. Il a été directeur adjoint de la rédaction et éditorialiste du quotidien Libération. Confronté à l'opposition des journalistes de Libé[1], il démissionne en mars 2014. Il est aussi producteur à la radio de l'émission d'actualité des sciences humaines et sociales La Suite dans les idées sur France Culture. Il a également participé à Esprits libres l'émission culturelle de Guillaume Durand sur France 2.

En avril 2013, il condamne vivement les manifestants opposés au projet de loi concernant le mariage homosexuel[2],[3].

Il est appelé par dérision « Bourmov, commissaire politique aux affaires culturelles » par l'écrivain et critique littéraire Pierre Jourde[4]. Il est également considéré par Alain Zannini, c'est-à-dire Marc-Edouard Nabe, comme « l'un des journalistes les plus pourris de Paris »[5], pour avoir pointé, dans les Inrockuptibles, de prétendus relents antisémites dans l'œuvre de ce même Nabe.

En 2017, il publie son premier roman intitulé Bâtonnage qui revient sur son expérience dans la presse. Pour La Règle du jeu, c'est un « objet littéraire non-identifié, de la plus belle eau »[6]. Pour Les Inrockuptibles en revanche, ce livre est une « marrade». « Il se prend pour un mix de Pierre Bourdieu et de Jean-Jacques Schuhl – alors qu’on est plutôt sur “Oui-Oui fait du cut-up”»[7], commente ainsi Pierre Siankowski, alors directeur du journal.

Par décret du président de la République du , il est nommé professeur associé à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)[8] pour une période de 3 ans, avec comme spécialité « Médias et sciences sociales ». Le , lors de la Nuit des idées à la BnF[9], Sylvain Bourmeau lance le média qu'il a co-créé avec Raphaël Bourgois : AOC [Analyse, Opinion, Critique][10].

Il est le cousin de Nino Ferrer[11].

Critiques[modifier | modifier le code]

Selon Pierre Carles dans son journal Pour lire pas lu, Pierre Bourdieu « méprisait ouvertement Sylvain Bourmeau et le traitait de 'jaune' depuis qu’il avait contribué à l’opération de casse de France Culture lancée par Laure Adler »[12],[13].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexis Delcambre, Alexandre Piquard et Marion Van Renterghem, Libération : six jours de crise et une démission, Le Monde,
  2. Sylvain Bourmeau, « Peurs », Liberation,‎ (lire en ligne)
  3. Patrick Besson, Pour en finir avec Sylvain Bourmeau, Le Point,
  4. Pierre Jourde, Libé, toujours plus haut, L'Obs,
  5. http://alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=article&catid=41:breves&id=1418:bourmeau-le-pourri
  6. Gilles Hertzog, « Voulez-vous bâtonner avec Bourmeau? », sur laregledujeu.org, (consulté le 6 décembre 2019)
  7. Pierre Siankowski, « I-télé est mort, vive Explicite », sur lesinrocks.com, (consulté le 6 décembre 2019)
  8. Les apostats de la gauche divine, Causeur,
  9. « La nuit des idées », sur La nuit des idées (consulté le 29 janvier 2018)
  10. AOC [Analyse, Opinion, Critique].
  11. « Sylvain Bourmeau dans l'émission LE CLUB : Appropriation culturelle : un débat importé ? », sur France Culture (consulté le 11 janvier 2019)
  12. Pierre Carles, « « Les Inrocks » : le Télérama des petits bobos », sur plpl, Pour lire pas lu, numéro 12,
  13. François Ruffin, « Les Inrocks surveillent nos fréquentations », sur acrimed.org,
  14. Bâtonnage sur editions-stock.fr
  15. notice BnF no FRBNF45187586

Liens externes[modifier | modifier le code]