Desbiens (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desbiens.

Desbiens
Desbiens (Québec)
Poudrière construite en 1770 sur le bord de la rivière Métabetchouane à Desbiens.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Saguenay-Lac-Saint-Jean
Subdivision régionale Lac-Saint-Jean-Est
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Nicolas Martel[1]
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Desbienois, oise
Population 1 067 hab.[2] (2018)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 00″ nord, 71° 57′ 00″ ouest
Superficie 1 041 ha = 10,41 km2
Divers
Code géographique 93005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Desbiens

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Desbiens

Géolocalisation sur la carte : Saguenay–Lac-Saint-Jean

Voir la carte administrative de la zone Saguenay–Lac-Saint-Jean
City locator 14.svg
Desbiens

Géolocalisation sur la carte : Saguenay–Lac-Saint-Jean

Voir la carte topographique de la zone Saguenay–Lac-Saint-Jean
City locator 14.svg
Desbiens
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Desbiens est une ville située dans la municipalité régionale de comté de Lac-Saint-Jean-Est, dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Québec, au Canada[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Desbiens célèbre le souvenir de Louis Desbiens, considéré comme fondateur de la ville, qui a fait construire une scierie sur le bord de la rivière Métabetchouane, laquelle a contribué au développement économique de cette municipalité[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mashteuiatsh, Lac Saint-Jean Lac Saint-Jean, Saint-Gédéon Rose des vents
Chambord N Métabetchouan–Lac-à-la-Croix
O    Desbiens    E
S
Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie municipale[modifier | modifier le code]

  • 16 août 1926 : Inauguration du village de Saint-Emilien.
  • 12 mars 1960 : Le village de Saint-Emilien devient la ville de Desbiens.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1931 1941 1951 1956 1961 1966 1971 1976 1981
6481 0161 8512 0141 9701 9791 8131 6731 541
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016 - -
1 4171 2651 2021 1281 0741 0531 028--

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[5].

Desbiens
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Claude Turcotte Voir
2005 Johanne Vézina Voir
2009 Nicolas Martel Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dimanche est un court métrage d'animation inspiré par l'enfance de le réalisateur de films d'animation Patrick Doyon à Desbiens[6].

Art social[modifier | modifier le code]

On trouve à Desbiens, le site archéologique de la Métabetchouane qui est l’emplacement d’un établissement préhistorique amérindien et d’un poste de traite en fonction durant les Régimes français et anglais. Il est occupé depuis plus de 2 000 ans. C’est un important lieu de passage, de rencontres et d’établissements amérindiens et euroquébécois. Il est aussi à l'époque française le lieu d'une mission jésuite pour l'évangélisation des Amérindiens. La présence missionnaire dans la région débute en , alors que Jean De Quen (1603-1659) se rend à l'embouchure de la rivière Métabetchouane soigner des Amérindiens malades. Il est alors le premier Européen à visiter la région. Les fonctions religieuses et commerciales évoquent des éléments importants des mœurs et de l'économie de l'époque et relatent les contacts entre les communautés amérindiennes et euroquébécoises[7]. Ce lieu de légendes a inspiré le duo d’artistes Interaction Qui dans le cadre de sa Grande Marche des Tacons-Sites. Les artistes ont implanté le Tacon-Site du Mythe[8] et ont réalisé une action performative autour d’une archéologie à l’envers en . Ce faisant, la communauté de Desbiens est dépositaire du marqueur identitaire fondé sur la reconnaissance du métissage des nations et de la première économie de la région.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Élection municipale 2013 : Candidatures et résultats pour Desbiens », Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire, 4 novembre 2013 (dernière mise à jour)
  2. Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, « Décret de population 2018 », sur mamot.gouv.qc.ca, (consulté le 20 mai 2018)
  3. Répertoire des municipalités : Desbiens
  4. Commission de toponymie du Québec
  5. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  6. Daniel Côté, « Patrick Doyon aux Oscars », Le Quotidien,‎ (lire en ligne)
  7. « Site archéologique de la Métabetchouane », sur historicplaces.ca (consulté le 25 novembre 2017)
  8. « Tacon-Site du Mythe », sur www.sagamie.org (consulté le 29 novembre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]