Drouville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Brouville.

Drouville
Drouville
Mairie-école.
Blason de Drouville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Lunéville
Canton Lunéville-1
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Sânon
Maire
Mandat
Didier Bourdon
2014-2020
Code postal 54370
Code commune 54173
Démographie
Population
municipale
204 hab. (2016 en augmentation de 13,97 % par rapport à 2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 19″ nord, 6° 24′ 31″ est
Altitude Min. 226 m
Max. 303 m
Superficie 7,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Drouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Drouville

Drouville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de six communes.

Communes limitrophes de Drouville
Courbesseaux Serres
Gellenoncourt Drouville
Haraucourt Crévic Maixe

Toponymie[modifier | modifier le code]

Évolution du toponyme : Drouvilla en 1135 ; Droville en 1420 ; Drowille en 1427[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présences gallo-romaine et mérovingienne.
  • Première mention en 1135.
  • Fief de la prévôté de Rosières au XVIe siècle ; cession de ce fief au profit de Christophe de Gastinois puis de la châtellenie d'Einville ainsi que du bailliage de Nancy[2] jusqu'à la Révolution française.
  • Château construit en 1606 par Antoine de Gâtinois, chapelle castrale construite en 1625. De 1875 à 1885, il abrita une communauté de bénédictins, ruiné et détruit complètement en août 1914. Un portail, racheté par le maréchal Hubert Lyautey, a été remployé dans son château de Thorey-Lyautey.
  • 1647, Drouville ne compte plus que sept ménages, six en 1654 et cinq en 1660[2].
  • Drouville était une baronnie à la veille de la Révolution française[1].
  • Peste au XVIIe siècle : la commune ne comptait plus que 48 habitants en 1712 ; par contre elle en avait 338 en 1822.
  • Août et septembre 1914 : le village est occupé 2 fois par l'armée allemande qui s'en sert comme point d'appui pour les combats très meurtriers du bois de Crévic. L'envahisseur a brûlé volontairement 35 maisons. Des soldats ont commis un viol en réunion avec l'accord tacite d'un officier allemand[3].
  • 1914-1918 : le calvaire situé à côté du cimetière de Drouville est scié à la base. La presse locale, et surtout la presse catholique, crie au sacrilège commis par les allemands[4]. Il semble, mais ce n'est pas formellement démontré, que ce soit l'armée française qui ait abattu la croix parce qu'elle servait de point de repère à l'artillerie allemande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Claude Bainville-Thouvenin PS  
mars 2008 En cours
(au 16 avril 2014)
Didier Bourdon    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 204 habitants[Note 1], en augmentation de 13,97 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
294342318338349416421420447
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
372407443470421386348334318
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
325310220209203207197184164
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
161163158161155163164165195
2016 - - - - - - - -
204--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin : tour romane, nef XVIIIe siècle.
  • Monument aux morts.
  • Mémorial 156 RI , 1914

Folklore[modifier | modifier le code]

les habitants étaient surnommés en patois les tieu-tieu et les égoôles[9]. Tieu ou tiou ou tieu-tieu est l'interjection patoise pour appeler les cochons ce qui n'est pas très sympathique à l'égard des habitants de Drouville mais le but de ces sobriquets étaient justement d'ensotter (rendre sot) comme on disait en Lorraine.

Égoôle signifie égaux et provient d'une tradition drouvilloise : le jour de la fête patronale, le maître de maison alignait les verres d'apéritif et se faisait un devoir de les remplir de manière rigoureusement égale, d'où le sobriquet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’azur au phénix d’or sur son immortalité de gueules, accompagné en chef de trois besants d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, , 213 p. (lire en ligne), page 44-45
  2. a et b Henri Lepage, Les communes de la Meurthe, vol. 1, Nancy, A. LEPAGE Imprimeur, libraire, éditeur, , 741 p. (lire en ligne), pages 318 et 319
  3. Commission constituée en vue de constater les actes commis par l'ennemi, en violation du droit des gens, Les atrocités allemandes (pendant la 1ère guerre mondiale), 3 rue Audran, Paris, Publication L-G Lemonnier, , 31 p. (lire en ligne), p. 19 et 22
  4. Msg Alfred Baudrillart, La guerre allemande et le catholicisme, Paris, Bloud et Gay, 32 p. (lire en ligne), page 21
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « cartographie des blasons populaires lorrains », sur cherbe.free.fr, (consulté le 26 juillet 2019)