Sylvain Bourmeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sylvain Bourmeau
Image dans Infobox.
Barbage à l'École normale supérieure de Lyon le 10 juin 2014 - action du groupe d'action féministe La Barbe ; Sylvain Bourmeau est le premier à gauche de l'image.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Sylvain Bourmeau, né le à Nantes (Loire-Atlantique), est un journaliste et producteur de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été journaliste au Matin de Paris[1].

Après avoir été directeur adjoint du magazine Les Inrockuptibles, Sylvain Bourmeau a démissionné de cet hebdomadaire culturel pour participer en mars 2008 au lancement de Mediapart. Il a été directeur adjoint de la rédaction et éditorialiste du quotidien Libération. Confronté à l'opposition des journalistes de Libé[2], il démissionne en mars 2014. Il est aussi producteur, à France Culture, de l'émission d'actualité des sciences humaines et sociales La Suite dans les idées. Il a également participé à Esprits libres, l'émission culturelle de Guillaume Durand sur France 2.

En avril 2013, il condamne vivement les manifestants opposés au projet de loi concernant le mariage homosexuel[3],[4].

En 2017, il publie son premier roman, Bâtonnage, qui revient sur son expérience dans la presse. Pour La Règle du jeu, c'est un « objet littéraire non-identifié, de la plus belle eau »[5]. Pour Les Inrockuptibles, en revanche, ce livre est une « marrade » : « Il se prend pour un mix de Pierre Bourdieu et de Jean-Jacques Schuhl – alors qu’on est plutôt sur “Oui-Oui fait du cut-up” »[6], commente ainsi Pierre Siankowski, alors directeur du journal.

Par décret du président de la République du , il est nommé professeur associé à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)[7] pour une période de trois ans, chargé de la spécialité « Médias et sciences sociales ». Le , lors de la Nuit des idées à la BnF[8], Sylvain Bourmeau lance le média qu'il a co-créé avec Raphaël Bourgois : AOC [Analyse, Opinion, Critique][9].

Il est le cousin de Nino Ferrer[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Selon Pierre Carles dans son journal Pour lire pas lu, Pierre Bourdieu « méprisait ouvertement Sylvain Bourmeau et le traitait de “jaune” depuis qu’il avait contribué à l’opération de casse de France Culture lancée par Laure Adler »[11],[12].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.mediapart.fr/biographie/sylvain-bourmeau
  2. Alexis Delcambre, Alexandre Piquard et Marion Van Renterghem, Libération : six jours de crise et une démission, Le Monde,
  3. Sylvain Bourmeau, « Peurs », Liberation,‎ (lire en ligne)
  4. Patrick Besson, Pour en finir avec Sylvain Bourmeau, Le Point,
  5. Gilles Hertzog, « Voulez-vous bâtonner avec Bourmeau? », sur laregledujeu.org, (consulté le )
  6. Pierre Siankowski, « I-télé est mort, vive Explicite », sur lesinrocks.com, (consulté le )
  7. Les apostats de la gauche divine, Causeur,
  8. « La nuit des idées », sur La nuit des idées (consulté le )
  9. AOC [Analyse, Opinion, Critique].
  10. « Sylvain Bourmeau dans l'émission LE CLUB : Appropriation culturelle : un débat importé ? », sur France Culture (consulté le )
  11. Pierre Carles, « « Les Inrocks » : le Télérama des petits bobos », sur plpl, Pour lire pas lu, numéro 12,
  12. François Ruffin, « Les Inrocks surveillent nos fréquentations », sur acrimed.org,
  13. Bâtonnage sur editions-stock.fr
  14. BNF 45187586

Liens externes[modifier | modifier le code]