Thorey-Lyautey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Thorey.

Thorey-Lyautey
Thorey-Lyautey
Le château du maréchal Lyautey.
Blason de Thorey-Lyautey
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Meine au Saintois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Saintois
Maire
Mandat
Philippe Lepape
2014-2020
Code postal 54115
Code commune 54522
Démographie
Population
municipale
143 hab. (2017 en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 38″ nord, 6° 01′ 46″ est
Altitude Min. 274 m
Max. 357 m
Superficie 6,19 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thorey-Lyautey
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thorey-Lyautey

Thorey-Lyautey est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Thorey : Du nom d'homme latin Taurius, issu du mot latin taurus (« taureau »), avec le suffixe possessif –acum.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Présence gallo-romaine.
  • Le maréchal Hubert Lyautey mourut dans son château de Thorey en 1934.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Gilles Devarenne    
2014 En cours Philippe Lepape    

Le maire actuel est un expert en cuisson de jambon.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2017, la commune comptait 143 habitants[Note 1], en augmentation de 3,62 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
259242276293307300298346360
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
349325310309268267254197209
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
209195167157168160145133116
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
1159581111118129134140143
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Le château du maréchal Lyautey est ouvert à la visite. La ferme de la fin du XVIIe siècle ou du début du XVIIIe appartenait à mademoiselle de Villemotte, sœur de la mère du maréchal Lyautey ; elle servait de pavillon de chasse. La maison des parents du maréchal, à Crévic fut pillée et incendiée "avec mille souvenirs" (Wladimir d'Ormesson) pendant la guerre de 1914 en représailles allemandes contre l'instauration du protectorat au Maroc. Après avoir fait établir des projets pour y élever une nouvelle demeure, Lyautey y renonça et fit construire ce château entre 1920 et 1924, avec les dommages de guerre de Crévic ; l'architecte s'est inspiré, notamment pour la bibliothèque de 16 000 volumes, du château de Barante, près de Thiers, qui abrite un des plus importants fonds privés de France. Dans l'aile gauche Lyautey fit construire un escalier monumental (étudié) destiné à recevoir une rampe attribuée à Jean Lamour qu'il avait achetée au château de Vandeléville. Le maréchal mourra en 1934 dans ce château qui conserve ses souvenirs ; des éléments de son mausolée de Marrakech ont été, après l'accession du Maroc à l'indépendance, remontés dans le parc.

Le 1er juillet 1980, à la sortie de la commune sur la D56, le sous-lieutenant Robert Lebeau perdit la vie en service aérien commandé, aux manettes d'un avion Mirage III. Une petite stèle commémore l'accident à cet endroit.[7]

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Laurent attestée depuis 965, elle était située à l'extérieur du village, à l'ouest, au-delà du Brénon ; d'un ancien édifice, il reste quatre chapiteaux, peut-être du XIIIe siècle, remployés dans la chapelle des fonts baptismaux de l'église actuelle ; l'église romane fut remplacée en 1758, par une nouvelle église construite à l'emplacement du monument actuel ; elle reçut la foudre en 1843 puis se dégrada, particulièrement pendant la guerre de 1870 ; démolie en 1885, elle fut reconstruite en 1887, et consacrée le 16 juillet de cette même année ; le clocher, primitivement couvert d'un toit en pavillon, fut remplacée par la flèche actuelle, édifiée au début du XXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le maréchal Hubert Lyautey, né en 1854 à Nancy, mort à Thorey-Lyautey en 1934.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Thorey-Lyautey Blason Blasonnement : d'azur à la foi d'argent accompagnée en chef d'un gril d'or et en pointe d'un dragon du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]