Saint-Honoré (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Honoré.
Saint-Honoré
Vue aérienne de Saint-Honoré
Vue aérienne de Saint-Honoré
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Saguenay–Lac-Saint-Jean
Subdivision régionale Le Fjord-du-Saguenay (Chef-lieu)
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Bruno Tremblay[1]
2013 - 2017
Constitution
Démographie
Gentilé Honorien, ienne
Population 5 733 hab. (2014)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 00″ Nord 71° 05′ 00″ Ouest / 48.533338, -71.083338
Superficie 19 134 ha = 191,34 km2
Divers
Code géographique 24 94240
Localisation
Localisation de Saint-Honoré dans Le Fjord-du-Saguenay
Localisation de Saint-Honoré dans Le Fjord-du-Saguenay

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Honoré

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Saguenay

Voir la carte administrative de la zone Saguenay (ville)
City locator 14.svg
Saint-Honoré

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Saguenay

Voir la carte topographique de la zone Saguenay (ville)
City locator 14.svg
Saint-Honoré

Saint-Honoré[2] est une ville du Québec (Canada) située dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Pour la distinguer des deux autres villages québécois portant le même nom, la localité est aussi connue sur le nom de Saint-Honoré-de-Chicoutimi[3]. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté du Fjord-du-Saguenay.

Saint-Honoré se situe à une quinzaine de kilomètres au nord de la Rivière Saguenay. Elle fut nommée en l'honneur de Honoré Petit, député de Chicoutimi entre 1892 et 1897.

Histoire[modifier | modifier le code]

La municipalité de la paroisse de Saint-Honoré a été constituée en 1913. L'église de Saint-Honoré est inaugurée en 1916. Située en face de l'hôtel de ville, elle marque encore de nos jours le centre du village. En 1953, la municipalité de village se détache de la paroisse. Celles-ci seront fusionnées le sous le nom actuel. Le , Saint-Honoré annexe une partie de Canton-Tremblay dans le cadre des réorganisations municipales québécoises[4].

La municipalité de Saint-Honoré a changé son statut pour celui de ville le [5].

Les dates importantes:[6]

1907 Construction de la première chapelle.

1911 (4 octobre) Érection canonique de paroisse religieuse.

1913 (11 juin) Érection de la Municipalité de paroisse.

1914 (29 mars) Érection civile.

1916 Installation du téléphone.

1916 Construction de l'église actuelle.

1925 Électrification du village.

1929 Construction de la première école.

1937 Détachement du canton Falardeau.

1942 Construction de l'aéroport comme base militaire, en même temps que celui de Bagotville.

1945 Fermeture de l'aéroport.

1946 Construction du premier hôtel de ville.

1955 Construction de l'école Jean Fortin.

1958 Adoption du règlement No 4 de la régie de la construction, soit le premier véritable règlement d'urbanisme.

1967 Découverte du gisement de columbium par la SOQUEM.

1968 Fondation de l'école de pilotage du Cégep de Chicoutimi (CQFA).

1973 Création de l'Office municipal de l'habitation (OMH).

1976 Inauguration de la mine Niobec.

1976 Municipalisation des loisirs.

1977 Création de la Commission d'urbanisme.

1979 Inauguration du Centre récréatif.

1982 (9 juin) Création de la Société de Développement de Saint-Honoré.

1982 Inauguration de l'école La Source.

1986 Inauguration de l'hôtel-de-ville actuel.

1990 Création du Comité consultatif d'urbanisme.

1992 Inauguration du centre culturel.

1994 Construction d’une usine de conversion des concentrés chez Niobec, et début la production commerciale du ferroniobium.

1998 Inauguration de la Maison des jeunes.

1999 Première édition du Festival Saint-Honoré dans l'Vent.

2000 Construction d'une garderie de type CPE.

2001 Fusion municipale: Annexion d'une partie du Canton Tremblay

2005 Ouverture de la rue des Artisans qui constitue la première phase de développement du parc industriel.

2006 Commencement du boom immobilier par l'arrivée croissante de jeunes familles.

2010 La population dépasse le cap des 5000 citoyens.

2013 Lancement des festivités du centenaire de Saint-Honoré.

2013 Agrandissement du Centre récréatif pour en faire un centre multifonctionnel.

2015 (23 juin) Première édition des "50 heures de Saint-Jean au Saguenay" à Saint-Honoré.

2015 (1er octobre) Inauguration de l'expansion du Parc industriel, coin du chemin Volair et du Boulevard Martel.

2016 (9 janvier) Approbation du ministre des Affaires municipales et de l'Occupation des territoires pour utiliser officiellement le nom de ville de Saint-Honoré.

2016 Changement de nom de la Société de Développement de Saint-Honoré pour Développement Saint-Honoré.

Administration[modifier | modifier le code]

Le maire actuel est Bruno Tremblay. Les conseillers sont : Katherine Tremblay, Denise Villeneuve, Marcellin Dionne, Silvy Lapointe, Gilles Pelletier et Sara Perreault. Depuis le 6 janvier 2016 Saint-Honoré a obtenu le statut de ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
3 851 3 835 4 727 5 257 5 847
(Sources : Recensement du Canada)

Économie[modifier | modifier le code]

Mine Niobec, située dans le secteur Ouest de la ville.

