Allan (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allan.

Allan
Allan (Drôme)
Vue générale d'Allan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Montélimar-2
Intercommunalité Montélimar-Agglomération
Maire
Mandat
Yves Courbis
2014-2020
Code postal 26780
Code commune 26005
Démographie
Gentilé Allanais, Allanaises
Population
municipale
1 685 hab. (2015 en augmentation de 5,31 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 00″ nord, 4° 47′ 15″ est
Altitude Min. 119 m
Max. 420 m
Superficie 28,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Allan

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Allan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allan

Allan est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Allanais (aises).

Géographie[modifier | modifier le code]

Couronné par les ruines du village ancien, totalement abandonné à la fin du XIXe siècle, le nouvel Allan, anciennement appelé « La Bégude », est situé à 6 km au sud de Montélimar. Il appartient à la Drôme provençale. Il est dominé par les ruines du château d'Allan.

Allan est situé sur l'ancienne voie domitienne.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Allan, qui est traversé par l'autoroute A7, est desservi par la sortie 18. Le village est accessible par les routes départementales RD 56 et RD 169.

Communes limitrophes d’Allan
Montélimar Montélimar,
Espeluche
Espeluche
Châteauneuf-du-Rhône Allan Montjoyer
Malataverne Roussas Réauville

La gare SNCF la plus proche est celle de Montélimar. L'aéroport le plus proche est celui d'Avignon. Une ligne régulière de transport en commun relie Montjoyer à Montélimar, via Allan[1].

Une gare TGV ?

La construction d'une gare TGV à Allan est évoquée depuis 1994 lors du projet de la LGV Méditerranée. Elle permettrait, selon ses promoteurs, de mieux desservir Montélimar, le sud de la Drôme, l'Ardèche et le Gard. Son isolement, son absence de liaison au réseau ferré régional, et la suppression des TGV à Montélimar ville (au détriment des Ardéchois) lui sont cependant reprochés (risque d'augmentation du trafic routier). Le projet est actuellement bloqué à cause de la question du financement. La construction devrait débuter vers 2020 ou 2025.

La gare TGV avait aussi été envisagée à Lapalud. En effet, les deux lignes (LGV Méditerranée et ligne classique PLM Paris-Lyon-Marseille-Vintimille) se situent côte à côte, permettant ainsi une interconnexion optimale.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est cité sous la forme Alon en 1138[2], sous la forme latine Santa Maria de Alondo en 1183[3], qui rappelle l'existence d'un lieu de culte consacré à la Vierge Marie, Alanda en 1442[2].

Allan semble dériver d'un anthroponyme germanique Alon[2].

Aland en occitan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les eaux de Bondonneau par Charles-François Combe (1858).

Sur le territoire du nord de la commune, les fondations de thermes romains ont été mis au jour durant la première moitié du XIXe siècle, remontant à une période allant du IIe au IVe siècle. Des fouilles archéologiques ont été entreprises et parmi les objets retrouvés, une hanse en argent finement ciselée, exposée au musée du Louvre. Les eaux venaient de Grange-Neuve et de multiples petites piscines ont été localisées.

Au Moyen Âge, une chapelle avait été élevée à cet endroit et de nombreux malades venaient se faire soigner, l'eau ayant réputation d'avoir des vertus, ce qui donna au lieu le nom de Saintes-Fontaines[4].

En juin 1855, la vague hygiéniste qui s'empare de la France conduit des investisseurs sur ce plateau l'établissement thermale de Bondonneau, dont les eaux sont bientôt réputées dans toute la France : il y a là un grand hôtel, des écuries, et même un casino (1884)... L'aventure prend fin en 1914 avec la Première Guerre mondiale. Les locaux tombent en ruine et l'entreprise disparaît[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Edmond Blanc    
mars 2008 en cours
(au 23 janvier 2015)
Yves Courbis[6] DVD Agriculteur

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 1 685 habitants[Note 1], en augmentation de 5,31 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7947768509111 1241 1219661 0341 105
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0731 1091 0791 0831 065976917876823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
856816795662641626652570579
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
6126628651 1451 2491 3851 5701 5961 612
2015 - - - - - - - -
1 685--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Allan dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves débutent leurs études sur la commune, dans le groupe scolaire regroupant l'école maternelle (54 enfants) et l'école élémentaire (86 enfants), dans six classes[11]. Une école primaire privée est également installée sur la commune, regroupant 46 écoliers dans deux classes[12]. Les collèges et lycées les plus proches sont situés à Montélimar, dont un lycée spécialisé dans les métiers de la logistique et du transport[13].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique d'Allan fait partie du diocèse de Valence, doyenné de Cléon-d'Andran[14].

Santé[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Allan fait partie de la zone de production des vins AOC grignan-les-adhémar.

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Jas des chèvres, site néolithique de hauteur.
  • Thermes romains de Bondonneau.
  • Le village ancien d'Allan, inscrit monument historique le [15].
  • Château médiéval reconstruit au XIXe siècle.
  • Les vestiges de la chapelle Barbara du XIIe siècle, classée monument historique le [16].
  • Église du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Crassin-Blanc, Allan: chroniques d'un village de la Drôme, Éditions AGI, 1981,
  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 2004, 192 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ligne de bus n° l331 [PDF].
  2. a b et c Ernest Nègre -Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 826 - (ISBN 2600001336).
  3. Dans les masures de l'Île Barbe.
  4. Bulletin d'archéologie et de statistique de la Drôme, Montélimar, 1901, p. 353en ligne.
  5. « Les thermes de Bondonneau » par Marylène Marcel-Ponthier, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle, 42, 2010.
  6. Allan sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 23 janvier 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. école primaire d'Allan.
  12. école privée d'Allan.
  13. collèges et lycées.
  14. paroisse d'Allan.
  15. « village ancien », notice no PA00117097, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « chapelle Barbara », notice no PA00116881, base Mérimée, ministère français de la Culture.