Marronnier (journalisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marronnier (homonymie).
image illustrant les médias en général
Cet article est une ébauche concernant les médias en général.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un marronnier en journalisme est un article ou un reportage d'information de faible importance meublant une période creuse, consacré à un événement récurrent et prévisible. Les sujets « débattus » dans un marronnier sont souvent simplistes, parfois mièvres. Son équivalent anglophone est le terme chestnut, « châtaigne », ou evergreen, « [à feuilles] persistantes »[1].

Parmi les marronniers les plus célèbres, on peut citer les articles concernant les soldes, le marché de l'immobilier, les départs en vacances, la rentrée scolaire, les fêtes de fin d’année, la météo ou encore les embouteillages[2].

On peut également citer les "serpents de mer", sujets non saisonniers - sur des thèmes sociétaux, historiques (au gré des innombrables commémorations possibles), scientifiques, etc., quand ce n'est pas purement anecdotique - et néanmoins régulièrement traités[3]. À titre d'exemple, la récurrence du thème de la franc-maçonnerie dans la presse hebdomadaire est à cet égard un véritable cas d'école[4],[5].

Origine de l'expression[modifier | modifier le code]

Tous les ans, aux premiers jours du printemps, un marronnier à fleurs rouges fleurissait sur la tombe des Gardes suisses tués lors de la journée du 10 août 1792, dans les jardins des Tuileries à Paris ; et tous les ans un article paraissait dans la presse pour s'en faire l'écho[6].

Stratégie éditoriale[modifier | modifier le code]

Le marronnier permet de rester proche des lecteurs et d'en attirer sans cesse de nouveaux, en traitant des sujets qui rythment leur quotidien[7]. L'évocation de moments et de sentiments partagés par un large public permet de renforcer le lien avec celui-ci sans risque de choquer[8].

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Roland De Wolk, Introduction to Online Journalism : Publishing News and Information, Boston, Allyn and Bacon, , 205 p. (ISBN 0-205-28689-5), p. 186.
  2. « Osez les marronniers ! », sur esj-pro.fr (consulté le 26 juillet 2015).
  3. « Serpent de mer », sur LangueFrançaise.net (consulté le 26 juillet 2015).
  4. « Les Francs-Maçons, un hyper marronnier », Marianne,‎ (lire en ligne)
  5. Sébastien Rochat, « Franc-Maçons : l'Express égalise (score 6-6) », Arrêt sur images,‎ (lire en ligne).
  6. Bernard Voyenne, Glossaire des termes de presse, Paris, Centre de formation des journalistes, coll. « Les Guides du Centre de formation des journalistes », , p. 61.
  7. « Le marronnier, ou le journalisme au service du marketing de contenu », sur Wearethewords,‎ (consulté le 25 juillet 2015)
  8. Jean-Jacques Jespers, Journalisme de télévision: Enjeux, contraintes, pratiques, De Boeck, , 208 p. (lire en ligne), p. 45