L'économie de Saint-Honoré repose en bonne partie sur la production agricole et minière.

Mine Niobec[7]

La mine Niobec de Saint-Honoré est la seule exploitation souterraine de niobium dans le monde et l’un des trois principaux producteurs mondiaux de ce minerai. Sa production varie actuellement de 8 à 10 % du volume mondial de niobium dépendamment de la variation de l’offre et de la demande d’une année à l’autre.

Depuis 2011, Niobec inc. est une entreprise dûment constituée aux termes de sa charte et de la Loi canadienne sur les sociétés par actions. Le 22 janvier 2015, Magris Resources est devenu le nouveau propriétaire de Niobec, et souhaite en acquréir, développer et exploiter d'autres actifs miniers à l'échelle mondiale.

Article intéressant: Le niobium, ce métal méconnu et rarissime dont ne pourra pas se passer l'industrie du futur

Transport[modifier | modifier le code]

Aéroport[modifier | modifier le code]

Entrée de l'aéroport de Saint-Honoré. On remarque le bâtiment principal du Centre québécois de formation aéronautique à droite.

Saint-Honoré bénéficie sur son territoire un aéroport construit en même temps que celui de Bagotville, durant la Seconde Guerre mondiale. Il y a 3 pistes d'atterrissage, la plus longue faisant 6 000 pieds (1 828,8 m). L'exploitant est le Ministère des Transports du Québec. Parmi les utilisateurs, on y retrouve:

Une tour de contrôle

Opérée par Nav Canada, la tour de contrôle est en opération 7 jours sur 7.

Trois écoles de pilotages:

-Le CQFA: Campus du Cégep de Chicoutimi (école publique) dirigé par le Centre québécois de formation aéronautique (CQFA). C'est à cet endroit que les étudiants en technique de pilotage d'aéronefs suivent la majorité de leurs cours.

-Exact Air: École de pilotage privée située sur le Chemin Volair.

-Cargair: École de pilotage privée située sur la rue No 1.

Un atelier de maintenance certifié

Harvey Aviation: Organisation de maintenance agréé (OMA) étant également le représentant de Diamond Aircraft pour la province de Québec.

Regroupement régional de pilotes

Association des pilotes associés du Saguenay-Lac-St-Jean

Éducation[modifier | modifier le code]

Saint-Honoré possède deux écoles primaires (l'école primaire Jean Fortin et l'école La Source) et un campus du Cégep de Chicoutimi dirigé par le CQFA, dédié à l'enseignement de l'aviation. La municipalité possède également une bibliothèque municipale ouverte à temps partiel.

Services[modifier | modifier le code]

Saint-Honoré offre plusieurs services de base et plusieurs structures de loisirs.

Autres infrastructures de Saint-Honoré[modifier | modifier le code]

  • Pharmacie ;
  • Épicerie ;
  • Quincaillerie ;
  • Point de chutes du CLSC ;
  • 5 dépanneurs ;
  • 2 restaurants ;
  • Patinoire municipale ;
  • 2 terrains de tennis ;
  • Jeux d'eau ;
  • Maison des jeunes ;
  • Skatepark ;
  • Bar ;

Attraits[modifier | modifier le code]

Saint-Honoré dans l'Vent[modifier | modifier le code]

Chaque année, au mois de juin, le festival international de cerfs-volants "Saint-Honoré dans l'Vent" se déroule sur l'Aéroport de la municipalité. Il est l'un des plus importants festivals de cerfs-volants sur le plan international. Ce festival familial présente de multiples types de cerfs-volants, tels que: les cerfs-volants géants, les cerfs-volants artistiques, les cerfs-volants à une corde et à quatre cordes, les cerfs-volants à traction et bien d'autres. Il présente plusieurs volets, pour n'en nommer que quelques-uns : Animation (atelier de création de cerf-volant, mascottes, jeux gonflables, etc), Aviation, Spectacles et bien d'autres. Des cerfs-volistes de partout dans le monde sont invités à présenter leurs talents pendant la fin de semaine. cerfs-volants.

Galerie[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-David-de-Falardeau Rose des vents
Saint-Ambroise N Saint-Fulgence
O    Saint-Honoré    E
S
Saguenay

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire, « Élection municipale 2013 : Candidatures et résultats pour Saint-Honoré », Gouvernement du Québec,‎ 3 novembre 2013 (dernière mise à jour)
  2. Répertoire des municipalités du Québec - Saint-Honoré, Répertoire des municipalité du Québec, ministère des Affaires municipales et des Régions du Québec, consulté le
  3. Saint-Honoré-de-Chicoutimi (bureau de poste), Topos sur le web, Commission de toponymie du Québec, consulté le
  4. Saint-Honoré, Topos sur le web, consulté le
  5. Institut de la statistique du Québec, « Modifications aux municipalités », Modifications aux municipalités du Québec,‎ (lire en ligne).
  6. Michel Bergeron, Le Centenaire de Saint-Honoré, Saint-Honoré, , 437 p.
  7. « En bref », sur niobec.com (consulté le 19 juillet 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]