Espeluche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Espeluche
Espeluche
Église d'Espeluche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Montélimar-2
Intercommunalité Montélimar-Agglomération
Maire
Mandat
Marie-Pierre PIALLAT
2014-2020
Code postal 26780
Code commune 26121
Démographie
Gentilé Espeluchois, Espeluchoises
Population
municipale
1 039 hab. (2016 en diminution de 0,19 % par rapport à 2011)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 01″ nord, 4° 49′ 26″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 425 m
Superficie 11,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Espeluche

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Espeluche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Espeluche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Espeluche
Liens
Site web Espeluche.fr

Espeluche est une commune française située dans le département de la Drôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Espeluche est situé à 8 km au sud-est de Montélimar.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le village est accessible par la route départementale RD 4, depuis Montélimar ou Rochefort-en-Valdaine, ainsi que par la RD 126 depuis Allan ou Puygiron. L'autoroute A7 traverse la commune dans sa partie ouest. La sortie la plus proche est la sortie 18.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La LGV Méditerranée traverse la commune, dans le sens nord-sud, à l'ouest de son territoire, mais la commune ne dispose d'aucune gare sur cette ligne. La gare la plus proche est celle de Montélimar.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes régulières de bus desservent Espeluche[1] :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Espeluche
Montboucher-sur-Jabron Montboucher-sur-Jabron Puygiron
Montélimar Espeluche Rochefort-en-Valdaine
Allan Allan Montjoyer

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Jabron, et le Vermenon.

Relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Espeluche Commune du Canton de Montélimar

  • Espelucha 1327
  • Espeluchia 1362
  • Speluchia 1447
  • Dominus Speluchie 1455
  • Spelachie 1481
  • Expeluchium 1485
  • Speluchiam 1540

De l'occitan espelonca, espeluca en Cévennes-Vivarais, du latin spelunca, « caverne, grotte, cavité à large entrée » (du grec).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Reconstitution d'une cabane néolithique

Les fouilles faites lors de la construction du TGV Méditerranée ont permis d'étudier sur le site de Lalo, à Espeluche, une des premières implantations néolithiques dans la moyenne vallée du Rhône. Les fouilles, dirigée par Alain Beeching, ont eu lieu dans la partie méridionale de la Valdaine, au confluent du Jabron et de la Citelle, au pied d'une colline orientée plein sud[2].

Ce site, daté entre -5 600 et -5 000, a permis de dégager des fosses, des foyers en cuvette et des chenaux aménagés pour la circulation de l'eau. Il comportait deux cabanes de plan ovalaire, où ont été retrouvés des objets en céramique et un outillage lithique[3]. L'occupation des cabanes a pu être daté entre -5 200 et -5 000. Elles étaient construites en bois comme l'a prouvé la présence de trous de poteaux verticaux. La plus grande mesurait 10 m × 7,5 m. Elle était recouverte d'un toit asymétrique présentant une pente plus faible au nord pour résister au mistral, l'accès se faisait par la partie méridionale[4].

La présence à proximité d'une seconde cabane, mal conservée, a suggéré l'idée d'un regroupement. Leur plan circulaire permet d'avancer qu'il s'agissait d'une petite tribu encore à demi nomade ou récemment fixée. La construction des cabanes a pu donc servir soit à un campement hivernal de longue durée soit à une première tentative de sédentarisation[5].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Avant 1790, Espeluche était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Montélimar, formant une paroisse du diocèse de Saint-Paul Trois Châteaux, dont l'église fut pendant longtemps celle du prieuré et qui était de l'ordre de Cluny, sous le vocable de saint Étienne. Seulement ce prieuré, dont le titulaire avait les dîmes de la paroisse, et qui fut par la suite uni à celui de Notre-Dame de Rochefort en Languedoc, ayant été ruiné au XVIe siècle, le service paroissial fut transféré, au siècle suivant, dans une chapelle de Notre-Dame Ecclesin Beatra Maria de Spelluchia 1626 ou de Saint-Jean-Baptiste, qui fut mise sous le vocable de saint Étienne en 1724. Quant à la terre, elle appartenait de toute ancienneté aux Vesc, qui l'hommagèrent aux comtes de Valentinois en 1344 et qui, abstraction faite de 17 années (1610-1627), pendant lesquelles les Du Cros furent possesseurs des trois quarts de cette terre, ont été seigneurs d'Espeluche jusqu'à la Révolution.

En 1790, Espeluche devint une municipalité du canton de Châteauneuf-de-Mazenc, mais la réorganisation de l'an VIII en fait une commune de Montélimar.

En 1742 il y avait 110 familles et maisons.

Sources: Dictionnaire Topographique de la Drôme J.BRUN-DURAND (1884)

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2003 Raymond Grosset    
2003 En cours Louis Merle[6] DVD Retraité

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Espeluche faisait partie, jusqu'en 2013, de la communauté d'agglomération Montélimar-Sésame, ainsi que de trois syndicats intercommunaux : le syndicat Intercommunal d'Électrification de Puygiron, le Syndicat des Eaux de Citelle et le Syndicat Intercommunal d'Irrigation Rhône Montélimar[7]. Depuis 2014, Montélimar-Sésame a fusionné avec une communauté de communes pour former Montélimar-Agglomération.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2016, la commune comptait 1 039 habitants[Note 1], en diminution de 0,19 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410462458591585569619675717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690661630658665611585517502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483466470402401359358352332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3534124896267007521 0481 0411 039
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Commerces - Artisanat[modifier | modifier le code]

Plusieurs commerces sont installés à Espeluche, en plus des spécialistes de l'alimentation (une épicerie et une boulangerie). Sont présents également quelques bars-restaurants et des commerces des services à la personne (coiffeurs, etc.). Des sociétés et artisans du secteur du bâtiment proposent également leur service[12].

Industrie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Espeluche dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves de la commune débutent leur étude dans le groupe scolaire du village, composé d'une école maternelle et d'une école primaire, accueillant 135 enfants dans cinq classes[13].

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique d'Espeluche fait partie du diocèse de Valence, doyenné de Cléon-d'Andran[14].

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine à Espeluche
Espeluche - Banc de justice
  • À Lalo et à Saint-Romain, deux maisons fortes remaniées au XIXe siècle, partiellement inscrit au titre des monuments historiques depuis 1981[15].
  • Les Restes des deux enceintes médiévales et de leurs portes.
  • La Tour quadrangulaire médiévale au cœur du village.
  • La Motte castrale à Pierougier.
  • Le Banc de justice, classé au titre des monuments historiques depuis 1981[16].
  • Le Château de Saint Romain - devenu un gite d'hôtes

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Archéologie sur toute la ligne. Les fouilles du TGV Méditerranée dans la moyenne vallée du Rhône, Éd. Le Musée de Valence/Semgy, Éditions d'Art, 2001 (ISBN 285056513X).
  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 2004, 192 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. lignes de bus.
  2. Alain Beeching, Archéologie sur toute la ligne, p. 62.
  3. Alain Beeching, Archéologie sur toute la ligne, p. 63-64.
  4. Alain Beeching, Archéologie sur toute la ligne, p. 65.
  5. Alain Beeching, Archéologie sur toute la ligne, p. 66.
  6. Espeluche sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 23 janvier 2015).
  7. syndicats intercommunaux.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. commerces à Espeluche.
  13. école d'Espeluche.
  14. paroisse d'Espeluche.
  15. Notice no PA00116945, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Notice no PA00116946, base Mérimée, ministère français de la Culture.